Ronde van Vlaanderen 2022 – Le Tour des Flandres (272km)

Présentation de la Course

Ce dimanche 3 avril se tient la 106ème édition de Tour des Flandres, deuxième Monument de la saison cycliste. 272 kilomètres entre Anvers et Audenarde, 18 monts et 7 secteurs pavés qui mettront les coureurs à rude épreuve ! Qui succèdera à Kasper Asgreen, vainqueur de la dernière édition?

Quelques modifications de parcours par rapport à l’édition 2021 rendront la course 20 kilomètres plus longue que l’année passée. Avec ses 272 kilomètres, cette édition 2022 sera la plus longue de ces 24 dernières années.

La plupart des changements se trouve sur la première moitié du parcours avant les premiers monts. Cette année, pas de Katterberg à l’entrée sur le circuit et le secteur d’Holleweg n’interviendra qu’un peu plus tard dans la course. Le premier mont gravis sur cette édition sera donc le Vieux Quaremont (Oude Kwaremont). Les 100 derniers kilomètres de course eux restent inchangés.


Les Dernières Editions

Tour des Flandres 2017 : Vainqueur – P. Gilbert

A 95km de l’arrivée, un groupe d’une dizaine de coureurs s’isole du peloton dans le Mur de Gramont. Gilbert fait partie de ce groupe qui reprendra les premiers échappés à 67km de l’arrivée. Puis, à 56km de l’arrivée dans la seconde ascension du Vieux Kwaremont, Gilbert faussera compagnie à ses compagnons et partira dans un raid solitaire. Il passera la ligne en portant son vélo en triomphe, maillot de champion de Belgique sur les épaules.

Tour des Flandres 2018 : Vainqueur – N. Terpstra

A 27 kilomètres de l’arrivée, Nibali s’extrait du groupe en chasse derrière les 3 hommes de tête qui pointent à 30″, immédiatement suivi par Terpstra. L’italien ne pourra pas suivre le rythme effréné de Terpstra dans le Kruijsberg, le néerlandais part seul à la poursuite des hommes de tête. il reviendra sur eux et les déposera immédiatement à 18km de l’arrivée dans la dernière ascension du Vieux Quaremont. Malgré les efforts de Pedersen derrière lui, Terpstra ne sera jamais revu.

Tour des Flandres 2019 : Vainqueur – A. Bettiol

Bettiol s’isole du groupe des favoris en attaquant dans les pentes de la dernière ascension du Vieux Quaremont, à 17km de l’arrivée. Il creuse l’écart et s’imposera en solitaire à Oudenaarde.

Tour des Flandres 2020 : Vainqueur – M. Van der Poel

Alaphilippe lance les hostilités entre les favoris à 45 kilomètres de l’arrivée, dans l’ascension du Koppenberg. Nouvelle attaque du champion du monde dans la descente du secteur du Steenbeekdries à 39km de l’arrivée que seuls Van der Poel et Van Aert à contre-temps pourront suivre. Alaphilippe abandonnera la course sur chute quelques kilomètres plus loin, laissant Van Aert et Van der Poel se jouer la victoire. Le néerlandais s’imposera au sprint face à son éternel rival.

Tour des Flandres 2021 : Vainqueur – K. Asgreen

Sous l’impulsion de Van der Poel et Asgreen, les choses vont commencer à se décanter dès la deuxième ascension du Vieux Quaremont à 55km de l’arrivée. Quelques kilomètres plus loin dans le Koppenberg ce sera au tour d’Alaphilippe d’y aller de son attaque, puis Marco Haller à 38km de l’arrivée. Il n’y aura alors plus que 7 hommes à l’avant, puis 3 quand Asgreen, Van Aert et Van der Poel s’isoleront à 27km de l’arrivée. Nouvelle accélération de Van der Poel dans la dernière ascension du Vieux Quaremont, fatale à Van Aert mais Asgreen s’accroche. Le danois s’imposera au sprint face au néerlandais.


Le Parcours

Parcours de l’édition 2022

Mis à part deux secteurs pavés aux kilomètres 103 et 105, les 130 premiers kilomètres de course ne présenteront pas de difficultés. Les choses sérieuses commenceront bien évidemment avec l’entrée sur le circuit où se situent les 18 monts et 5 secteurs pavés restant.

Nom du secteurTypeDistance (pente moyenne)Placement
LippenhovestraatSecteur pavé1 300mkm 103
PaddestraatSecteur pavé1 500mkm 105
Oude KwaremontMont pavé2 000m (4.4%)
(1 500m pavés)
km 136
KortekeerMont1 100m (6%)km 147

Le premier passage dans le Vieux Quaremont marquera le début de la course. Des routes souvent étroites notamment dans les monts et secteurs pavés où le placement sera primordial. La bataille commencera à faire rage pour rester dans les premières positions et ne pas prendre de cassures qui pourraient être fatales.

Nom du secteurTypeDistance (pente moyenne)Placement
AchterbergMont1 400m (4.6%)km 153
HollewegSecteur pavé650mkm 156
WolvenbergMont600m (5.4%)km 158
KerkgateSecteur pavé1 400mkm 162
JagerijSecteur pavé800mkm 164
MolenbergMont pavé500m (6.6%)
(300m pavés)
km 171
MarlboroughstraatMont2 000m (3%)km 175
BerendriesMont900m (7%)km 179
ValkenbergMont600m (7.2%)km 184
Berg Ten HouteMont1 100m (6%)km 196
KanariebergMont1 000m (7.7%)km 202
Oude KwaremontMont pavé2 000m (4.4%)
(1 500m pavés)
km 218
PaterbergMont pavé350m (12.9%)km 221

Avec le Berg Ten Houte et le passage des 200km, la course entrera dans sa dernière partie décisive. Le deuxième passage de Vieux Quaremont sera certainement un point central de l’épreuve.

Placé à 54 kilomètres de l’arrivée, le peloton (ou ce qu’il en restera) commencera à fortement s’étirer sur les 2km de montée à un peu plus de 4% de moyenne, et l’élastique pourrait sauter suivant les attaques des leaders ou le rythme infernal imposé par leurs équipiers. La pente maximale atteint les 11.6%. Il ne serait pas étonnant de voir plusieurs groupes de coureurs éparpillés au sommet du mont. La bataille pour se placer à l’avant à l’approche de cette seconde montée sera primordiale.

Nom du secteurTypeDistance (pente moyenne)Placement
KoppenbergMont pavé600m (11.6%)km 228
MariaborrestraatSecteur pavé2 200mkm 232
SteenbeekdriesMont pavé700m (5.3%)km 233
StationsstraatSecteur pavé750mkm 234
TaaienbergMont pavé650m (7.8%)km 236
Kruisberg/HotondMont2 600m (3.8%)
(450m pavés)
km 246
Oude KwaremontMont pavé2 000m (4.4%)
(1 500m pavés)
km 256
PaterbergMont pavé350m (12.9%)km 259

Une succession de 8 monts et secteurs pavés répartis sur 30 kilomètres, avec tout d’abord l’enchaînement Koppenberg – Steenbeekdries – Taaienberg – Kruisberg, placé quelques kilomètres après la doublette Vieux QuaremontPaterberg. Ces kilomètres seront décisifs quant au résultat de la course, comme cela a régulièrement été le cas.

10 kilomètres après le sommet du Kruisberg, les coureurs attaqueront pour la dernière fois l’enchaînement Vieux Quaremont – Paterberg, enchaînement qui sur les 10 dernières éditions a vu par 5 fois le mouvement décisif s’y jouer.

  • 2012 : Ballan avait attaqué au pied du Kwaremont, rejoint par Boonen et Pozzato dans les derniers hectomètres de la montée. Les trois hommes ne seront jamais revus, Boonen s’imposera au sprint
  • 2013 : Accélération de Cancellara suivi de Sagan quasiment au même endroit que Ballan un an auparavant. Le suisse attaquera de nouveau dans le Paterberg pour aller chercher une victoire en solitaire.
  • 2016 : Sagan et Vanmarcke s’isolent dans le Kwaremont à 17km de l’arrivée. Comme Cancellara en 2013, Sagan s’isolera dans le Paterberg pour aller s’imposer en solitaire.
  • 2018 : Terpstra s’extrait du groupe de chasse à 26km de l’arrivée pour rentrer sur l’échappée dans le Kwaremont, à 16km de l’arrivée. Il déposera les échappés pour aller s’imposer en solitaire, malgré tous les efforts de Pedersen derrière lui.
  • 2019 : Bettiol s’isole dans le Kwaremont à 17km de l’arrivée. Personne ne suit l’attaque, l’italien s’imposera en solitaire.

Au sommet du Paterberg il restera 13.5 kilomètres à parcourir, qui mis à part la courte descente du Paterberg, seront plat jusqu’à l’arrivée à Oudenaarde.


Météo

Les coureurs devraient se voir épargnés des chutes de neige d’il y a deux jours ! Malgré tout, il fera froid et le soleil pourrait ne pas être très présent. Environ 2° le matin, et pas bien chaud l’après-midi, on ne dépassera pas les 7°. De plus, il y a quelques risques de pluie sur la fin du parcours dans les environs d’Audenarde (une pluie modérée, si jamais elle venait à tomber).

Le vent soufflera en provenance du Nord – Nord Ouest l’après-midi. Un vent aux alentours de 15km/h qui sera (entre autre) de dos dans le Vieux Quaremont.


Le Scenario

Une petite statistique intéressante avant de se pencher plus précisément sur le potentiel scenario de la course. Sur les 10 dernières éditions du Ronde, par 9 fois le vainqueur avait figuré dans le top 9 de l’E3 auparavant. Mieux, 8 fois sur 10 le vainqueur avait signé un top 4 sur l’E3. Est-ce que la statistique va perdurer cette année ? Pour rappel (et pour ceux croyant en la force des statistiques), voici le top de l’E3 cette année :


Dans cette liste, Van Aert et Girmay ne prendront pas le départ du Ronde. Les 7 autres du top 9 se battront pour faire vivre la statistique !

Comment la course pourrait se dérouler ? On l’a vu, dernièrement les courses tendent à se décanter de plus en plus loin, avec des hommes n’ayant pas peur de tenter le tout pour le tout. Et comme le dit le proverbe : la meilleure défense, c’est l’attaque. Une course débridée assez tôt sera la stratégie de quelques uns des favoris qui n’auront pas autour d’eux une équipe capable de les accompagner assez loin dans la course. Ils voudront à tout prix mettre en difficulté les écuries avec plus de ressources pour équilibrer les débats.

J’imagine un scenario assez proche de celui de l’année dernière où les attaques tranchantes se produiront sur la deuxième ascension du Vieux Quaremont pour un premier vrai écrémage à plus de 50km de l’arrivée, avant la seconde lame dans le Koppenberg.

Ici, il ne devrait rester qu’un groupe assez select d’hommes à l’avant, probablement entre 5 et 10, les plus forts. Etre en surnombre à ce moment de la course va s’avérer primordial afin de disposer de plusieurs options. La sélection finale pourrait de nouveau se faire dans la dernière ascension du Vieux Quaremont, certains hommes pourraient être réticent à tenter de sortir plus tôt (dans l’enchaînement Kruisberg / Hotond) avec un vent défavorable par la suite jusqu’au pied du Vieux Quaremont.

Les Prétendants

Alpecin : En l’absence de Van Aert, Van der Poel est le clair favori ici. De retour depuis Milan Sanremo après avoir dû décaler sa reprise sur route à cause de problèmes de dos, le moins que l’on puisse dire est que le néerlandais n’a cessé d’impressionner ! Troisième de sa course de reprise (Milan Sanremo et ses près de 300km), une démonstration de force sur la 4ème étape de la Coppi et Bartali et victoire sur DDV. Rien que ça. Van der Poel sera un des hommes qui voudra que la course explose de loin, et il pourrait bien en être l’artificier principal. L’absence de Van Aert va faire de lui l’homme le plus observé du peloton, tout le monde voudra (essaiera) de prendre sa roue quand il lancera l’offensive. Malheureusement pour lui, pas sûr qu’il puisse compter sur ses équipiers bien longtemps pour le soutenir, raison de plus pour lancer de loin. Mais ça, il y est habitué. Dans un groupe de peu d’unités, il devrait être l’un des plus forts à la pédale, marquage ou pas. Mais louper le bon coup dans le final pourrait être fatal, peu voudront rouler avec lui. Il faudra être fort, mais surtout malin.

UAE : Le meilleur cycliste du monde s’aligne pour la première fois sur le Tour des Flandres. Pogacar sera de la partie et il n’est certainement pas venu pour faire de la figuration ou simplement se faire de l’expérience en vue des étapes pavées du Tour. Pour cela il y a bien d’autres courses pavées moins tendues. Non, si Pogacar est là c’est pour tenter sa chance à 100%. Nul besoin de présenter ses capacités hors normes, qui semblent décuplées par temps froid. 10ème de DDV, Tadej ne doit son absence dans le premier groupe qu’à une chute survenue devant lui au moment où les choses se sont animées, chute le forçant à poser pied à terre. Il n’était certes pas idéalement placé à ce moment, mais la chasse qu’il mène par la suite prouve que les jambes tournaient bien. On la vu aussi se faire les jambes sur le haut des pavés, décrochant ses compagnons d’infortune qui avaient choisi les rigoles. Lui aussi voudra lancer les hostilités de loin, et autant dire qu’il est coutumier du fait ! Cela aura deux effets bénéfiques pour lui : malgré la présence de l’expérimenté Trentin à ses côtés, la forme de l’italien n’est pas au mieux depuis son retour (ce qui semble normal), et Pogi pourrait se retrouver bien seul. Vraiment dommage pour l’italien qui réalisait un excellent début de saison avant sa lourde chute. Afin de compenser son inexpérience et son manque d’équipiers, l’attaque sera là aussi sa meilleure défense. Preuve enfin de sa volonté de bien figurer, sa sortie avec son équipe (et un Matteo sans gants) en repérage du parcours le jour où la neige est tombée.

Jumbo : La perte de Van Aert est un coup dur énorme pour le spectacle en lui-même mais avant tout pour la Jumbo. Le belge misait énormément sur l’enchaînement Flandres / Roubaix, mais le Covid en aura décidé autrement. Changement de plan donc chez Jumbo Visma qui pourra compter sur deux autres hommes en forme ces dernières semaines : Laporte et Benoot. Est-ce que l’absence de Van Aert pourra leur bénéficier ? Oui et non. Oui dans le sens où ils n’auront pas à rouler à 100% pour leur leader, non dans le sens où ils auraient pu profiter du marquage potentiel entre Van Aert et ses adversaires directs, chose qu’on a déjà eu l’occasion de voir par le passé. Depuis le début de la saison des classiques, la Jumbo courrait de manière très offensive, et cela à payé. Ils devraient continuer sur cette voie dimanche, Van Aert ou pas. Sur les 3 classiques pavées qu’il a couru cette année, Laporte est rentré 3x dans le top 10, dont deux fois deuxième. Benoot signe lui un top 10 sur l’E3 (aidant grandement Van Aert et Laporte à faire le doublé) et une deuxième place plus tôt cette semaine sur la DDV, seulement battu par Van der Poel au sprint. La forme est indéniablement là pour les deux nouveaux leaders du team Jumbo. Sans Van Aert pour capter l’attention, il faudra néanmoins qu’ils soient encore plus fort que d’habitude.

Trek : La Trek aligne son fameux duo Stuyven / Pedersen pour s’attaquer à cette édition du Ronde. Vainqueur de Milan Sanremo en 2021 et 4ème du Ronde deux semaines plus tard, Stuyven a dû faire l’impasse sur la Classicissima cette année pour cause de maladie. En retrait sur l’E3 où il fini dans un troisième groupe, il corrige rapidement le tir en finissant quatrième de Gent – Wevelgem. La forme semble aller de mieux en mieux d’après ses propres mots. Après un très gros début de saison, Pedersen a semblé en retrait sur le début de la saison des classiques pavées. Il prend certes la 7ème place de Gent – Wevelgem, mais cette année les conditions favorisaient bien plus les sprinters que l’année dernière par exemple, et aux abonnés absents sur l’E3 et DDV. Moins de confiance sur son état de forme que Stuyven donc, mais il est tout de même bon de rappeler qu’il décroche la deuxième place du Ronde en 2018. Avec Pedersen on peut s’attendre à beaucoup de choses, en bon comme en mauvais au niveau des performances sur les pavés.

QuickStep : Sur le papier, le wolfpack possède une équipe très solide pour ce type de parcours avec bien entendu Asgreen, vainqueur sortant, en tête d’affiche. Pour rééditer l’exploit il aura besoin de tenir la même forme que l’année passée, ce qui ne semble pas être le cas en ce moment, bien qu’il reste le coureur de la QuickStep le plus en vue. Demain, il pourrait se retrouver bien seul au moment où la course explosera, ce qui ne lui donnera pas la même marge de manœuvre que l’année dernière quand Alaphilippe était aussi présent aux avant-postes à ses côtés. Des équipiers, c’est probablement ce qui lui a manqué sur ce début de campagne des classiques, et ce problème pourrait être accentué demain.

INEOS : Une équipe 5 étoiles que celle alignée par les grenadiers. Pidcock en figure de proue, récent troisième de DDV. Ses problèmes intestinaux semblent moins le géner, mais attention la course demain sera plus longue de près de 100 kilomètres. Un vrai point d’interrogation sur la durée se pose pour Tom. Van Baarle s’aligne en co-leader sur cette course, lui qui aime ces longues et épuisantes courses pavées, et pour s’en convaincre il suffit de se pencher sur son palmarès sur les classiques mais aussi sur sa place aux derniers championnats du monde sur route. Des résultats peut-être un peu en deçà cette année comparés à l’année dernière. Malgré sa chute sur Gent – Wevelgem, Narvaez semble plutôt confiant sur sa condition physique à l’approche de son premier Tour des Flandres, et a annoncé viser un top 10 sur la course. Les jeunes Turner et Sheffield auront l’occasion de confirmer tout le bien que l’on pense d’eux en ce début de saison, deux gros moteurs qui seront un avantage non négligeable pour leurs leaders !

G-FDJ : Küng affiche une excellente forme en ce début de saison, en témoigne ses performances sur le Tour d’Algarve, Paris – Nice ainsi que ses performances sur les classiques pavées. Toujours à l’avant, mais malheureusement pour lui pas de victoire. Un podium tout de même sur l’E3. Stefan est un des hommes condamnés à s’isoler pour espérer l’emporter, sauf s’il tombe sur moins rapide que lui au sprint. Sur sa forme actuelle, il devrait être dans le groupe select dans le final, mais arrivera t-il à tirer son épingle du jeu ? Lui-même et ses adversaires savent probablement déjà l’endroit exact où il prévoit son attaque. Malgré tout, si on regarde son historique sur le Tour des Flandres, il n’aura jamais fait mieux que 44ème. Mais qui sait, cette année peut-être la bonne. Un autre homme chez la FDJ a été impressionnant jusqu’ici sur cette campagne pavée, Madouas. A l’avant sur l’E3 et dans le groupe de Pogacar sur DDV, Valentin en a surpris plus d’un. Pourra t-il accompagner les meilleurs demain lorsque la course va s’animer ?

Bahraïn : Vainqueur de Milan -Sanremo, 4ème de l’E3 et 9ème de Gent -Wevelgem, Mohoric a connu deux belles semaine après sa chute sur les Strade. Matej l’a annoncé, le Tour des Flandres est un des gros objectifs de sa saison. Moins explosif que des hommes comme Van der Poel ou Pogacar, il espèrera ne pas être trop mis en difficulté dans les Monts afin de les garder à portée de fusil au moment de la bascule. Dans le final, ce sera à lui de jouer avant l’enchaînement Vieux Quaremont / Paterberg, et si ça regarde un peu trop derrière, Matej a déjà prouvé être un de ceux à qui il ne faut pas laisser prendre 10 secondes avant de réagir.

Lotto : Comment ne pas citer Campenaerts dans les outsiders pour ce Tour des Flandres ? La forme est indéniablement présente pour le belge qu’on a vu très régulièrement à l’avant, même quand la malchance semblait vouloir s’acharner sur lui. Pour s’imposer, lui aussi aura besoin d’anticiper la bataille dans les derniers monts. Victor est un tel moteur qu’il ne faudra pas lui laisser trop d’avance !


Mes Choix

Malgré son inexpérience je choisi de faire de Pogacar mon favori pour demain. Je pense qu’il aura appris de l’erreur qu’il a commis plus tôt cette semaine. Et quand bien même, il devrait mener une course offensive, qui additionnée à sa force actuelle, aidera à palier à son inexpérience. Je ne serais pas étonné non plus de voir Mohoric décrocher un podium demain, la victoire étant peut-être hors de portée si les clairs favoris ne se marquent pas. En revanche, Matej est tout à fait capable de s’extraire du groupe de chasse dans lequel il pourrait être présent dans le final afin d’aller chercher une place sur la boîte.

  • Pogacar @ 5 (0.3%)
  • Mohoric T3 @ 6 (0.2%)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :