Itzulia 2022 / Etape 6 : Eibar > Arrate (135.7km)

Présentation de la Course

Seulement 135 kilomètres pour cette dernière étape du Tour du Pays Basque, mais près de 3 500m de dénivelé positif. Quelques changements par rapport au parcours de l’édition 2021 qui nous avait offert une des étapes les plus incroyables du calendrier. Quand on voit le peu d’écart entre les favoris au général, il y a de grandes chances que l’étape de demain soit de nouveau mémorable.


Le Parcours

Parcours de la sixième étape

Après seulement 11 kilomètres de course, la route commencera déjà à s’élever avec la première ascension de la journée.

Une courte ascension de 2.6km à tout de même 6.7% de moyenne. Malgré tout, immédiatement après sa courte descente, la route s’élèvera de nouveau par à coup sur 7 kilomètres, à une moyenne de 3%.

Passé le sommet de cette deuxième ascension (non répertoriée donc), les coureurs aborderont une descente de 9 kilomètres puis une portion de plaine d’un peu plus de 7 kilomètres. A la sortie du village de Zestoa, les choses sérieuses commenceront.

Une courte mais raide descente mènera au pied de l’ascension d’Azurki.

L’ascension d’Azurki débute sur les mêmes bases que la précédentes avec les 3 premiers kilomètres toujours sur une route étroite. Les deux derniers kilomètres seront plus roulants.

Montée d’Azurki

L’enchaînement des côtes d’Endoia et d’Azurki ne sera pas de tout repos.

Les 3 premiers kilomètres d’Endoia affichent une moyenne de près de 10%, avec même 1 kilomètre à 13.5% de moyenne. La route sera assez étroite ici. Après ces 3km, il y aura une légère portion descendante avant d’attaquer la dernière partie de l’ascension et ses 1.5km à 6.3%.

Montée d’Endoia

La descente d’Azurki comprendra quelques virages techniques dans sa partie centrale, sur une route toujours aussi peu large au début, qui s’élargira sur la fin.

Après cette descente, il y aura une courte portion de plat jusqu’à la sortie du village d’Azkoitia, avant d’aborder l’ascension répertoriée suivante.

Ascension la plus longue de la journée, mais pas la plus difficile. Près de 10 kilomètres à 5.7% de moyenne.

La partie la plus difficile sera, à l’instar des précédentes ascensions, son pied. Les 3 premiers kilomètres affichent une moyenne de près de 8%. Le reste de l’ascension sera majoritairement plus roulant. Il restera un peu plus de 60km au sommet.

La descente de 7 kilomètres qui suivra sera assez technique par endroit avec ses quelques virages en épingle et ses enchaînements de courbes. Arrivé au pied de la descente à Bergara débutera une portion plus plate d’une douzaine de kilomètres au bout de laquelle se trouvera le pied de l’ascension suivante.

4 kilomètres à 10.5% ! Des pentes plus douces dans son dernier kilomètre, mais 2.7 kilomètres dans sa partie centrale à plus de 12% de moyenne, avec des portions à 17% sur des routes étroites. Au sommet, il restera 40 kilomètres à parcourir. Une descente de 8 kilomètres technique par endroit, puis 2 kilomètres de plaine jusqu’à l’ascension suivante.

Montée de Krabelin

L’ascension la plus roulante de la journée avec ses 5 kilomètres à 4.8% de moyenne, des pourcentages assez homogènes dans l’ensemble. Mais après les efforts déjà consentis, cela ne sera pas non plus une partie de plaisir.

Suivra une descente longue de 6km suivi par un faux plat montant jusqu’à la sortie d’Eibar et le pied de la dernière ascension de la journée.

4.5 kilomètres de montée à près de 9% de moyenne, et des pentes maximum aux environs de 13%. les 500 premiers et 500 derniers mètres seront les plus simples, avec une moyenne de 6%. pour tout le reste… On se retrouve avec une partie centrale de 3.5 kilomètres à 9.6% de moyenne. L’arrivée ne se trouvera pas directement au sommet mais 2.4 kilomètres plus loin. Il y aura 1.4 kilomètre de plat suivi par une descente de 900m jusqu’à la ligne.


Météo

Des températures autour de 10° attendues demain. S’il devrait pleuvoir dans les environs d’Eibar dans la matinée, les pluies devraient cesser peu avant le départ. il est possible que les routes restent mouillées cependant, attention dans les descentes. On l’a vu de nouveau aujourd’hui, il n’est pas nécéssaire qu’il pleuve pour les rendre dangeureuses. Le vent lui devrait rester assez faible toute la journée.


Le Scenario

Demain je ne laisse que peu de chances aux échappés de se jouer la victoire. Aujourd’hui, Rodriguez est allé au bout avec 7″ d’avance, demain ça ne sera pas le cas. Les écarts resserrés au classement (les 7 premiers se tiennent en 37″, le top 10 en 1’30) font penser que tous les leaders voudront aller chercher les bonifications données au vainqueur de l’étape.

L’année dernière la course s’était décantée d’assez loin, le mouvement décisif avait été fait dans la descente de Gorla à près de 60km de l’arrivée. Avec l’enchaînement de côte que nous avons demain, il y a de belles chances qu’un scenario assez proche se déroule, avec des attaques de leaders assez loin de l’arrivée. Un scenario qui serait dans la veine de ce qu’on a pu voir sur la dernière étape de Paris-Nice, où les hostilités ont été lancées à 50km de l’arrivée.

A partir du moment où les attaques de leaders seront lancées, le rythme ne baissera pas et les hommes commenceront à sauter les uns après les autres. Les équipiers ne devraient pas être présents jusque loin dans la course (sauf pour les équipiers « de luxe » tels Roglic et Yates). Les pentes de Krabelin semblent toutes indiquées pour les grandes manœuvres si elles n’ont pas déjà eu lieu. Il n’est pas impensable de voir des membres du top 10 tenter de sortir même plus tôt dans la course.


Les Prétendants

Jumbo : Est-ce que Roglic est vraiment si mal que ça, ou bien s’est-il fait piéger dans la stratégie d’équipe de ne pas rouler car Jonas était à l’avant ? Quoi qu’il en soit, il pointe désormais à 1’05 de Remco et 1’03 de Martinez. Avec Vingegaard à 29″ de Remco, on pourrait voir Roglic se muer en équipier de luxe pour lui. Jonas a montré être en excellente forme au Pays-Basque, dans la veine de ce qu’il a montré sur Tirreno, et sans la chute du jour il serait 10″ plus proche au général. Les deux ont tout à gagner à faire exploser la course de loin pour isoler au plus vite leurs adversaires, eux qui devraient apprécier les pentes à deux chiffres proposées demain.

INEOS : Evenepoel est peut-être leader au général, mais pour moi l’homme le mieux placé pour la victoire finale est sans aucun doute Martinez. Ce qu’il montre depuis le début de saison est vraiment excellent. Avec Yates pour le soutenir, Martinez est bien accompagné. Aux côtés de la Jumbo, INEOS est une des équipes qui voudra vite lancer les hostilités pour isoler Remco puis le faire sauter dans les pentes les plus fortes des ascensions du jour. Une fois la menace belge éliminée, Martinez devra se concentrer sur les 5 qui le suivent au classement pour couvrir les attaques. Mais de la forme qu’il a montré jusqu’ici, sa meilleure défense pourrait être l’attaque ! S’il arrive dans un groupe qui se joue la victoire et que le général est déjà dans la poche, pas sûr qu’il jouera des coudes dans la descente vers la ligne cependant, attention.

Movistar : La forme est bonne pour Mas, il l’a encore montré aujourd’hui. Si un sprint de 300m à 12% n’est pas forcément là où on l’attendait, les ascensions plus longues à forts pourcentages demain seront bien plus dans ses cordes. S’il est encore présent à l’avant dans l’ascension finale, ses 35″ de retard sur Martinez pourraient lui donner le peu de marge dont il a besoin pour qu’il ne soit pas immédiatement pris en chasse. Un des hommes qui pourrait profiter du jeu stratégique entre Jonas et Martinez qui semblent être les deux plus forts.

Bora : Malheureux aujourd’hui après avoir été emmené au sol par Vingegaard, Vlasov se retrouve à 22″ de Remco et 20″ de Martinez. Des pourcentages qu’il va apprécier demain, on a encore pu le voir aujourd’hui. Toujours assez proche pour espérer décrocher le général, mais il faudra pour cela décrocher Martinez, ce qui sera loin d’être simple.

Bahraïn : 3ème à 20″ de Remco et 18″ de Martinez, Bilbao n’a pas commis d’erreur tout au long de ce Tour du Pays Basque, si ce n’est un c.l.m un peu en dedans. Déjà une victoire au compteur pour le basque qui demain roulera probablement pour tenter de décrocher le général avant de chercher une seconde victoire d’étape.

Cofidis : Izagirre réalise lui aussi un excellent tour du Pays-Basque et peut tout à fait entrevoir une place sur le podium. Je m’attends à une course plutôt défensive de la part du coureur Cofidis.

QuickStep : Si je pense que la victoire sera trop difficile à décrocher pour Remco, je pense même qu’il perdra le général et ne sera pas sur le podium. Les ascensions proposées demain ne seront pas les 700m du final de la 5ème étape et il sera très vite mis sous pression. Je serais très étonné s’il fini avec la tête de course à Arrate demain.


Mes Choix

Dans l’hypothèse où Vingegaard et Martinez arrivaient à s’isoler à deux dans Arrate, ma préférence pour la victoire irait au danois. Mais je ne pense pas que demain cela soit le cas, le colombien gardera à l’œil Jonas et ne lui laissera pas de mou. Cela pourrait profiter à un autre homme peut-être moins vu comme une menace directe en la personne de Mas. Le match à deux attendu pourrait aussi virer au match à 3 avec un Vlasov qui montre de belles choses. Si je ne pense pas qu’il arrivera à décrocher Martinez avant la ligne, (lui aussi sera surveillé), je pense malgré tout qu’il a de belles chances de s’imposer demain.

  • Mas @ 16 (0.15%)
  • Vlasov @ 8 (0.2%)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :