Giro d’Italia – Etape 20

Présentation de l’Etape

Belluno > Marmolada (167km) – 4 500m D+

Note : 5 sur 5.

Dernière étape en ligne de ce Giro d’Italia 2022. Peut-être l’étape reine de ce Giro, avec 3 terribles ascensions où nous passerons par deux fois la barre symbolique des 2 000m d’altitude. Une bataille féroce entre les leaders au classement général est attendue.


Le Parcours

Les 18 premiers kilomètres de l’étapes seront plat avant d’aborder deux repecho coup sur coup dans les 10 kilomètres suivant. Entre le kilomètre 30 et 103 le parcours sera presque constamment en léger faux-plat montant jusqu’au pied de la première des 3 ascensions de la journée.

Une longue ascension de 18.5 kilomètres à 6.2% de moyenne. Une montée irrégulière mais relativement simple sur ses 8.5 premiers kilomètres où les pourcentages moyens seront cantonnés sous les 5%. La pente se fera plus raide au fur et à mesure que les coureurs approcheront du sommet qui culmine à 1918m, notamment sur la portion entre les kilomètres 12 et 16 où les pourcentages atteindront les 15%. Le sommet est situé à 87km de l’arrivée.

©Giro d’Italia.it

La descente après le sommet sera longue de 12km et peu technique jusqu’à Moena. Ce sera ensuite un long faux-plat montant de 18km qui suivra, menant les coureurs au pied de la deuxième ascension de la journée au kilomètre 112.

Le Passo Pordoi, du haut de ses 2 239m d’altitude, sera la Cima Coppi de ce Giro 2022, c’est à dire le point culminant du Giro. Initialement prévu lors de la 16ème étape du Giro 2021, le Pordoi avait été retiré du programme au matin de l’étape à cause des conditions climatiques.

11.8km d’ascension à 7.8% de moyenne. Pas le col le plus difficile du Giro avec des pentes qui tourneront régulièrement entre 6 et 8% et une courte pointe à 10% à l’approche du sommet. L’altitude devrait être le principal ennemi de certains coureurs ici.

Les 13 kilomètres de descente qui suivront le sommet du Pordoi comporteront quelques portions assez techniques. La route est en bon état et relativement large avec une bonne visibilité, mais comporte un grand nombre de virage en épingle.

Au pied de la descente, il y aura une section de replat de 7.5 kilomètres avant une nouvelle descente de 10 kilomètres. Elle sera dans la veine de la précédente descente.

Dès la fin de cette descente débutera la dernière ascension de cette étape. Autre col qui avait été supprimé de cette fameuse 16ème étape en 2021, le Passo Fedaia fait son retour en temps que juge de paix demain.

Une ascension de 14km que l’on peut diviser en deux partie bien distinctes. Les 8 premiers kilomètres seront les plus irréguliers mais aussi ceux qui présenteront les pourcentages les moins importants. Les 5.5 derniers kilomètres seront eux d’une grande violence, affichant une moyenne supérieure à 11%, et s’il fallait encore en rajouter, le sommet sera au dessus de la barre symbolique des 2 000m d’altitude.


Météo

Les températures vont de nouveau baisser demain, du fait de l’altitude bien sûr mais aussi des conditions météo. S’il fera une 20aine de degrés au départ, les températures seront plus proche des 5° au sommet du Pordoi.

Il semble que la pluie sera de la partie au moins jusqu’au début de l’ascension du Passo San Pellegrino. Ensuite, les choses sont encore moins sûres mais il semblerait qu’il ne pleuve pas dans la partie centrale de l’étape (entre l’ascension du San Pellegrino et la descente du Pordoi). La pluie serait cependant de nouveau présente avant l’ascension du Fedaia.


Le Scenario

Dire que la montagne a accouché d’une souris sur l’étape 19 est un euphémisme. Tactique étrange de la Bora qui s’est mise à rouler derrière les échappés après avoir laissé 11′ d’avance, et qui s’arrête complètement après la descente du Kolovrat.

Un point sur les enjeux demain avant le contre-la-montre final de dimanche.

Maglia Azzurra : La bataille pour le KoM est réglée, sauf accident Bouwman le ramènera chez lui.

Ciclamino : Là aussi l’histoire est entendue tant que Démare fini dans les temps demain.

Meilleur jeune : Après l’énorme tir prit par Arensman aujourd’hui, seuls deux hommes sont encore en course dans ce classement : Lopez et Buitrago. L’espagnol possède une marge de 5’11 sur le colombien. Lopez semble très emprunté sur cette troisième semaine de Giro, à l’inverse du coureur de la Bahrain.

Classement par équipe : Bahraïn a accentué son avance sur Bora aujourd’hui en le portant à 2’36 ». Aucune des deux équipes n’a placé d’homme à l’avant aujourd’hui, il faudra voir ce qu’il en est demain. Si une des deux choisi de tout miser sur un seul pion (en l’occurrence Landa / Hindley) le classement se jouera aux deux équipiers les moins cramés derrière.

Le maillot rose : Carapaz toujours leader avec 3″ d’avance sur Hindley et 1’05 sur Landa. Mis à part sur l’étape de Turin, les 3 hommes n’ont jamais réussi à se départager sur ce Giro, chacun répondant aux attaques des autres. Hindley avait bien montré quelques faiblesses dans le Blockhaus, mais pourra remercier Almeida de l’avoir ramené à l’avant et Bardet-Carapaz-Landa de n’avoir pas roulé à bloc. Le podium semble décidé, ne reste qu’à connaître l’ordre définitif. Carapaz est dans la meilleure position ce n’est pas à lui d’attaquer, meilleur qu’Hindley en contre-la-montre et avec une avance suffisante sur Landa. Hindley à l’inverse est celui qui a besoin de reprendre du temps avant dimanche sur Carapaz, le poids de l’attaque reposera sur ses épaules.

Ce Giro aura vraiment manqué d’attaque entre leaders, les courses s’étant bien souvent, hormis à Turin, résumées à des courses de côtes qui n’ont pas départagées le top 3. Demain nous sommes en droit d’attendre une course plus mouvementée due en grande partie au fait que Landa et Hindley doivent tenter par tous les moyens de reprendre du temps à Carapaz avant dimanche. Avec 4’50 et 5’50 d’avance sur le 4ème, ils peuvent attaquer sans crainte directe de perdre leur place sur le podium.

Bahrain serait bien inspirée d’envoyer des coureurs satellites à l’avant tels que Bilbao et/ou Buitrago. La présence de Bilbao forcerait INEOS et Bora rouler pour maintenir un écart qui ne permettrait pas à Pello de devenir un homme dangereux au classement (il y a quand même beaucoup de marge, notons-le), mais le laisser trop proche devant en ferait un parfait satellite pour une attaque de Landa. Landa pourrait alors tenter de le rejoindre pour la descente du Pordoi. Nous l’avons vu aujourd’hui, si Hindley et Carapaz semblent se sauter dessus dès que l’un des deux bouge un cil, ils commencent à plus se regarder lorsque Landa accélère. Avec le peu de retard qu’Hindley a sur Carapaz, la tactique des coureurs satellites n’est pas forcément celle à adopter côté Bora.

Malgré tout ce que j’ai dit, le scenario le plus probable reste celui de la course de côte, comme nous l’avons vu ces derniers jours. Le top 3 devrait au final attendre le Passo Fedaia pour lancer les hostilités. Très peu de chance que Landa fasse son retard et prenne assez d’avance sur les deux autres en vue du c.l.m de dimanche avec ce scenario plus passif. La mission est de l’ordre du possible pour Hindley qui aura besoin de récupérer moins de temps que l’espagnol sur l’équatorien. Mais encore une fois, si aucun n’a cédé en 3 semaines, est-ce que cela arrivera demain ?

Si l’échappée se forme sur le plat comme lors de la 19ème étape, je pense que Bora viendra contrôler l’écart et qu’au final nous assisterons à une bataille entre les leaders au classement général pour la victoire d’étape. Mais je rêve peut-être.


Les Prétendants

Bora : Un Hindley offensif est attendu demain. Il doit prendre du temps à Carapaz avant le contre-la-montre, sous peine de voir le scenario de 2020 se répéter. S’il a régulièrement battu l’équatorien au sprint, les efforts laissés en chemin demain pourraient lui manquer dans le final. Ou bien alors il fait confiance à ses capacités en c.l.m mais c’est un gros risque.

INEOS : La perte de Porte est un énorme coup dur, mais Carapaz pourra toujours compter sur Sivakov qui a encore fait un gros travail dans le final aujourd’hui. Il se retrouve dans une bonne position où il n’a a se soucier que d’un homme en priorité : Hindley. Il sait que l’australien doit lui reprendre du temps, lui n’aura qu’à se contenter de contrer. Il n’a certes pas paru impérial jusqu’ici, mais personne ne l’a vraiment été. Et surtout, il est le seul qui en 3 semaines n’a pas été décroché par ses adversaires (Hindley au Blockhaus / Landa à Turin). Demain nous serons sur le terrain de jeu des sud-américains.

Bahrain : Landismo is alive. Landa a quasiment sa place sur le podium assurée avec ses 4’50 d’avance sur Nibali. En revanche, sa minute de retard sur Carapaz va le forcer à se découvrir et préférablement de loin, car il devra mettre le plus de temps possible entre lui et l’équatorien avant le c.l.m. A son avantage, il sera le moins marqué. A son désavantage, il m’a peut-être semblé le moins fringuant des 3. Mais c’est avis purement personnel, plus un feeling qu’une réelle analyse. Mikel peut toucher le rêve du bout des doigts et repartir d’ici en héros quelque soit le scenario final : tenter de renverser le Giro de loin et y parvenir ou échouer dans son entreprise et ajouter encore plus à sa légende. Landismo is alive.

Astana : Impossible pour moi de ne pas mentionner Nibali sur ce qui sera sa dernière étape en ligne sur le Giro. Le requin se sera accroché, aura essayé à Turin, mais aura finalement dû se rendre. Les 3 devant sont plus forts que lui, aucun doute là dessus. Le podium semble lui aussi hors de portée désormais. Mais est-ce que Vincenzo voudra se contenter de cette 4ème place, lui qui a déjà 4GT à son actif ? Si un homme pourrait tenter le tout pour le tout c’est lui. Rien n’indique qu’il va le tenter, encore moins qu’il puisse physiquement le tenter. Mais je voudrais qu’il le tente. Il y a quelques années il avait réussi ce coup de force, mais l’âge n’aidant pas, cela pourrait être impossible à reproduire.

Trek : Ciccone a déclaré s’être réservé sur la 19ème étape pour tenter une dernière fois sa chance demain. Si la forme est de retour à ce qu’elle était dimanche dernier, il sera un homme dangereux dans l’échappée à qui il ne faudra pas laisser trop de temps d’avance. Giulio performe bien sur les étapes à fort dénivelé et à haute altitude, et il ne sera pas contre un peu de pluie.

EF : Carthy fini avec les meilleurs aujourd’hui, assez étonnant qu’il n’ai pas voulu se préserver en prévision de demain mais peut-être avait-il se besoin de faire tourner les jambes aujourd’hui. Sa forme n’a cessé de s’améliorer depuis dimanche dernier, demain sera sa dernière chance de décrocher une étape.

DSM : DSM a loupé le bon coup aujourd’hui et Arensman et Hamilton se sont finalement préservé. Ils retenteront leur chance demain ainsi que sur le chrono dimanche pour Arensman. Attendons-nous à les revoir à l’attaque, d’autant plus qu’Arensman n’est plus une menace dans la course au maillot blanc.

Jumbo : La Jumbo n’aura jamais pu jouer le général mais sauve son Giro de fort belle manière avec 2 victoires d’étapes, 2 podium et surtout le maillot de meilleur grimpeur. Bouwman n’a pas à aller chercher de points demain et on pourrait donc revoir Leemreize à l’avant, lui qui aura réalisé un excellent Giro.


Mes Choix

  • Carapaz @ 3.75 (0.35%)
  • Nibali @ 42 (0.1%)
  • Ciccone @ 42.5 (0.1%)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :