La Vuelta 2022 – Étape 20

Présentation de l’Étape

©LaVuelta.es

La dernière étape que les leaders au CG pourront mettre à profit pour tenter de faire bouger les lignes avant l’arrivée à Madrid. 5 ascensions répertoriées pour près de 4 000m de D+ encore une fois. Un départ difficile avec l’ascension de Nevacerrada (10km à 6.8%) avant sa descente et une longue portion de plaine. Passé le kilomètre 80 et le pied de la seconde ascension, les routes ne seront que très rarement plates, les ascensions et descentes se succèderont jusque dans les derniers kilomètres. La ligne ne sera pas située au sommet du Puerto de Cotos (10.3km à 6.9%) mais 6.5km plus loin, sur le plat.


Le Parcours

A l’instar de la 19e étape, les 12 premiers kilomètres seront plat avant que la route ne commence à s’élever progressivement jusqu’au kilomètre 23.7 et le pied de la première ascension répertoriée.

PUERTO DE NAVACERRADA (1° CAT.)
  • 10.3 kilomètres d’ascension à 6.8% de moyenne.
  • Ascension en 2 temps avec 3 premiers kilomètres roulant, les 7km suivant affichant 7.5% de moyenne.

Suivra ensuite une descente de 7 kilomètres assez rapide où il y aura tout de même quelques virages en épingle techniques à négocier.

Profil de la descente

Une fois la descente terminée les coureurs enchaîneront avec une portion roulante d’une dizaine de kilomètres en faux plat descendant jusqu’au kilomètre 50.

Pas de difficultés notable sur les 30 kilomètres suivant qui seront tout de même vallonnés jusqu’au kilomètre 83 et le pied de la seconde ascension du jour.

PUERTO DE NAVAFRIA (2° CAT.)
  • 9.4 kilomètres d’ascension à 5.7% de moyenne.
  • Ascension régulière sans portions à forts pourcentages.

La descente qui suivra sera longue d’un peu plus de 10km avec quelques virages technique au milieu de la descente.

Profil de la descente

Les 18 kilomètres suivant la fin de la descente seront encore vallonnés, et ce jusqu’au pied de la 3e ascension répertoriée du jour au kilomètre 119.3.

PUERTO DE CANENCIA (2° CAT.)
  • 7.5 kilomètres d’ascension à 4.9% de moyenne.
  • 3 premiers kilomètres roulant avec une portion plane. Les 4 derniers kilomètres affichent 6.5% de moyenne.

La descente de 8km qui suivra mènera directement les coureurs au pied de la 4e ascension répertoriée de la journée. Le Puerto de la Morcuera aura été le lieu choisi par Aru en 2015 pour renverser la Vuelta.

PUERTO DE LA MORCUERA (1° CAT.)
  • 9.4 kilomètres d’ascension à 6.9% de moyenne.
  • Un pied simple, puis la pente ne repassera plus sous les 7%, et des pourcentages plus forts à l’approche du sommet.

Une fois au sommet, les coureurs enchaîneront avec une descente de 12km qui comportera des virages techniques dans sa deuxième partie.

Profil de la descente

Le parcours restera ensuite vallonné jusqu’au kilomètre 164 et le pied de la dernière difficulté de la journée.

PUERTO DE COTOS (1° CAT.)
  • 10.3 kilomètres d’ascension à 6.9% de moyenne.
  • Ascension roulante surtout sur ses 5 premiers km. La deuxième moitié sera régulière à 6-7%

Le sommet ne marquera pas l’arrivée, il restera 6.6km de plat derrière. A noter que les 600 derniers mètres jusqu’à la ligne seront en faux-plat montant.

L’étape de demain n’est pas totalement inconnue des suiveurs. En effet, en 2015, c’est sur ces mêmes routes que Fabio Aru avait renversé la Vuelta en détrônant Dumoulin. Ce jour-là, Astana avait réalisé un énorme coup de force pour faire céder le néerlandais.


Météo


Le Scenario

Dernier jour pour tenter de renverser la Vuelta pour Mas, de résister pour Remco et d’aller chercher un podium pour Ayuso – Lopez – Rodriguez – Almeida.

Une bonne échappée devrait sortir dans la première difficulté de la journée, et il ne serait pas étonnant d’y voir un bon nombre d’équipiers Movistar / Astana / UAE et INEOS qui pourraient servir de relais par la suite. On a pu voir Almeida tenter de loin avant-hier, il semblait fort et on peut imaginer qu’il sera le premier à lancer les hostilités demain, probablement dans le Puerto de Canencia. Le problème de cette étape est le grand nombre de kilomètres de plaine sur les 110 premiers kilomètres, malgré les deux ascensions. Je ne suis pas certain que les grandes manœuvres soient lancées avant le kilomètre 120, et encore.

Pour Mas, je me demande vraiment s’il aura cette volonté de tenter le tout pour le tout pour aller déloger Remco. D’un côté, la course aux points UCI contraint la Movistar à jouer défensif pour assurer cette 2e place sur le podium. D’un autre côté, il possède un bon matelas de 3’10 sur Ayuso, 3e au général. On peut espérer le voir tenter dans la Morcuera et s’il parvient à décrocher Remco, il ira à bloc jusqu’au bout. Malgré sa victoire avant-hier, on a vu un Remco grimacer sous les attaques de Mas, et on a même cru un instant que la dernière serait la bonne. Mais solide, le belge n’a rien lâché et s’est imposé au sprint.

Même si les hostilités sont lancées de loin, Evenepoel trouvera des alliés de circonstance dans les hommes et les équipes voulant protéger leur place au général, comme lorsqu’Astana et Movistar se sont mises à rouler derrière Almeida. Il y a de grandes chances qu’un membre du top 10 tente d’accrocher l’échappée pour essayer de remonter au classement, déclenchant de fait la chasse derrière.

Si j’attends des mouvements d’Almeida et Mas, j’en attends aussi de la part de Lopez. Si ces routes avaient servies en 2015 à Aru pour renverser la Vuelta, Lopez y avait lancer les hostilités dans le groupe maillot rouge en 2019, toujours dans la Morcuera, à plus de 60km de l’arrivée. Ce jour-là, un certain Pogacar avait perdu 1′ sur le groupe maillot rouge dans les 30 derniers kilomètres.

Pour les différentes raisons évoquées, je vais me diriger vers un scenario où la victoire reviendra à un des membres du top 10.


Les Prétendants

Quickstep : Remco possède un bon matelas sur Mas d’un peu plus de 2′. Demain, il n’a qu’une chose à faire : se concentrer sur Mas comme il l’a fait l’autre jour. Les deux ont été dans l’incapacité de se décrocher l’un l’autre. Sur le papier, difficile de l’imaginer être mis en difficulté sur l’étape de demain. Attention cependant, sur ces même routes de très bons rouleurs comme Dumoulin et Pogacar s’étaient cassés les dents, par deux fois sous les coups de boutoirs d’Astana.

Movistar : Mas possède encore une petite chance de remporter La Vuelta, mais pour cela il ne devra pas se contenter de la dernière ascension pour essayer de renverser Evenepoel. Malheureusement pour lui, les ascensions demain ne sont pas forcément à son avantage, et c’est bien dommage quand on voit la forme qu’il tient. L’espagnol doit tout tenter pour aller chercher ces deux minutes, surtout qu’il possède une belle marge sur Ayuso 3e.

Bora : Hindley semble aller bien mieux dans cette 3e semaine. Actuel 10e à plus de 2′ d’Uran, difficile de le voir gagner une place au général. Cependant, il devrait avoir les moyens de s’accrocher pour aller chercher une place et pourquoi pas même bénéficier d’un peu de marge dans le final. Il dispose d’une bonne pointe de vitesse si jamais la victoire devait se jouer au sein d’un petit groupe.

Astana : Lopez tentera t-il de nouveau le coup de 2019 ? Le colombien possède 42″ de retard sur Ayuso 3e, difficile de l’imaginer tenter de loin car ce débours semble rattrapable. Le colombien semble aller mieux depuis la fin de la semaine dernière et devrait de nouveau en profiter.

UAE : Ayuso devrait être en défense de sa 3e place, aucun intérêt de tout risquer il semble trop loin de Mas et la 2e place. 42″ d’avance sur Lopez qui sera le seul homme qu’il devra surveiller et marquer. Il a vu son avance sur Lopez fondre depuis l’étape de La Pandera, il espèrera qu’il lui en reste assez dans le moteur en fin de 3e semaine sur son 1er GT pour conserver sa place sur le podium. J’imagine un Almeida de nouveau offensif, forçant les adversaires directs d’UAE à rouler comme cela à été le cas avant-hier. Cela permettra au final à Ayuso de rester au chaud et de ne se concentrer uniquement que sur Lopez.

DSM : Vainqueur au sommet de la Sierra Nevada, Arensman fini très bien cette Vuelta. Sera t-il en défense ou bien verra t-il une occasion de gagner au moins une place, en comptant sur la défaillance d’un Rodriguez amoindri ? Dans le final, il pourrait bénéficier d’un peu de liberté pour attaquer

AG2R : O’Connor semble lui aussi aller bien mieux depuis l’étape de de la Sierra Nevada. Lui aussi pourrait bénéficier d’un peu de liberté dans le final s’il veut attaquer.


Mes Choix

Mas essaiera, mais je ne le pense pas en mesure de décrocher Remco. Si les deux ne peuvent se départager, cela pourrait ouvrir la voie à des contres entre des hommes un peu plus loin au top 10. En premier lieu, je me dirige vers Almeida. Le portugais aura été très fort avant-hier, malheureusement cela n’a pas été payant. S’il retente sa chance demain et qu’il est malgré tout revu, il pourra faire parler sa pointe de vitesse, meilleure que beaucoup de ses adversaires sur le plat. Et si son attaque tient, il peut décrocher une belle victoire en solo. Hindley est mon second choix, l’australien semble aller de mieux en mieux et ne représente un danger pour personne dans le top 10, lui donnant cette marge nécéssaire pour pouvoir attaquer. Enfin, je pense que Lopez réussira dans son entreprise pour déloger Ayuso du podium du général. A l’offensive comme en 2019, j’imagine le colombien capable d’aller chercher un bon résultat sur cette étape où il devrait être à l’offensive, comme il y a 3 ans.

  • Almeida @ 12 (0.2%)
  • Hindley @ 13 (0.2%)
  • Lopez @ 20 (0.2%)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :