Championnats du Monde 2022

Wollongong2022.com

Le Parcours

1er virage droite après 150m de course sur un boulevard, puis second virage gauche après 600m, toujours sur une route large.

0 – 600m

Suivra une ligne droite de 1.6km. Les 500 premiers mètres sont en faux plat montant (2%) avec 2 ronds-points.

600m – 1 100m

Cette ligne droite continue avec un court faux plat descendant sur 400m et deux nouveaux ronds-points à négocier. Après le second rond-point, court repecho de 200m à près de 6% puis un léger faux-plat descendant jusqu’au kilomètre 2.2 et le rond-point avec sortie à droite.

1.1km – 2.2km

Ligne droite de 400m avant virage 90° gauche au km 2.6, puis ligne droite faux-plat montant (1.5%) d’un km jusqu’au km 3.5 et virage 90° droite.

2.2km – 3.5km

Nouvelle ligne droite de 400m avant virage 90° droite au km 3.9. De nouveau, ligne droite 600m en faux-plat descendant jusqu’au km 4.5 et virage 90° gauche.

3.5km – 4.5km

Les 700m suivant seront légèrement vallonnés et les coureurs devront gérer un enchaînement de 4 ronds-points et le mobilier urbain en entrée et sortie de ces ronds-points.

Les coureurs traverseront ensuite l’université de Wollongong avant de négocier un virage droite à 90° au km 5.7. Les routes seront ici plus étroites. Virage suivant 300m plus loin, au kilomètre 6, sur des routes plus larges.

5.2km – 6km

Les coureurs bifurqueront à gauche au rond-point au km 6.3 pour aller chercher le pied de la vraie difficulté du parcours. Un léger faux-plat sur les 400 premiers mètres avant de bifurquer légèrement sur la droite et le pied des 600m à 7% de moyenne de la côte de Dumfries Avenue. Comme on peut le voir sur le graphique, la partie raide est relativement courte.

Virage droite au km 7.4 après le sommet de la côte, un virage en descente avec un séparateur au milieu de la route avant un second virage droite au km 8.

7.4km – 8km

Ligne droite de 1.1km avant un virage gauche sur un boulevard au km 9.1 avant un enchaînement de deux virages sur les 400m suivant.

8km – 9.5km

Les coureurs devront ensuite aller chercher le pont au kilomètre 9.9 après un enchaînement de virage gauche suivi d’une ligne droite de 500m avant un nouveau virage gauche. La route sera séparée en deux à cet endroit là car utilisée aussi dans le sens inverse pour regagner l’arrivée.

Un rond-point à négocier sur une chaussée peu large au kilomètre 11.1, avant deux nouveaux virages droite aux km 11.6 et 11.9.

10.4km – 11.9km

Pas de difficultés notables entre les kilomètres 12 et 15.1.

12km – 15.1km

Au kilomètre 15.1, une chicane à négocier au niveau d’un rond-point, avant un virage droite sur une route étroite 200m plus loin. 300m à 4% suivi de 500m en descente.

15.1km – 16.5km

Il restera un rond-point à négocier au kilomètre 16.6 avec un virage à droite qui débouchera sur la ligne droite en direction de l’arrivée située au kilomètre 16.9.

Pour compléter la boucle et aborder le deuxième tour, les coureurs iront chercher un virage droite au km 17.4 qui les ramènera sur le boulevard du départ.

En résumé, nous avons donc un chrono urbain et assez court en comparaison de ce que nous avons généralement lors des championnats du monde. De nombreux virages, impliquant des relances, mais sur de belles routes bien souvent larges ce qui devrait atténuer la technicité du parcours.

Mise à part la portion entre les kilomètres 12 et 15, il n’y aura rarement plus d’un kilomètre sans virage. Le Mount Ousley est la seule vraie difficulté du parcours mais relativement courte et ne présentant que 150m à 9-10%, elle ne devrait pas poser de réels soucis aux rouleurs. Un parcours qui ne devrait finalement pas sur-avantager les rouleurs par rapport aux puncheurs, et vice-versa.


Météo

Pas de pluie attendue sur le parcours de ces championnats du Monde, et des températures qui ne devraient pas dépasser les 20° au cours de l’après-midi.

Le vent soufflera dans la même direction pour tous les coureurs, en provenance des terres depuis l’ouest. La force devrait augmenter très légèrement au fur et à mesure de l’après-midi (de 19 à 20km/h) pour une différence très légère à priori sur le résultat final.


Les Prétendants

Nul doute qu’à domicile, Plapp aura à cœur de faire bien mieux que sur le chrono de la Vuelta ! Ancien champion national de la discipline, il a beaucoup performé chez les juniors et U23 (vice-champion du Monde en 2021 sur une distance équivalente), on attend cependant la confirmation chez les pros. Quand on voit ses performances dans l’exercice chronométré cette année, difficile de l’imaginer en mesure de rivaliser avec les meilleurs de la discipline pour une place sur le podium.

Evenepoel est le co-favori logique de l’épreuve tant ses prestations dans l’exercice chronométré sont impressionnantes, pas étonnant venant d’un des coureurs les plus aéro du peloton. Sur les 10 derniers contre-la-montre auxquels il a prit part depuis septembre 2021, il n’est sorti que deux fois du top 3. Nous avons pu avoir une preuve de sa force dans l’exercice sur la dernière Vuelta. Cette Vuelta dont il est sorti vainqueur et dont on peut légitimement s’interroger sur son état de forme juste une semaine après. Remco est jeune mais a montré posséder un mental (en plus des jambes) de champion, cependant il le dit lui-même « il est encore sur un nuage » à la suite de sa victoire sur la Vuelta et surtout il dit dormir beaucoup depuis son arrivée en Australie dû à la fatigue. Si dans la tête tous les feux sont au vert, il attend de voir si les jambes répondront dès ce dimanche. Il vient avec de l’ambition bien sûr, il se veut rassurant. Mais face aux hommes qu’il devra affronter ce dimanche, n’être qu’à 90% pourrait faire la différence entre une place sur le podium ou hors du top 3. Enfin, concernant son aérodynamisme, le fait qu’il y ai un grand nombre de virage ne lui permettra pas de bénéficier de ce gros avantage sur ses adversaires directs. Petit fait intéressant à noter sur les dernières années : que ce soit sur le chrono des JO (Roglic) ou le chrono des championnats du Monde, le vainqueur ne sortait pas directement d’un Grand Tour complet, mis à part Dennis en 2018 qui avait bénéficié de 2 semaines de récupération à l’époque.

Sheffield, un coureur que je n’aurais probablement pas cité pour ces championnats du monde il y a à peine deux mois. Le jeune américain dispose d’un gros moteur, aucun doute la dessus. Mais depuis fin juin et les championnats US du chrono (2e derrière Craddock), Magnus a pris part à deux c.l.m : 2e en Pologne sur un c.l.m en côte et vainqueur du c.l.m du Tour du Danemark devant des hommes comme Laporte, Thomas ou Cort, cette fois-ci sur un c.l.m plat. La forme est assurément bonne sur cette fin de saison, et il trouvera un parcours qui devrait lui convenir. Je me pose tout de même une question sur la distance, son seul résultat sur plus de 30km étant survenu l’année dernière lors des championnats du monde U23 qu’il fini à la 10e place, à près d’une minute du vainqueur. Peut-être encore un peu juste pour jouer le podium, mais il pourrait être la bonne surprise du top 10 / top 5.

Un chrono impressionnant sur La Vuelta à montré que Cavagna était peut-être revenu à son meilleur niveau dans l’exercice. En revanche, on le sait, Rémi a tendance à s’écraser sur les chronos plutôt longs. Les 34 kilomètres de dimanche ne représentent pas une distance insurmontable, loin de là, mais peut-être suffisamment pour que Rémi trouve meilleur que lui sur cette distance. Les statistiques parlent d’elles-mêmes : Championnats nationaux mis à part, Cavagna n’a jamais remporté un chrono de plus de 30km, et n’a fini que 3 fois sur la boîte sur ce type de distance.

Champion de Grande-Bretagne de la discipline, Hayter a vraiment été performant contre-la-montre cette année. On peut retenir entre autre sa belle prestation sur le chrono du Dauphiné face à Van Aert et Ganna. Cependant, il a semblé un peu plus émoussé cet été, conséquence de sa longue saison à plus de 60 jours de courses, et il a de plus dû abandonner la Vuelta au matin du c.l.m à cause d’un test positif au Covid. Une préparation loin d’être idéale, mais si les conséquences de ce Covid ne sont pas trop importante, il aura pu bénéficier d’une vingtaine de jours sans compétition pour refaire le plein. La distance de ce chrono est totalement dans les cordes du britannique, les virages et relances aussi (rappelons-nous de sa victoire sur le prologue du Tour de Romandie) et la côte ne devraient pas lui causer de soucis. Si la forme est de retour à ce qu’elle était au printemps, il sera un très bon prétendant au top 5, et pourquoi pas une place sur le podium.

Le double champion du Monde en titre vient en Australie remettre son titre en jeu ! Les deux « contre-performances » de Ganna sur les chronos du Tour de France peuvent interroger, l’italien ne semblant pas dominer outrageusement la discipline comme c’était le cas sur la période 2020 / début 2021. On peut tout de même trouver des raisons qui expliquent ces performances sur le Tour. Lors du chrono d’ouverture, nous avons appris après coup que Ganna avait crevé de la roue arrière et surtout il semblait moins à l’aise techniquement sous la pluie que ses adversaires directs. Pour le chrono final, Ganna avait lui-même laissé entendre qu’il était émoussé par ce Tour éreintant, décalant même sa tentative de record de l’heure initialement prévue après le Tour de France. Des signaux pas vraiment positifs en juillet. Depuis, il a remporté le prologue du Tour d’Allemagne et surtout a placé une date pour son record de l’heure : le 8 octobre, soit une vingtaine de jours après les championnats du Monde, signe qu’il a confiance en sa forme du moment. S’il est vrai qu’il n’a pas semblé aussi dominant qu’auparavant, Pippo remporte tout de même 6 des 10 c.l.m auxquels il a pris part cette année. Le dénivelé positif sur le parcours ne devrait pas le pénaliser outre mesure face à des profils plus « punchy », bon vireur et bon à la relance, ce chrono est totalement dans ses cordes.

En comparaison avec ce qu’il nous avait montré l’année dernière, Tobias Foss a quelque peu déçu dans l’exercice chronométré cette saison. 3 fois dans le top 10 des 3 c.l.m auxquels il prend part et un titre de champion national, mais nous étions en droit d’en attendre un peu plus après ce qu’il avait montré sur le Giro 21′ et l’Itzulia 21′. Un nouveau top 10 attendu pour le norvégien, top 5 s’il est dans un bon jour. Sur ce que nous avons vu cette année, difficile de l’imaginer accrocher le podium.

Mollema réalise une très bonne saison quand on regarde ses résultats sur l’exercice chronométré. En effet, il termine dans le top 10 des deux c.l.m du Tour de France, 4e du chrono de l’Etoile de Bessèges et bien sûr champion national du chrono. Ses meilleurs résultats ont cependant été faits sur des chronos plus vallonnés que ce qui est proposé aux coureurs sur ces championnats du Monde. Une belle place dans le top 10 pour confirmer sa belle année, mais un podium peut-être trop difficile à aller chercher.

S’il est bien un homme qu’il ne faut pas sous-estimer sur un chrono, c’est bien Tadej Pogacar. Le jeune slovène s’aligne sur l’épreuve chronométrée ainsi que sur la course en ligne la semaine prochaine. Capable de performer sur des chronos plats face aux meilleurs dans l’exercice (4e sur le Tour des UAE, 3e sur Tirreno), il préférerait tout de même un chrono bien plus vallonné pour réduire l’écart qu’il y a entre lui et les plus pures machines à rouler. Il mérite d’être cité, mais j’imagine qu’il utilisera plus ce chrono pour faire tourner les jambes et mettre la machine en route en vue de la course en ligne dimanche prochain.

Une seule victoire en chrono cette année pour Küng, le mois dernier sur le Tour Poitou-Charentes, face tout de même à une adversité bien plus limitée (avec tout le respect dû aux coureurs) si on compare à la startlist de ces championnats du Monde. Il n’empêche, Stefan est vraiment régulier dans l’exercice et est passé à une petite seconde de garder son titre européen. Un titre récupéré justement par son compatriote Bissegger. Un des hommes qui devrait se battre pour une place sur le podium, un solide top 5 attendu pour le suisse.

Bissegger s’est imposé depuis deux ans comme le spécialiste des contre-la-montre court, s’offrant notamment Ganna sur le chrono du Tour des UAE en début d’année. Il est intéressant de noter qu’en dehors des championnats nationaux U23 Stefan ne s’est pas encore imposé sur un chrono de plus de 30 kilomètres. Ses meilleurs résultats se situent sur des chronos dont la fourchette kilométrique va de 10 à 25km. On l’a vu jouer de malchance cette année, mais aussi de maladresse. Heureusement pour lui, la route devrait rester sèche demain ! Le parcours lui convient bien et si je ne le vois pas s’imposer, je suis persuadé qu’une place sur le podium est totalement à sa portée.


Mes Choix

J’avais beaucoup de réserves concernant la forme de Ganna pour ce contre-la-montre, qui était un de ses gros objectifs du début de saison. Mais l’annonce de la date assez proche de sa tentative de record de l’heure m’a quelque peu rassuré : s’il ne se sentait pas en jambe, il aurait attendu l’année prochaine pour tenter de battre le record, dernier gros objectif de sa saison 2022. 300m de D+ sur 34km, le parcours ne sera pas plat comme nous avons pu le voir et il y aura aussi de nombreux virages. Cependant, une bonne partie de ces virages se prennent sur des routes assez larges, et pour ce qui est du D+, il n’est pas suffisant, à mon avis, pour permettre à des profils plus puncheurs de prendre le pas sur de plus purs « rouleurs ». Enfin, Ganna n’est pas le plus mauvais à la relance, excellent vireur et est capable d’encaisser du dénivelé assis sur la selle. Sur tout le parcours, les pentes ne dépasseront que rarement les 6% dans les quelques repecho. Mon favori pour toutes les raisons évoquées demain, je vois Pippo aller chercher son 3e titre mondial. Concernant Evenepoel, je crains que la proximité de ce chrono avec la fin de La Vuelta ne lui permette pas physiquement d’être à 100%. Ne pas le voir sur le podium serait tout de même surprenant, et pourtant je ne le met de mon côté pas sur la boîte. Un podium que je vois complété par Bissegger et Hayter. Le parcours leur convient à tout les deux mais je pense que sur cette distance aucun ne sera en mesure de battre un Ganna en forme.

  • Ganna @ 2.35 (1%)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :