Itzulia 2022 / Etape 5 : Ingeteam Parke Zamudio > Mallabia (163.7km)

Présentation de la Course

Cinquième étape du Tour du Pays Basque, longue de 163.7 kilomètres. Une étape difficile où il y aura peu de moments de répits, avec 5 ascensions répertoriées et au moins autant qui ne le seront pas !


Le Parcours

Après seulement 4km de course, le parcours commencera déjà à s’élever. Les coureurs aborderont cette première ascension longue de 4.5km à 5% de moyenne en guise d’entrée en matière. Au pied de la descente il y aura un petit mur d’1.5km à un peu plus de 8% avant d’aborder la première difficulté répertoriée de la journée.

Sur le profil de l’ascension de Paresi est inclus le mur la précédant. Ces 9km à 3.4% prennent donc aussi en compte les 2.5km de faux-plat et de descente entre les deux ascensions. Les 5.5km d’ascension restant jusqu’à Paresi tourneront plutôt autour des 5% de moyenne sur cette montée assez irrégulière. Suivra ensuite une courte mais pentue et technique descente sur une belle route asphaltée jusqu’au village de San Kristobal, au kilomètre 34.

Entre les kilomètres 34 et 57, la route ne sera jamais vraiment plate mais il n’y aura pas de difficulté notable sur cette portion. Avant d’entamer la seconde ascension répertoriée de la journée, au kilomètre 63, les coureurs devront tout d’abord franchir une autre côte non répertoriée longue de 3km à 4% de moyenne. Au pied de la descente de cette difficulté non répertoriée débutera l’ascension de Bedarona.

Courte mais pentue, l’ascension vers Bedarona voit son sommet situé à un peu moins de 100km de l’arrivée.

2 kilomètres d’ascension à un peu plus de 7% de moyenne.

Au kilomètre 79 débutera une portion longue d’une dizaine de kilomètre qui s’apparente à un long faux-plat montant jusqu’au pied de la troisième difficulté répertoriée de la journée.

2.6km de long à 6.5% de moyenne, et des pentes max. atteignant les 10%.

Un sommet situé à 70km de l’arrivée, suivi d’une descente assez technique dans sa première partie. Au pied de sa descente débutera la quatrième ascension répertoriée de la journée.

3.3 kilomètres d’ascension à 71% de moyenne. L’ascension se fait sur une route large quasi uniquement en ligne droite, pas vraiment l’idée qu’on se fait des ascensions du Pays-Basque !

Quelques kilomètres après la fin de la descente de Trabakua, les coureurs passeront une première fois par Mallabia, lieu où sera jugée l’arrivée. L’ascension ne sera pas la même que celle de l’arrivée cependant, ici les coureurs auront à gravir 5 kilomètres à un peu moins de 5% de moyenne, avant d’entamer une boucle qui les ramènera à Mallabia pour l’arrivée cette fois, 50 kilomètres plus loin.

Après la descente de cette première ascension de Mallabia le peloton devra franchir une nouvelle côte non répertoriée. 5.5km à 4.5% de moyenne, suivi d’une descente de 5km puis d’une portion de plaine sur 12km jusqu’au pied de la dernière difficulté répertoriée du parcours.

L’ascension de Karabieta est très pentue en son pied, les 3 premiers kilomètres affichent une moyenne de plus de 9%, la route sera cependant relativement large, ce qui pourrait sauver certains coureurs.

Passé les 3 premiers kilomètres, il y aura une portion de replat de 2km avant la dernière partie de l’ascension, moins violente avec ses 1.7km à 6% de moyenne. Il ne restera que 13km jusqu’à l’arrivée une fois au sommet.

La descente de 7km mènera les coureurs jusqu’à Eibar où débutera un faux-plat montant jusqu’à l’ascension finale de Mallabia.


Les Derniers Kilomètres

Les 3 derniers kilomètres ne seront pas plats mais se seront bien les 600 derniers mètres qui seront décisifs, affichant une moyenne supérieure à 12% (près de 13% pour les 500 derniers mètres. Sur la route de l’ascension jusqu’à l’église se trouvera une courte section avec du pavé de ville. C’est un véritable mur qui couronnera le vainqueur du jour !


Météo

De la pluie prévue à partir de 15h à Mallabia et ses environs, les 50 derniers kilomètres devraient se faire sous la pluie, attention à la descente menant à Eibar à une dizaine de kilomètres de l’arrivée. Des températures autour de 15° dans l’après-midi.

Le vent soufflera en provenance du Sud-Ouest, un vent majoritaire favorable donc sur les 70 premiers kilomètres de course, mais plutôt défavorable sur la deuxième moitié du parcours, un vent qui soufflera aux alentours de 20km/h.


Le Scenario

Aujourd’hui, je vois les favoris au classement général se disputer la victoire, tout du moins je ne pense pas que l’échappée matinale ira au bout. Des équipes de leaders devraient être intéressées par la chasse et par les bonifications sur la ligne, je pense en particulier à Jumbo (mettre la pression sur leurs adversaires), Quickstep (le final est excellent pour Alaphilippe) et INEOS (durcir la course pour attaquer dans la dernière ascension ?).

Si plusieurs équipes s’allient, l’échappée matinale aura du mal à résister dans la deuxième moitié de course et ce vent défavorable qui viendra les frapper. Le vent favorable et la succession de difficultés en début d’étape pourrait tout de même permettre à un bon groupe de sortir, comme bien souvent, tout dépendra de la taille de l’échappée aujourd’hui.


Les Prétendants

Jumbo : Roglic semble être un des deux favoris logique pour cette étape. Un mur pareil n’est pas sans rappeler (toute proportion gardée) le final sur le Mur de Huy où il avait pris la deuxième place l’année dernière. La forme ne semble pas être à 100% tout de même. Vingegaard semble pour le moment totalement dévoué à son leader, lui permettra t-on d’attaquer ? Aujourd’hui je ne pense pas, vu comme l’étape semble taillée pour Roglic. J’ai quelques réserves cependant sur le slovène, si les prévisions météo sont correctes, il devrait pleuvoir sur les 50 derniers kilomètres de course, et Roglic tend à moins bien performer sous temps pluvieux.

QuickStep : Deuxième clair favori au vu du final, le champion du monde Alaphilippe. Je dis deuxième favori car son état de forme récent n’est pas optimal. Loin d’être à la rue, mais certainement pas à 100%, on l’a vu se faire battre au sprint par Bilbao plus tôt cette semaine, ou encore par Martinez hier. Quoi qu’il en soit, la QS devrait rouler pour lui et lui permettre d’aller chercher un quatrième podium en 4 étapes en lignes. J’ai les mêmes réserves pour Julian que pour Roglic concernant le temps pluvieux.

INEOS : Yates et Martinez devraient eux aussi être dans les premiers sur le final. Des pourcentages qui ne leurs posent pas de soucis. Martinez a impressionné en s’imposant devant Julian au sprint, le colombien dispose d’un bon punch et surtout est capable de performer par mauvais temps, peut-être moins le cas de Yates.

Bora : Vlasov est aussi un homme qui affectionne particulièrement les forts pourcentages. Nous en avons eu encore la démonstration en février sur l’Alto de Tibi lors du Tour de Valence où il a remporté la victoire. Moins bon puncheur qu’un Roglic ou Alaphilippe, ses capacités dans l’exercice sont loin d’être ridicules.

G-FDJ : Gaudu revient de blessure, donc il est évident que la forme n’est pas à 100%. Malgré tout les choses ont l’air d’aller un peu mieux. Les forts pourcentages David aime bien, et le mauvais temps ne lui causera pas de problèmes comparé à certains autres hommes.

Movistar : Mas est un grimpeur qui affectionne particulièrement les forts pourcentages. Il aurait probablement aimé que la rampe finale soit plus longue que 700m mais il devra s’en contenter, et je pense qu’il sera dans le match au sommet.


Mes Choix

  • Vlasov @ 18 (0.15%)
  • Gaudu @ 40 (0.1%)
  • Mas @ 32 (0.1%)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :