Tour des Alpes-Maritimes et du Var 2022 – Etape 3 : Villefranche-sur-Mer – Blausasc (113km)

Présentation de la Course

Troisième et dernière étape du Tour des Alpes-Maritimes et du Var. Une étape courte de 113km entre Villefranche-sur-Mer et Blausasc. Blausasc qui avait déjà accueilli l’arrivée de la dernière course de l’édition 2021.


Le Parcours

L’étape sera encore plus courte que les 130km de la dernière étape en 2021, mais il y aura aussi 3 ascensions répertoriées. La première, quelques kilomètres seulement après le début de l’étape.

Les coureurs devront de nouveau grimper le col d’Eze, par son versant de Beaulieu-sur-Mer. Peut-être un peu trop tôt pour y voir les grandes manœuvres malgré un parcours assez court.

Au kilomètre 18, la route va s’élever de nouveau sur quelques kilomètres une fois La Turbie passée. La côte sera suivie par une section en faux-plat montant d’un peu moins de 10 kilomètres avant d’aborder la descente du col de La Grave de Peille. 6.7 kilomètres sur une route sinueuse sur une pente de -7% de moyenne.

Descente du col de La Grave de Peille

La descente sera suivie d’une portion de plaine d’une dizaine de kilomètre jusqu’au sprint intermédiaire de Blausasc au kilomètre 43. Les coureurs emprunteront le parcours final qui les ramènera 70 kilomètres plus tard à l’arrivée.

Deuxième ascension répertoriée de la journée, la côte de Berre sera longue de 5.9km à 6.3%. Un sommet placé à 60km de l’arrivée mais on pourrait déjà y voir de l’action, car il n’y aura quasiment plus un mètre de plat jusqu’à l’arrivée.

Les coureurs emprunteront la descente de la côte jusqu’à arriver à Contes. Là, la route va de nouveau s’élever. Une ascension qu’on peut décomposer en 3 temps, bien que seule la dernière partie soit répertoriée au classement de la montagne.

  • Première partie, entre les kilomètres 59 et 68, à 4.6% de moyenne. Une courte descente de 2.3km mènera à la deuxième portion ascendante.
  • Deuxième partie, entre les kilomètres 70 et 72, à 5% de moyenne. De nouveau une courte descente avant d’aborder l’ascension du Col de Saint Roch, répertorié au GPM.
  • Le Col de Saint Roch, 6.4km d’ascension à 6.4% de moyenne. Le sommet sera placé à 32.4km de l’arrivée
Profil des 21 kilomètres d’ascension

Passé le sommet, les coureurs basculeront sur une longue descente de 20km vers le sud en direction de Blausasc. Quelques virages en épingle à noter sur le début de la descente jusqu’à Luceram. Passé le village, la route sera globalement moins sinueuse. Le pied de la côte sera situé à 12 kilomètres de l’arrivée.

Première partie de la descente technique

Il n’y aura plus d’ascension répertoriée, mais il restera tout de même un repecho d’un kilomètre à près de 7% à la sortie de la Grave de Peille, puis l’ascension du col de Nice par Blausasc.

Il restera alors 6.5 kilomètres à parcourir, presque uniquement en descente, pour rallier l’arrivée.


Météo

Un temps nuageux mais pas de pluie attendue, et des températures autour de 14° attendent les coureurs sur le parcours demain.

Le vent soufflera en provenance du Sud-Ouest à 13h mais changera progressivement pour souffler du Sud à partir de 15h. La force devrait être assez constante entre 10 et 12km/h sur l’après-midi.

  • Vent favorable sur les 30 premiers kilomètres de course jusqu’à Peille
  • Vent défavorable dans la descente du col de La Grave de Peille.
  • Vent favorable dans la première partie de l’ascension de Berre les Alpes, puis vent de côté jusqu’au sommet
  • Les 21 kilomètres d’ascension jusqu’au Col de Saint Roch se feront avec un vent majoritairement favorable
  • La Longue descente vers la Grave de Peille se fera vent de face
  • Le col de Nice se fera vent de 3/4 dos, puis les 6 derniers kilomètres seront vent de 3/4 face.

Le Scenario

Une étape courte avec une succession d’ascensions peut-être propice à une course de mouvement, et d’attaques lancées de loin. Je ne suis pas sûr que les hostilités seront lancées dès le col d’Eze, mais j’imagine plutôt vers le 50ème kilomètre et l’approche du pied du Col de Berre les Alpes, vers Blausasc. Les ascensions se feront en grande partie avec un vent favorable qui ne freinera pas les attaques, et surtout il n’y aura quasiment pas de portions planes passé ce point. Le vent de face posera problème sur la fin, cela rendra un exploit solitaire plus compliqué.


Les Prétendants

Au classement général, 6 hommes se tiennent en 30 secondes au départ de cette dernière étape (il n’y a pas de bonification pour le vainqueur d’étape). Quintana a de nouveau montré sa supériorité lorsque la route s’élève, malheureusement pour lui la portion plane après le col d’Eze lui a été fatale et a permis à Wellens de rentrer sur lui. Demain, les ascensions ne présenteront pas de pourcentages affolant, mais le Col de Saint Roch sera l’endroit le plus propice pour Nairo s’il veut se défaire d’une bonne partie de ses adversaires. On l’a vu aujourd’hui, il aura très certainement besoin d’arriver seul s’il veut s’imposer. Mais pour remporter le général, la victoire d’étape n’est pas nécessaire. Il pourrait trouver des alliés de circonstance qui verraient d’un bon œil de ne pas emmener Wellens au sprint. Il pourra compter sur Bouet demain qui aura du travail pour accompagner son leader le plus loin possible dans la course.

Wellens a parfaitement géré son effort sans se mettre dans le rouge pour revenir sur Nairo dans les derniers kilomètres plus plat et le régler au sprint. Leader de la course désormais, il sera en défense du maillot avec comme ennemi principal Quintana dans la même seconde que lui. Wellens grimpe bien, mais la succession d’ascension de 20km jusqu’au sommet de Saint-Roch ne sera probablement pas à son avantage. De plus, en cas d’attaques d’un du top 6 au général, les autres se retourneront vers lui afin qu’il mène la chasse. S’il est isolé, la vie pourrait devenir très compliquée !

Martin a subit le même sort qu’Alaphilippe la semaine dernière et a explosé dans la roue de Quintana en tentant de le suivre. Malgré cette erreur tactique, on a pu voir sa bonne forme, et on peut même penser qu’en restant au pied avec le groupe Wellens il aurait pu rentrer avec lui sur Quintana dans le final. Lui aussi pourrait être plus à son avantage demain, et s’il y a très peu de chance qu’il arrive à reprendre du temps à Quintana, ils semblent être tout deux les meilleurs grimpeurs du peloton du Tour, et cela pourrait être à leur avantage.

Madouas a aussi réalisé une belle performance aujourd’hui, en prenant la troisième place de l’étape. Un ton en dessous tout de même d’un Quintana ou Martin, il aura bénéficié du gros travail de Gebreigzabhier pour rester à une 20aine de secondes du duo de tête. Dans le top 6 au général, il est probablement le plus rapide avec Wellens et Mollema. Seulement à 25 secondes du belge et de Quintana, difficile d’imaginer qu’il arrive à reprendre ce temps, tout du moins sur le colombien. En revanche, la victoire d’étape est tout à fait envisageable s’il parvient à se débarrasser de Tim.

Le trio de la Trek pourrait tenter des choses demain. Skjelmose a travaillé jusqu’au pied du col d’Eze, puis Gebreigzabhier a pris le relais et a fourni un travail monstrueux pour Mollema, le décrochant même de sa roue. On peut même penser que s’il n’avait pas dû travailler pour Bauke, il aurait eu une chance de rattraper le duo de tête. On ne le saura jamais. Quelle sera la tactique demain ? L’Erythréen semble être celui qui tient la meilleure forme en montagne. Le danois devrait être de nouveau dans un rôle d’équipier, Mollema lui pourrait soit attaquer et tenter de finir seul comme il en a l’habitude ou bien attendre un sprint en petit comité où il devrait être un des plus rapides.


Mes Choix

Si le vent de dos dans les ascensions va favoriser les attaques, le vent de face après le col de Saint Roch pourrait être vraiment rédhibitoire pour un homme seul. Tout comme hier, aussi fort que Quintana soit, je ne pense pas qu’il sera en capacité d’arriver seul. Je pense que nous verrons des attaques loin de l’arrivée et une course assez animée. Sur une course où les leaders pourraient se retrouver isolé assez tôt si les hostilités sont lancées tôt, il faudra compter sur ses équipiers. Et la Trek semble en bonne position pour cela avec entre autres Mollema, Gebreigzabhier et Skjelmose. Il y a de grandes chances que les deux derniers cités aient à travailler pour Bauke si Nairo et Martin s’échappent, et même en cas d’arrivée en petit groupe (ce qui est grandement possible selon moi), Bauke est le plus rapide des 3. Je pars de nouveau sur une victoire de Mollema demain. Madouas est en bonne forme, mais s’est retrouvé peu être un peu court. Si demain l’étape arrive en petit comité, je pense qu’il est tout à fait en mesure de régler le groupe et de repartir avec la victoire. Une place sur le podium l’attend de nouveau selon moi. Wellens a semblé très fort aujourd’hui, demain il sera en défense du maillot et devra surveiller les attaques. Un travail qui lui prendra de l’énergie, mais avec la forme affichée je pense qu’il aura ce qu’il faut pour rester au contact du groupe de tête et prendre une place dans le Top 3, et la victoire au général.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :