Tour de France 2022 – Présentation des équipes

Les Equipes Engagées

AG2R CITROËN TEAM

 BOUCHARD Geoffrey JUNGELS Bob
 CHÉREL Mikaël NAESEN Oliver
 COSNEFROY Benoît O’CONNOR Ben
 DEWULF Stan PARET-PEINTRE Aurélien

O’Connor a passé un cap avec sa 4ème place sur le Tour 2021 et ne cesse de confirmer son talent. Dernière preuve en date, sa 3ème place sur le général du Dauphiné où il aura été le seul à pouvoir suivre, même juste un temps, le duo de la Jumbo. Leader pour le classement général, il pourra compter sur le soutien de Bouchard qui va découvrir le Tour. Le français, vainqueur du Grand Prix de la Montagne sur la Vuelta 19′ et le Giro 21′, devrait aussi avoir carte blanche sur certaines étapes. A noter aussi le retour en forme de Jungels, qu’il pourrait être intéressant de suivre en échappée (si son test Covid revient négatif demain).


ALPECIN-DECEUNINCK

 DILLIER Silvan PLANCKAERT Edward
 GOGL Michael SBARAGLI Kristian
 KRIEGER Alexander VAN DER POEL Mathieu
 PHILIPSEN Jasper VAN KEIRSBULCK Guillaume

Changement de nom et de couleurs du côté d’Alpecin ! Philipsen sera bien le sprinter attitré de l’équipe en l’absence de Merlier. Le belge sera bien entouré même s’il pourra regretter l’absence de Rickaert, toujours convalescent. Bien évidemment, la star de l’équipe sera comme bien souvent Van der Poel. Le néerlandais sort d’un excellent Giro où il aura porté le maillot rose, et aura été offensif durant les 3 semaines. Il ne rentrera pas dans la compétition au maillot vert, mais on attend encore un VdP offensif sur un Tour où quelques étapes lui conviennent parfaitement.


ASTANA QAZAQSTAN TEAM

 RIABUSHENKO Alexandr LUTSENKO Alexey
 DOMBROWSKI Joe MOSCON Gianni
 FELLINE Fabio VELASCO Simone
 GRUZDEV Dmitriy ZEITS Andrey

7ème du Tour l’an dernier, Lutsenko va t-il de nouveau tenter d’accrocher un top 10 ou plutôt se concentrer sur les victoires d’étapes ? Avec un plateau relevé, difficile de l’imaginer améliorer son résultat au général de 2021. Une équipe qui devrait être offensive, à la recherche de victoire, avec en particulier Velasco et Dombrowski. On regrettera l’absence de Battistella, positif au Covid à deux jours du départ.


B&B HOTELS

 BARTHE Cyril LEMOINE Cyril
 BONNAMOUR Franck MOZZATO Luca
 GOUGEARD Alexis ROLLAND Pierre
 LECROQ Jérémy SCHÖNBERGER Sebastian

Une équipe qui devrait être de toutes les échappées, ou presque. Bonnamour, Super Combatif du Tour 2021, sera de nouveau de la partie. Rolland tout juste lauréat du Grand Prix de la montagne sur le Dauphiné pourrait avoir des vues sur le maillot à pois. Mais la concurrence s’annonce bien plus rude.


BAHRAIN VICTORIOUS

 CARUSO Damiano SÁNCHEZ Luis León
 GRADEK Kamil TEUNS Dylan
 HAIG Jack TRATNIK Jan
 MOHORIC Matej WRIGHT Fred

Caruso et Haig seront les deux leaders de l’équipe en vue du classement général, avec comme objectif de ramener un podium. On pourra regretter l’absence de Mäder qui aurait été un atout de poids en montagne pour le 2ème du Giro 21′ et le 3ème de la Vuelta 21′. Teuns et Mohoric seront d’excellents soutiens qui pourront tout de même chercher leur gloire personnelle, Matej ayant notamment jeté son dévolu sur l’étape des pavés. Si le soutien en haute montagne sera assez limité, l’équipe est bien articulé pour protéger ses leaders lors d’une première semaine piégeuse.


BORA-HANSGROHE

 GROSSSCHARTNER Felix POLITT Nils
 HALLER Marco SCHACHMANN Maximilian
 KONRAD Patrick VAN POPPEL Danny
 KÄMNA Lennard VLASOV Aleksandr

Petite surprise avec l’absence de Bennett dans l’équipe, mais sur un Tour si peu propice aux purs sprinters, Van Poppel a sa place avec tout ce qu’il a montré cette année. L’équipe peut donc être articulée autour de Vlasov dans la quête d’une belle place au général final. Haller et Politt auront un rôle primordial en 1ère semaine, avant que la route s’élève et que Grossschartner, Schachmann et Konrad ne prennent le relais pour s’occuper de Vlasov. En espérant que le Covid n’ai pas trop affaibli le russe. Qu’en sera t-il du rôle de Kämna, auteur d’une excellente saison ? Peut-être plus un rôle d’électron libre comme ce fût le cas sur le Giro ?


COFIDIS

 COQUARD Bryan MARTIN Guillaume
 GESCHKE Simon PEREZ Anthony
 IZAGIRRE Ion THOMAS Benjamin
 LAFAY Victor WALSCHEID Max

Une belle équipe sur le papier que nous devrions voir régulièrement à l’avant. Est-ce que Coquard pourra enfin décrocher cette victoire en WT qui lui manque tant ? Auteur d’une belle saison, il semble toujours lui manquer ce petit quelque chose. Il aura plus d’occasions de briller sur ce Tour qui fera la part belle aux profils comme le sien. Izagirre et Martin pourraient avoir leur mot à dire lorsque la route va s’élever. Un oeil attentif sur Thomas dans les étapes pour baroudeurs.


EF EDUCATION-EASYPOST

 URAN Rigoberto DOULL Owain
 GUERREIRO Ruben CORT Magnus
 BETTIOL Alberto POWLESS Neilson
 BISSEGGER Stefan RUTSCH Jonas

Avec de nombreux top 10 sur les GT et un podium sur le Tour lors de l’édition 2017, est-ce qu’Uran (35 ans) s’aligne encore avec une place au général comme objectif ? Possible, lui qui dit vouloir prendre la course au jour le jour. L’équipe envoyé par EF est vraiment très intéressante dans l’optique des victoires d’étapes. Cort bien sûr sera une des pièce maîtresses sur les arrivées punchy et en échappée, tout comme Bettiol qui a montré un très belle forme sur le Tour de Suisse. Guerreiro a fait d’énormes progrès en montagne et arrive prêt après de bonnes prestations sur les routes françaises en juin. Le portugais vient sur ce Tour avec l’envie de « remporter quelque chose » Une étape ? Un classement annexe ? Un oeil attentif à Powless lui aussi auteur d’un bon Tour de Suisse. L’absence de Chaves reste une petite énigme.


GROUPAMA-FDJ

 DUCHESNE Antoine LE GAC Olivier
 GAUDU David MADOUAS Valentin
 GENIETS Kevin PINOT Thibaut
 KÜNG Stefan STORER Michael

Objectif podium pour la FDJ sur ce Tour de France. Gaudu est indéniablement la carte maîtresse dans la recherche de cet objectif, comme confirmé par Madiot lui-même. Toujours d’après Madiot, Storer mais aussi Pinot seront ses lieutenants en montagne. Toute l’équipe est articulée autour de David donc dans la recherche de l’objectif fixé en début de saison : le podium du général. Pas de liberté pour un Pinot ayant aussi évoqué le maillot à pois qui « le faisait rêver étant petit » ? Difficile d’imaginer qu’il se contentera uniquement du rôle de lieutenant, d’autant plus si Gaudu se retrouve loin au général.


INEOS GRENADIERS

 CASTROVIEJO Jonathan ROWE Luke
 GANNA Filippo THOMAS Geraint
 MARTINEZ Daniel VAN BAARLE Dylan
 PIDCOCK Tom YATES Adam

Assez peu de certitudes côté INEOS cette année, l’équipe avance un peu dans le flou avec 3 leaders : Thomas, Yates et Martinez. La hiérarchie se fera très certainement au jour le jour, et la première semaine pourrait déjà permettre d’y voir plus clair. Malgré son excellent Tour de Suisse, difficile d’imaginer un Thomas compétitif face aux slovènes sur 3 semaines. Yates est beaucoup trop inconstant pour être leader unique. Martinez paraît être la meilleure solution des Grenadiers à ce jeu là. A voir s’il gère la pression d’être leader sur 3 semaines et si sa première semaine se passe sans encombres. Quand viendra la montagne, il faudra faire des choix car l’équipe semble assez légère en équipier dans ce domaine, mise à part Castroviejo. Pidcock pour les étapes accidentés et finish punchy, Ganna pour les c.l.m bien sûr, mais aussi pour aider en première semaine aux côtés de Rowe et Van Baarle.


INTERMARCHÉ-WANTY-GOBERT

 BYSTRØM Sven Erik PASQUALON Andrea
 GOOSSENS Kobe PETIT Adrien
 KRISTOFF Alexander VAN DER HOORN Taco
 MEINTJES Louis ZIMMERMANN Georg

Pas de Hermans, annoncé en partance du côté d’Alpecin (ceci expliquant peut-être cela, vraiment dommage). Meintjes semble parti pour jouer une place dans le top 10 final, pendant que Kristoff sera la carte sprint de l’équipe, appuyé par Pasqualon. Nul doute que Petit aura coché cette fameuse 5ème étape dont un des secteurs pavé porte son nom !


ISRAEL-PREMIER TECH

 CLARKE Simon HOULE Hugo
 FROOME Chris IMPEY Daryl
 FUGLSANG Jakob NEILANDS Krists
 BOIVIN Guillaume WOODS Michael

Objectif principal : une victoire d’étape sur le Tour de France, et potentiellement le maillot de la montagne si cela est possible. Une équipe que nous devrions voir régulièrement à l’offensive donc. Fuglsang est dans une forme excellente (vainqueur de la Mercan’tour et 3ème du Tour de Suisse), Impey vainqueur d’étape sur le Tour de Suisse semble prêt pour les sprints en petit comité, tout comme Woods récent vainqueur de la Route d’Occitanie. Un oeil aussi sur Froome qui a semblé peu à peu retrouver des sensations jusqu’alors perdues. Un dernier coup d’éclat sur une épreuve qu’il a remporté 4 fois ?


JUMBO-VISMA

 BENOOT Tiesj ROGLIC Primoz
 KRUIJSWIJK Steven VAN AERT Wout
 KUSS Sepp VAN HOOYDONCK Nathan
 LAPORTE Christophe VINGEGAARD Jonas

Est-ce que le duo Roglic / Vingegaard sera l’arme anti-Pogacar cette année ? Primoz avait dû malheureusement abandonner l’année passée après sa chute, laissant la charge du CG à son équipier Vingegaard qui terminera second du Tour. Les deux seront protégés cette année, et nous avons pu les voir déjà en forme sur le Dauphiné où personne ne semblait à leur hauteur. L’adversité sera bien plus grande en juillet, mais les résultats sont de bonne augure, notamment côté Roglic qui semblait se bonifier au fur et à mesure des étape. L’équipe chassera aussi le vert avec Van Aert, mais est-ce que la recherche de ce double objectif ne sera pas trop compliquée à gérer dans la quête du maillot jaune ? Rouler pour que Wout prenne des points dans la course au vert implique de fatiguer des équipiers, et même de faire rouler ses leaders comme on a pu le voir sur le Dauphiné. Attention à ne pas se brûler les ailes à vouloir jouer sur tous les tableaux. Une équipe complète et compétitive qui sera très certainement la seule en mesure d’espérer faire douter Tadej.


LOTTO SOUDAL

 EWAN Caleb KRON Andreas
 FRISON Frederik VAN MOER Brent
 GILBERT Philippe VERMEERSCH Florian
 JANSE VAN RENSBURG Reinardt WELLENS Tim

Pas d’ambition au général pour la Lotto qui viendra sur le Tour uniquement à la recherche de victoire d’étape, et tenter de scorer pour le classement UCI ! Ewan sera là pour les sprints, en revanche il ne disposera pas de son train. Quand on connaît déjà les soucis de placement fréquent chez lui, on peut se demander la raison de ce choix. Il aura été très décevant sur le Giro, à voir s’il peut redresser la barre. Pour les étapes plus accidentées, l’équipe disposera de très bons éléments avec Kron, Van Moer, Vermeersch mais aussi Wellens.


MOVISTAR TEAM

 ERVITI Imanol MUHLBERGER Gregor
 IZAGIRRE Gorka OLIVEIRA Nelson
 JORGENSON Matteo TORRES Albert
 MAS Enric VERONA Carlos

Mas s’aligne en leader afin d’aller chercher un nouveau top 10 sur un Grand Tour. Ses qualités de grimpeurs peuvent décemment lui faire espérer une place dans le top 5, mais il sera probablement assez vite esseulé, l’équipe autour de lui ne semblant pas vraiment en mesure de l’accompagner bien longtemps. Et vu ses difficultés à rester sur son vélo, la première semaine me fait peur pour lui. On gardera à l’oeil tout de même le jeune Jorgenson qui pourrait surprendre, tout comme Verona, Izagirre ou encore Muhlberger pour les échappés.


QUICK-STEP ALPHA VINYL TEAM

 ASGREEN Kasper HONORE Mikkel
 BAGIOLI Andrea JAKOBSEN Fabio
 CATTANEO Mattia LAMPAERT Yves
 SÉNÉCHAL Florian MØRKØV Michael

Jakobsen sera le sprinter attitré et pourra compter lors des arrivées massives sur le travail de l’ensemble de ses équipiers, avec l’incontournable Morkov en rampe de lancement, aidé d’Asgreen et Lampaert. Honoré, Cattaneo et Bagioli seront les hommes à surveiller côté Quickstep en échappée lorsque la route va s’élever, Mattia ne semblant pas parti pour jouer une place dans le top 10 au général à priori. A noter que Sénéchal remplace finalement Declercq, malade. Deux profils bien différent ce qui va forcer l’équipe à revoir un peu l’approche des étapes de sprint.

TEAM ARKÉA-SAMSIC

 BARGUIL Warren LOUVEL Matis
 BOUET Maxime OWSIAN Lukasz
 CAPIOT Amaury QUINTANA Nairo
 HOFSTETTER Hugo SWIFT Connor

Un bon classement général ainsi qu’une victoire d’étape, voici les deux objectifs fixés par l’équipe pour Quintana. Si le classement général semble compliqué à jouer, une victoire d’étape en échappée pourrait déjà être plus à sa portée. Nairo est un des leaders pour qui je me fait le moins de soucis en 1ère semaine, malgré son gabarit il est l’un des tout meilleurs pour se placer. Hofstetter sera la carte sprint côté Arkea, quand Barguil sera un des hommes de l’effectif à surveiller en échappée sur les étapes où la route va s’élever.


TEAM BIKEEXCHANGE-JAYCO

 BAUER Jack JUUL-JENSEN Christopher
 DURBRIDGE Luke MATTHEWS Michael
 GROENEWEGEN Dylan MEZGEC Luka
 JANSEN Amund Grøndahl SCHULTZ Nick

Pas de Simon Yates au final sur ce Tour de France, pas d’ambitions au général donc pour le team BikeExchange. De belles chances au sprint tout de même avec Groeneweggen, venu sur le Dauphiné pour se faire la caisse avant ce Tour de France pas vraiment taillé pour les sprinters de son gabarit. Il pourra tout de même compter sur l’excellent Mezgec comme poisson pilote. Matthews sera lui attendu sur les arrivée plus punchy où les purs sprinters ne devraient pas être de la partie.


TEAM DSM

 BARDET Romain HAMILTON Chris
 DAINESE Alberto LEKNESSUND Andreas
 DEGENKOLB John TUSVELD Martijn
 EEKHOFF Nils VERMAERKE Kevin

Après son abandon sur le Giro, Bardet va faire son retour sur le Tour. A priori, sans ambitions au général et avec l’envie de courir les étapes comme « 19 classiques ». Un Bardet offensif donc ! A ce jeu là, Romain ne pourrait-il pas finalement se retrouver à jouer le classement de la Montagne comme sur la précédente Vuelta ? Dainese sera le sprinter de l’équipe et tentera de s’appuyer sur la confiance générée par sa victoire d’étape sur le Giro. Entre Hamilton, Leknessund et Tusveld, l’équipe ne devrait pas manquer de solutions offensives.


TOTALENERGIES

 BODNAR Maciej BOASSON-HAGEN Edvald
 BURGAUDEAU Mathieu SAGAN Peter
 LATOUR Pierre TURGIS Anthony
 OSS Daniel VUILLERMOZ Alexis

Après un début de saison très compliqué, Sagan a semblé revenir en forme lors du Tour de Suisse où il a remporté une étape au sprint. Le Tour passera de nouveau par Longwy où Peter s’était imposé il y a quelques années, de quoi se rappeler quelques bons souvenirs ! De son côté, Latour sera à la recherche d’une victoire d’étape en montagne.


TREK-SEGAFREDO

 CICCONE Giulio PEDERSEN Mads
 GALLOPIN Tony SIMMONS Quinn
 KIRSCH Alex SKUJINS Toms
 MOLLEMA Bauke STUYVEN Jasper

Un effectif qui vient chasser les étapes, et à la vue de l’équipe alignée il ne serait pas surprenant de les voir réussir leur coup plus d’une fois sur ce Tour ! Tout d’abord, l’équipe misera sur Pedersen qui voudra aller chercher le maillot jaune chez lui si possible, ou un autre moment en première semaine, bien aidé par Stuyven entre autres. Par la suite, dans les étapes de montagne Ciccone et Mollema seront plus souvent à l’avant pour chercher les victoires d’étapes. On surveillera aussi le jeune Simmons, meilleur grimpeur de Tirreno et du Tour de Suisse, à l’occasion de son premier Tour de France.


UAE TEAM EMIRATES

 BENNETT George MCNULTY Brandon
 BJERG Mikkel POGACAR Tadej
 LAENGEN Vegard Stake SOLER Marc
 MAJKA Rafal HIRSCHI Marc

Archi favori à sa propre succession, Pogacar s’aligne en quête d’un 3ème succès d’affilée sur le Tour. Un effectif peut-être plus limité que celui de la Jumbo et INEOS pour la première semaine, surtout depuis l’annonce du retrait de Trentin (remplacé par Hirschi). Une absence de poids qui pourrait être grandement préjudiciable à Tadej. En revanche une fois la montagne venue, le slovène sera extrêmement bien entouré et protégé, notamment grâce à un des tout meilleurs équipiers de montagne dont on puisse rêver : Majka.


Les Classements

CLASSEMENT GENERAL

maillot jaune

Difficile de se projeter sereinement sur ces 3 semaines de Tour de France avec le Covid planant comme une épée de Damoclès au dessus des coureurs. L’UCI vient juste d’assouplir son protocole Covid, l’organisateur n’aura désormais plus la possibilité d’exclure une équipe au complet au cas où 2 coureurs ou plus seraient positifs. L’isolement sera traité au cas par cas. Au delà d’être le plus fort pour remporter le Tour, il faudra aussi faire extrêmement attention jusqu’à la dernière étape et être chanceux pour passer entre les mailles du filet Covid.

Impossible de savoir qui sera touché ou non par le Covid, difficile de prendre cet élément en compte dans les prédictions d’un top 10 sur ce Tour. Imaginons (miracle improbable) qu’aucun leader ne soit touché, quels seraient alors les favoris à une place dans le top 10 ?

Pogacar semble quasiment intouchable, il est toujours bon de rappeler que depuis le Tour 2020 il a remporté toutes les courses par étapes sur lesquelles il s’est aligné (à l’exception de l’Itzulia 2021, où UAE lui avait demandé de protéger McNulty leader sur la dernière étape). Jamais nous ne l’avons vu réellement craquer, à se demander si les journées « sans » lui sont familières ! Deux personnes cependant ont réussi à fissurer l’armure. Tout d’abord Roglic sur le Tour 2020, dans les terribles rampes du col de la Loze puis son équipier Vingegaard un an plus tard dans le Ventoux. Par deux fois cela n’aura pas eu d’influence sur le classement général, mais cela pourrait leur donner l’espoir qu’en alliant leur force, un coup soit possible.

Problème de taille, Pogacar semble se bonifier avec le temps ! Si la première semaine pouvait-être inquiétante pour lui, on a pu voir lors du Tour des Flandres que le placement et la gestion des pavés ne sont plus un problème. Tout de même, l’absence de Trentin lui sera préjudiciable. De plus, qu’ils soient deux ou 10 contre lui, si Tadej décide de porter lui-même une attaque il faudra espérer être au moins aussi fort que lui à ce moment là (regardez de nouveau les Strade Bianche 2022 si vous voulez comprendre ce dont je parle). Pogacar est un attaquant né, difficile de l’imaginer rester sagement dans les roues. Alors sur le papier oui, il paraît imbattable. Mais la vérité d’un jour n’est pas celle du lendemain. On a souvent tendance à cantonner Roglic à son rôle de « beautiful loser« , avec en tête son visage au sommet de La Planche en 2020. Il faut rappeler que le second slovène est une vraie machine lui aussi, certes friable lorsque la pluie s’invite sur le parcours, mais à l’image de sa Vuelta 2021 tout aussi capable de traverser 3 semaines sans connaître un coup de moins bien. Si un homme est capable de faire douter Pogacar, c’est certainement lui. Problème pour les comparer, les deux slovènes prennent bien soin de s’éviter dans leur choix de course durant la saison, l’Itzulia 2021 étant finalement la dernière fois que nous les avons vu l’un face à l’autre dans une course par étape.

Quid de Vingegaard ? Il a montré sur le Dauphiné qu’il était au moins au niveau de Roglic si ce n’est un petit ton au dessus. L’année dernière il avait été un très bon plan B pour Jumbo suite à la chute et l’abandon de Roglic. Désormais co-leader officiel, il grimpe dans la hiérarchie. On l’a vu cependant sur Tirreno, il n’est pas au niveau de Pogacar (mais est-ce que quelqu’un l’est ?) Jumbo devra jouer de sa force collective, essayer de profiter de cette première semaine piégeuse pour potentiellement prendre du temps. Sur les pavés, nous avons pu voir un Roglic très à l’aise à l’occasion du GP de Denain plus tôt dans la saison. De mémoire, je n’ai pas souvenir de performances particulières de Vingegaard sur ce type de parcours. Quand viendra la montagne, si les deux leaders sont encore en course viendra alors le temps de faire un choix : attaquer à tour de rôle jusqu’à ce que l’élastique claque ? Mais si l’élastique ne claque pas pour Pogacar, il faudra espérer que le second Jumbo soit capable de rester dans la roue de Tadej, sinon le match tournera vite au 1 contre 1. Et si Pogacar venait lui-même à passer à l’offensive, qui devrait se sacrifier ? Sauf défaillance claire de Roglic, la hiérarchie et le passé des deux coureurs indiquent que Roglic devrait avoir la priorité (n’oublions pas qu’il a 3 Vuelta à son actif, ainsi qu’un podium sur le Tour et un sur le Giro).

Derrière, nous pouvons tout de même citer des outsiders en embuscade, prêts à jouer leur chance en cas de défaillance du « Big 3 » ou simplement de profiter du fait qu’ils pourraient s’observer à certains moment. Je veux commencer par citer Vlasov, auteur d’une excellente saison. Son départ d’Astana a été une vraie bénédiction pour le russe qui a clairement passé un cap cette année. Une 4ème place sur le Giro 21′ comme meilleur résultat sur un GT, assez peu pour avoir une vraie confiance. Malgré tout, il est monté en régime toute la saison et s’il y a une année où il a une chance d’accrocher un top 5 (pourquoi pas mieux) sur le Tour, ça pourrait être cette année. Touché par le Covid sur le Tour de Suisse, il faudra espérer que ses capacités n’en soient pas trop impactées. Mais vu qu’il remporte l’étape la veille de son abandon sur le TDS, on imagine que cela devrait aller. Interrogation sur ses compétences sur les pavés, mais avec une équipe axée autour de lui et de bons équipiers, Bora a choisi de mettre toutes les chances de son côté.

Parlons ensuite du trident INEOS : Thomas / Yates / Martinez. Avant le Tour de Suisse, il ne faisait quasiment aucun doute pour personne que Martinez serait l’option CG numéro 1 côté Grenadiers. Des performances décevantes au début, avant de certes monter doucement en régime sur la fin, auront rebattu un tant soit peu les cartes. Surtout en comparaison avec la très bonne semaine réalisée par Thomas, sorti vainqueur de ce même Tour de Suisse. S’il ne faut pas non plus tirer la sonnette d’alarme pour le colombien, on peut tout de même s’interroger sur sa forme en début de Tour de France. Et quand on voit la première semaine piégeuse qui attend les coureurs… Lui aussi présent sur le Grand Prix de Denain, Martinez n’avait pas été mauvais sur les pavés, mais rien de vraiment marquant en comparaison de la course réalisée par ses équipiers et Roglic. INEOS compte de bons équipiers pour cette première semaine piégeuse, mais protéger continuellement 3 leaders sur cette semaine va s’avérer très compliqué. S’il perd du temps en première semaine, difficile de le voir en reprendre par la suite, tout excellent grimpeur qu’il soit. Yates semble être celui qui a le moins la faveur des foules, son inconstance sur 3 semaines lui ayant toujours fait défaut, difficile d’imaginer un autre scenario cette année.

O’Connor est l’auteur d’une excellente saison qui vient confirmer encore plus le saut de qualité qu’il réalise depuis maintenant 2 ans. 4ème du Tour 2021, j’ai tout de même du mal à le voir améliorer cette magnifique performance cette année. En aucun cas je ne remet en cause ses qualités, mais à la pédale je place d’autres coureurs avant lui, n’oublions pas qu’il a pu se replacer au général à la faveur d’une échappée lui permettant de reprendre plusieurs minutes en 2021. Mais il est vrai que cette année il semble encore plus fort que l’année dernière. Si les circonstances de course lui sont favorable, un top 5 semble être dans ses cordes.

S’il est homme régulier dans les top 6 , c’est bien Mas. Cette année, il a montré être en forme par moment mais a aussi beaucoup chuté. La règle n’est pas universelle, mais Mas semble avoir du mal à tenir sur le vélo (il avait déjà chuté aussi sur le Tour 2021). Très bon grimpeur, surtout dans les forts pourcentages, sans encombres en 1ère semaine il pourrait se retrouver très bien placé pour jouer une nouvelle place dans le top 5 du Tour. Malheureusement, je ne suis pas sûr que sa première semaine se passe parfaitement bien…

Dans les prétendants au top 10 cette année, j’ajouterais aussi Uran pour sa grande régularité et son esprit tourné vers l’attaque (de la roue arrière de ses adversaires). Gaudu vient certes jouer le podium mais j’ai du mal à le voir tenir le choc, un top est cependant tout à fait dans ses cordes à mon avis. Enfin, sur la forme du moment côté Bahrain mon choix se porte plutôt sur Caruso qui pourra en plus compter sur ses meilleurs capacités contre-la-montre par rapport à son équipier Haig.

Mon Top 10

🥇 Roglic
🥈 Pogacar
🥉 Vlasov
4. Vingegaard
5. O’Connor
6. Mas
7. Thomas
8. Caruso
9. Uran
10. Gaudu

CLASSEMENT PAR POINTS

Maillot vert
  • Basse difficulté – Les points sont attribués aux 15 premiers comme suis sur les étapes 2 – 3 – 4 – 5 – 6 – 8 – 13 – 15 – 19
50302018161412108765432
  • Etapes accidentées – Les points sont attribués aux 15 premiers comme suis sur les étapes 7 – 10 – 14 – 16
30252219171513119765432
  • Haute difficulté (et c.l.m) – Les points sont attribués aux 15 premiers comme suis sur les étapes 1 – 11 – 12 – 17 – 18 – 20
201715131110987654321
  • Chaque sprint intermédiaire attribuera des points aux 15 premiers coureurs.
201715131110987654321

Comme vous avez pu vous en rendre compte, ce Tour de France n’est pas en faveur des purs sprinters. Sur les étapes rapportant 50 points au vainqueur, les sprinteurs ne seront finalement pas présents pour tous les sprints (une évidence pour les étapes 5, 6 et 8, un doute sur la 4, et en fonction du vent sur les étapes 2 et 3).

Van Aert ne pouvait pas choisir une meilleure année pour tenter de jouer le classement par point. Il sera présent dans les quelques sprints massifs pour engranger des points, toujours présent dans le final des étapes plus punchy où les sprinters ne seront pas, et potentiellement à l’avant sur certaines étapes accidentées. Il sera très difficile, voire impossible, de lui jouer le maillot cette année, en tout cas pour les purs sprinters. Le plus gros risque de mon point de vue (hormis le Covid) serait que le classement soit très serré et qu’à un moment Jumbo lui demande de laisser ses ambitions personnelles de côtés pour se concentrer sur l’aide à apporter à Jonas/Primoz. Des garanties semblent avoir été données à Wout cependant.

Son principal adversaire pourrait être Mads Pedersen. Le danois semble sprinter mieux que jamais cette année et passe lui aussi bien les bosses. On se rappelle qu’il a battu Van Aert cette année au sprint. De quoi lui donner bon espoir de croire en ses chances. En quête du jaune en première semaine, Pedersen devrait jouer les premiers rôles et engranger de précieux points pour le maillot vert.

Matthews aura le désavantage d’avoir Groeneweggen dans l’équipe. Le néerlandais présente probablement une plus grande assurance sur les sprints plats, mais on l’a vu sur le Dauphiné, il peut très vite être mis en difficulté lorsque la route s’élève. Matthews sera alors la carte sprint de l’équipe (encore plus sur les arrivées punchy) mais aura probablement dû laisser de gros points en route sur les massifs. On devrait le voir jouer les sprints intermédiaires, mais cela ne devrait pas être suffisant.

Dans un profil sprinter/puncheur assez similaire à Matthews, il convient aussi de citer Sagan, 7 fois vainqueur du classement par point. Trop juste probablement sur les massifs face au plateau de ce Tour, on devrait le voir plus à son aise sur les finish punchy et en comité réduit. Il a soufflé le chaud et le froid cette année mais semble tenir une forme honnête en témoigne sa victoire d’étape sur le Tour de Suisse.

Le pur sprinter le plus à même de jouer le maillot vert sera probablement Philipsen. Très rapide mais aussi très polyvalent, il peut être un des sprinters qui parviendrait à s’accrocher sur les étapes piégeuses. Cela lui donne à mon sens un avantage sur un Jakobsen ou un Groeneweggen dans la course au vert, même si pour une victoire d’étape les deux derniers cités ont plus de chances d’en claquer une à mon avis. Il faudrait tout de même quelques concours de circonstances pour qu’il ramène la tunique verte sur les champs. Et surtout, il est dans la même équipe que Van der Poel qui sera lui présent sur les étapes au final punchy, même sans forcément jouer le classement par points.

🥇 Van Aert
🥈 Pedersen
🥉 Matthews

CLASSEMENT DE LA MONTAGNE

Maillot blanc a pois rouge

Changement de réglementation important à noter cette année, les points de la montagne distribués lors des arrivées au sommet ne seront plus doublés.

  • 4ème catégorie : 1 point
  • 3ème catégorie : 2 et 1 point
  • 2ème catégorie : 5 – 3 – 2 et 1 point
  • 1ère catégorie : 10 – 8 – 6 – 4 – 2 et 1 point
  • Hors Catégorie: 20 – 15 – 12 – 10 – 8 – 6 – 4 et 2 points

Ce changement de réglementation signifie une chose très importante : le maillot à pois devrait revenir à un attaquant après deux ans où Pogacar le ramenait sur les Champs. Bien que les étapes 11 – 12 – 17 et 18 soient celles qui rapportent le plus de points à ce classement et qu’elles semblent vraisemblablement destinées à être jouées entre les leaders au général, la disposition des cols de 1ère cat. et les HC est telle qu’il sera difficile au même leader de tous les franchir en tête, surtout si les échappés passent les premiers cols avant le peloton, ce qui est fort probable.

Trek aligne une équipe offensive qui ne jouera pas le général, et cela me fait citer Ciccone comme un candidat potentiel à ce maillot. Je ne pense pas qu’à priori ce classement de la montagne soit un de ses objectifs. Cependant, au fur et à mesure des échappés il pourrait tourner son regard vers le classement de la montagne. On l’a déjà vu sur le Giro, en échappée il devrait régulièrement être parmi les meilleurs grimpeurs. En espérant qu’il se tienne a ce qu’il avait annoncé en début de saison, à savoir viser les étapes !

Meilleur grimpeur du Giro 2020, Guerreiro a semblé avoir encore passé un cap en montagne cette année, en témoigne son Dauphiné mais aussi et surtout sa victoire lors du Ventoux Dénivelé Challenge. Si le portugais délaisse le général (ce qui serait la meilleure idée) et qu’il vise les étapes, il devrait de facto se retrouver en position de jouer ce maillot. Un coureur à prendre au sérieux dans les échappées en montagne.

Pinot a déclaré il y a peu que ce maillot était un de ses rêves étant petit. La question est de savoir est-ce qu’il fera exprès de perdre du temps en première semaine afin d’avoir la latitude nécéssaire dès les étapes de montagne pour aller chercher le maillot ? On l’a vu dernièrement, Thibaut semble revenu a un très bon niveau et pourrait repartir avec une victoire d’étape en échappée. S’il se décide à jouer le maillot à pois, il sera un concurrent sérieux. Problème de taille cependant, il semblerait qu’il lui soit demandé de rester aux côtés de Gaudu en montagne (donc les étapes rapportant le plus de points). J’ai quelques doutes sur le fait que l’équipe ne lui laisse aucune marge d’action.

On peut aussi citer Bouchard qui tient une occasion en or pour sa première participation au Tour : s’il décroche le maillot à pois, il aura alors remporté ce classement sur les 3 Grand Tour ! Nul doute que cela doit trotter dans un coin de sa tête. S’il sera en soutien d’O’Connor sur des étapes clés, il devrait aussi avoir carte blanche sur certaines étapes. Mais il pourrait laisser de gros points s’envoler sur les étapes comportant plusieurs cols HC s’il doit rester avec Ben.

Quintana va commencer ce Tour avec l’objectif de décrocher une place au général ainsi qu’une victoire. J’ai du mal à l’imaginer jouer les premiers rôles sur 3 semaines, même si je pense qu’il sera un des leaders qui s’en sortira le mieux en première semaine. S’il venait à perdre du temps, on pourrait comme l’année dernière le retrouver à chasser les pois.

On peut aussi citer les noms de Woods, qui le chassait déjà l’année dernière et qui pourrait faire de ce maillot un objectif, comme annoncé par son équipe, ou encore Kämna s’il possède assez de liberté.

🥇 Ciccone
🥈 Guerreiro
🥉 Pinot

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :