La Vuelta 2022 – Étape 4

Présentation de l’Étape

©LaVuelta.es

Le peloton de La Vuelta débarque au Pays-Basque pour cette quatrième étape. Si les 50 premiers kilomètres présentent assez peu de relief, les 100 restants seront bien plus vallonnés. Les 20 derniers kilomètres feront la sélection entre le Puerto de Herrera et sa descente, mais aussi et surtout le final à Laguardia et son dernier kilomètre à 7.8% de moyenne. Bataille entre puncheurs à prévoir !


Le Parcours

Peu ou pas de difficultés sur les 55 premiers kilomètres de course, hormis la présence de deux courtes côtes non-répertoriées entre les kilomètres 10 et 20. Le reste sera relativement plat jusqu’au pied de la première difficulté répertoriée de la journée.

Les deux repechos de début d’étape
PUERTO DE OPAKUA (2° CAT.)
  • 5 kilomètres d’ascension à 6.9% de moyenne
  • Kilomètre 61.9

Après le sommet, les coureurs entameront la descente de 6km puis une portion de plaine d’une dizaine de kilomètres jusqu’au pied d’une côte non répertoriée au kilomètre 81 (3km à 5.5% de moyenne).

Un schéma qui va se reproduire sur les 15 kilomètres suivant (courte descente – plaine) pour arriver au pied d’une nouvelle côte non répertoriée au kilomètre 100. D’une longueur identique à la précédente, les pentes seront un peu plus sévère, au delà des 6.5% de moyenne.

Le terrain sera plus vallonné par la suite avec une succession de courtes côtes et de plaine jusqu’au sprint intermédiaire de Lagrian au kilomètre 118. La sortie du village marquera le début d’une troisième côte non répertoriée de 3km à 4% de moyenne.

Terrain toujours vallonné jusqu’au kilomètre 131 et le pied de la seconde difficulté répertoriée de la journée.

PUERTO DE HERRERA (3° CAT.)
  • 7.3 kilomètres d’ascension à 4.8% de moyenne.
  • Sommet situé à 14.5km de l’arrivée.
  • Une ascension irrégulière où forts pourcentages et sections de replat (voire descentes) s’enchaînent le long de ces 7km.

Suivront ensuite près de 10km de descente. Une descente assez raide dans sa première moitié mais bien plus roulante arrivé à moins de 5km de Laguardia. La descente sera suivie de 4km en faux-plat montant jusqu’à l’entrée dans Laguardia et la côte finale.

Une côte d’un kilomètre à 8% de moyenne, mais les 700 premiers mètres seront les plus difficiles avec une moyenne au dessus des 9% et des rampes à près de 11% jusqu’à la dernière courbe à gauche à 250m de la ligne. La pente va dès lors se radoucir.


Météo

Avec l’arrivée en Espagne, les températures vont monter ! Nous devrions approcher des 30° demain après-midi.

Le vent soufflera en provenance du nord-est, plutôt défavorable sur les 50 premiers kilomètres de course. Il sera un peu plus favorable par la suite jusqu’au pied du Puerto de Herrera où le vent frappera de côté.

Les derniers kilomètres de l’étape se feront avec un vent défavorable.

L’impact du vent devrait tout de même être minoré par sa faible force, la vitesse n’excédant pas les 9km/h au cours de la journée.


Le Scenario

Les 50 premiers kilomètres de course ne seront vraiment pas à l’avantage de l’échappée, entre le peu de difficulté permettant de s’extirper du peloton et ce vent de face (même léger).

Sur le papier, cette étape est totalement contrôlable si certaines équipes décident de s’entendre. De plus, lorsque l’on regarde le profil des 20 derniers kilomètres, on se dit que certains leaders au CG pourraient être intéressés par la victoire et les bonifications qui vont avec.

La même question revient toujours : qui pour contrôler l’échappée ? Les purs sprinters n’ont quasiment aucune chance de s’imposer à Laguardia. S’ils survivent au rythme dans le Puerto de Herrera, il y a de fortes chances qu’ils soient dans le rouge dans le kilomètre final et en incapacité de sprinter face à des profils plus puncheurs.

Quid des équipes des leaders au CG ? Jumbo a fait tourner le maillot rouge sur les 3 premières étapes qu’ils n’ont pas eu à contrôler. La Vuelta débute réellement avec cette étape et je ne serais pas étonné qu’ils voient d »un bon oeil le fait de lâcher le maillot à un second couteau, sans manquer de respect à personne. Cette logique s’applique à beaucoup sinon toutes les équipes de leaders.

Seulement, entre les bonifications au sommet du Puerto de Herrera et à l’arrivée, ce sont 13″ qu’il y a à récupérer, et parmi les leaders pou le CG on compte quelques hommes à qui cette arrivée convient parfaitement comme Roglic, Almeida, Valverde ou Higuita pou ne citer qu’eux. D’autres équipes jouant le général ont aussi des hommes pour jouer cette étape comme Alaphilippe pour QS ou Hayter pour INEOS.

On a pu le voir sur les GT précédents, il est très compliqué d’accrocher le bon coup avec ce type de départ sans difficulté. Il faudra être un bon rouleur et un brin de chance pour ne pas louper le coche. L’étape n’est pas excessivement longue, et l’échappée pourrait mettre longtemps à s’établir (si on prend aussi en compte qu’une bonne partie du top 100 peut aller chercher le maillot rouge), et peu de temps pour prendre de la marge.

Je pense que beaucoup d’équipes auront un intérêt à prendre les choses en main demain pour tenter d’aller chercher la victoire d’étape, avec en tête INEOS, QuickStep et Movistar.


Les Prétendants

Jumbo : Si cela n’a pas vraiment été le cas cette année, Roglic a déjà remporté des étapes sur des finish aux profils identiques. Nulle doute que Jumbo parviendra à le placer à l’avant pour s’assurer qu’il ne prenne pas de cassure inutile. Les doutes sur sa forme actuelle peuvent inciter à la prudence, mais il devrait se battre pour la victoire et je ne serais pas étonné qu’il la décroche. Excellent puncheur possédant une bonne vitesse sur sprint plat aussi, les derniers hectomètres moins pentus pourrait être à son avantage par rapport à certains de ses adversaires.

Bora : Deux hommes sortent du lot côté Bora dans un final comme celui-ci. Higuita en premier lieu, on connaît les qualités de punch et la vitesse du colombien qui en a aussi remporté cette année. Mais on peut aussi citer Kelderman qui a déjà montré être capable de décrocher de bonnes places sur des sprints punchy comme sur la 1ere étape du Giro, ou l’année dernière sur les 2 premières étapes du Tour et sur le Dauphiné.

INEOS : Les Grenadiers ont dans leur rang un homme qui va apprécier tout particulièrement ce final, Ethan Hayter. Étrange à régulièrement eu des problèmes de placement qui lui ont coûté des sprints. Mais on peut imaginer qu’avec un peloton moins fourni demain dans Laguardia ce problème sera minoré. Un peu décevant dans ses sprints sur le Tour de Pologne en début de mois, on peut imaginer que sa condition est meilleure en ce début de Vuelta.

UAE : Une autre équipe qui possède plusieurs carte avec Almeida, Ayuso et McNulty. Le vrai problème d’UAE sans Pogacar est que le leadership n’est jamais à 100% limpide. Est ce que demain nous verrons tout le monde se mettre en ordre de marche derrière un seul homme ? Almeida étant le leader pour le CG on peut imaginer qu’il sera la carte maîtresse, ou bien alors chacun aura le droit de tenter sa chance dans l’anarchie la plus totale. Tous 3 disposent d’une très bonne pointe de vitesse sur un sprint en côte.

Quickstep : Un final sur le papier parfait pour Alaphilippe, qui aurait peut-être préféré que les derniers hectomètres soient aussi pentus que le pied de la côte cependant. Cette année à été compliqué pour le champion du Monde, entre blessure et Covid, et il n’est probablement pas à 100%. On l’a aussi vu battu à plusieurs reprise sur des sprints en petit comité, que ce soit par Bilbao ou encore Martinez. QS pourra aussi compter sur Remco même si en petit comité sur un final comme celui ci je ne le vois pas s’imposer, il aura besoin d’anticiper. J’imagine plutôt une attaque de Remco sur la 5eme étape, demain QS pourrait être en ordre de bataille derrière Alaphilippe.

Movistar : Il y a fort à parier que Movistar tentera de mettre Valverde dans les meilleures dispositions demain. Un final qui lui convient parfaitement même s’il pourrait trouver plus rapide que lui au final.


Mes Choix

Vous l’aurez compris, pour demain je me dirige vers un scénario sprint réduit, j’imagine bien trop d’équipes intéressées par la victoire pour laisser l’échappée aller au bout. Avec un final comme celui-ci, le placement au pied de la dernière côte sera important, mon choix va se porter sur deux hommes en particulier. Tout d’abord Roglic qui a remporté à mainte reprise ce type d’étape. Nous sommes sur la Vuelta, son terrain de jeu, et si la forme est un doute je reste persuadé que s’il est aligné c’est qu’il se sent capable de réaliser quelque chose. Ensuite, le collectif INEOS est souvent excellemment placé sur les fins d’étapes pour s’assurer que ses leaders soient hors de danger, demain ne devrait pas déroger à la règle. Hayter doit à tout prix être dans les roues, et le fait que le peloton ne devrait pas être au complet pourrait l’aider à être positionné à l’avant. Avec ces 300 derniers mètres moins pentus, bien placé il pourrait avoir un avantage sur de plus purs puncheurs.

  • Roglic @ 5.60 (0.3%)
  • Hayter @ 8 (0.2%)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :