Tour de France 2022 – Etape 16

Présentation de l’étape

©LeTour.fr

Une nouvelle étape qui pourrait revenir aux échappés, l’enchaînement des deux ascensions de première catégorie étant finalement assez loin de l’arrivée et ne devrait pas inciter les équipes de leaders à chasser toute la journée. Les quelques côtes sur les 45 premiers kilomètres devraient permettre la formation d’une échappée qui pourrait ne pas être revue. Une belle bataille à prévoir tout de même dans le Mur de Péguère, dont les 3.5 derniers kilomètres afficheront plus de 11% sur une route étroite.


Le Parcours

Sur les 43 premiers kilomètres de courses, le parcours ne sera pas totalement plat, on y trouvera 2 côtes répertoriées et une non répertoriée.

  • Côte de Saint-Hilaire (1.5km à 6.6%) – km 13.7
  • Col de l’Espinas (5.3km à 5%) – km 36.6

Suivant quasiment immédiatement le Col de l’Espinas il y aura une troisième côte, cette fois-ci non répertoriée, longue de 3 kilomètres à 5.5% de moyenne. Passé cette côte, il n’y aura rien d’autre à signaler jusqu’au kilomètre 97. A ce moment débutera un faux plat montant d’une quinzaine de kilomètres qui mènera le peloton au pied de la première vraie difficulté de la journée.

Il s’agira du Port de L’Ers et de ses 11.4km à 7% de moyenne. Une ascension de plus de 30 minutes sur des routes étroites. Le sommet sera situé à 53km de l’arrivée.

Suivra ensuite une longue descente de près de 15km assez technique, notamment dans sa première partie, sur une route peu large, jusqu’à Massat au kilomètre 141. La descente se fera tout de même plus roulante sur la fin.

Quasiment dès la fin de la descente débutera la dernière ascension de la journée, le Mur de Péguère.

Les 5 800 premiers mètres de l’ascension ne présente pas de pourcentages exceptionnels, plutôt proches de 6 – 7%. Les choses changent du tout au tout une fois passé Boussenac au kilomètre 147.5. La pente se fera bien plus raide et les 3.5 derniers kilomètres de l’ascension affichent 11.7% de moyenne, le tout sur une route bien plus étroite.

Suivra ensuite une longue descente de près de 18km jusqu’à Serres-sur-Arget au kilomètre 169. Une descente qui présentera certaines portions plus sinueuses notamment sur la fin.

Les 10 kilomètres restant ne seront pas plat mais plus proche d’un léger faux plat descendant (entre 1 et 2%).


Météo

Des températures qui devraient dépasser les 35°, encore.

Le vent soufflera assez fort en début d’étape (environ 25km/h) mais diminuera au fur et à mesure de la journée. Un vent d’Est sur les 10 premiers kilomètres qui frappera les coureurs de côté, puis la direction changera avec en vent de Nord-Est. Le vent sera alors de 3/4 dos pour une bonne partie de l’étape jusqu’au pied du Port de Lers.


Scenario

Les quelques côtes sur les 40 premiers kilomètres de course sont une bonne nouvelle pour les grimpeurs désireux de prendre l’échappée. Beaucoup d’équipe voudront être représentées et une fois le bon coup parti, pas sûr qu’une équipe de leader ne se mette à la planche derrière pour maintenir l’écart. Avec deux hommes en moins, ce ne sera pas UAE et Jumbo en tout cas, sauf si un homme dangereux est présent à l’avant.

Il faudra aussi surveiller les hommes cherchant une place dans le top 10, on a pu voir Meintjes effectuer un gros rapproché lors de l’étape de Mende, peu de chance qu’on laisse autant de temps d’avance à un homme dangereux pour une place dans le haut du tableau, nous pourrions voir d’autres équipes rouler pour maintenir un écart raisonnable si cela devait arriver.

Il faut aussi noter que cette 16ème étape sera probablement la dernière chance pour les baroudeurs / grimpeurs de repartir avec une victoire. Pogacar ayant annoncé qu’il tentera le tout pour le tout en montagne, il y a fort à parier que les deux grosses étapes avec arrivée en altitude mercredi et jeudi soient la chasse gardée des leaders au classement général. Il n’est pas non plus à exclure que Pogacar tente sa chance aujourd’hui, mais je l’imagine plutôt attendre le mur de Péguère pour lancer les grandes manœuvres, et l’échappée (ou ce qu’il en reste) pourrait avoir gardé assez d’avance pour aller au bout.

La bataille pour le maillot à pois est à prendre en compte pour la formation de l’échappée. Geschke voudra en être, tout comme Ciccone, et pourquoi pas Powless. J’ai plus de doutes sur Meintjes qui devrait plutôt s’accrocher à une belle place au général. Si un des trois hommes n’est pas dans ce qui ressemblera au bon coup, Cofidis, Trek et potentiellement EF devraient relancer derrière. Ce n’est pas l’étape qui donnera le plus de points sur les 3 jours à venir, mais ces 20 points dans le final de l’étape seront primordiaux.

Vous l’aurez compris, sauf scenario extraordinaire, je vois l’échappée se jouer la gagne demain. Derrière, un Pogacar déchaîné dans les pentes les plus raides du Mur de Péguère !


Les Prétendants

Bora : Avec la profondeur de l’effectif on peut trouver assez étrange que la Bora n’ai toujours pas gagner sur ce Tour ! Kämna qui avait réalisé de belles choses sur ici-même sur le Tour 2019 et Konrad qui est peut-être le plus en forme côté Bora seront les meilleures cartes de l’équipe. Une des équipes qui devrait être surreprésentée à l’avant, malheureusement pour eux ce fut Felix et non Patrick qui s’était retrouvé à l’avant lors de l’étape de Mende. En jouant du nombre, ils trouveront une autre chance de s’imposer demain.

EF : Bettiol est indéniablement dans une forme excellente et aura pâti de la stratégie de son équipe sur l’étape de Mende. Son temps d’ascension après avoir dû travailler pour Powless puis Uran est excellent, aussi bon que certains des leaders au général. Ses capacités en montagne se sont aussi améliorées, on a pu le voir lors du Giro 21′ mais aussi sur la course des JO. Si sa forme est toujours la même en ce début de 3ème semaine, il sera un vrai client. Powless devrait lui aussi essayer de prendre le bon coup, mais peut-être commencera t-il à payer ses efforts consentis depuis le début du Tour.

Trek : Il est clair que Ciccone fait du maillot à pois un objectif, Simmons ne sprinter en haut des cols de 4ème et 3ème cat. pour rien sur l’étape de Mende. Demain, Simmons ou Pedersen devrait de nouveau l’accompagner pour l’aider à sortir si l’échappée venait à se former sur le plat. Malade en début de Tour, Giulio a trainé sa peine en première semaine avant que du mieux ne se fasse sentir en deuxième semaine. Certes trop court dès le pied de l’Alpe, il ne faut pas oublier que ce jour là il est sorti en solitaire en contre dans le Galibier, vent de face pour rentrer sur le groupe d’échappé. Bon grimpeur/puncheur et descendeur, il coche toutes les cases pour demain. L’absence d’un clair favori en échappée peut lui laisser espérer un bon résultat même s’il n’est pas encore à 100%.

Bahraïn : La Bahraïn peut-elle encore sauver son Tour ? Mohoric est absent des débats depuis le début du Tour et pourtant de nombreuses étapes semblaient lui convenir. Sur les dernières étapes cependant on a pu le voir tenter de prendre le bon coup, tout comme Caruso lors de l’étape de Mende. Demain, les deux trouveront une étape qui leur conviendra, deux coureurs capable de garder et même de creuser un écart en descente. Il ne faudra pas les laisser basculer seuls en tête de la dernière difficulté sous peine de ne pas les revoir.


Mes Choix

  • Bettiol @ 13 (0.15%)
    • Top 3 @ 6.50 (0.1%)
  • Konrad @ 30 (0.1%)
    • Top 3 @ 7 (0.1%)
  • Ciccone @ 28 (0.1%)
    • Top 3 @ 8 (0.1%)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :