Tour de la Provence 2022 – Etape 1: Istres – Les-Saintes-Maries-de-La-Mer (151.8km)

Présentation de la Course

Après un prologue qui a permis de nous donner un premier classement général, ce vendredi a lieu la première étape en ligne : 152 kilomètres entre Istres et Les Saintes Maries de La Mer. Seulement 400m de dénivelé positif avec une seule côte répertoriée en début de parcours. Une étape à première vue destinée à un sprint massif, à moins que…


Le Parcours

Parcours étape 1

Départ d’Istres en direction des Baux-de-Provence pour le sommet de la seule difficulté répertoriée de la journée : le Col de la Vayède (2.3km à 3.7%). A défaut d’être difficile, il permettra au coureur qui le passera en tête d’endosser le maillot de meilleur grimpeur.

A partir de ce point, la route sera toute plate. Le peloton partira ensuite en direction du sud pour rejoindre Arles, puis toujours vers le sud pour traverser le Parc Naturel Régional de Camargue sur une quarantaine de kilomètres, pour finalement rejoindre le circuit final.

Circuit final, étape 1

Un circuit de près de 24 kilomètres de long toujours dans le Parc de Camargue. Le peloton devra passer par deux fois sur la ligne d’arrivée, avant de devoir la franchir une dernière fois .


Les Derniers Kilomètres

Les 5 derniers kilomètres de course

Jusqu’à l’entrée dans Les Saintes-Maries, le peloton sera sur de longues lignes droites, sans mobilier urbain, au milieu des étangs de Camargue.

Les 700 derniers mètres seront eux en milieu urbain, dans Les Saintes Maries. Une deux voies de taille normale dans la ville, sans mobilier urbain ou autre rond-point. Pas de virage à noter non plus si ce n’est un enchaînement de larges courbes gauche-droite à 300m de la ligne, mais rien qu’on puisse appeler « virage ». Il faut donc s’attendre à un final rapide.


Météo

Beau temps tout l’après-midi avec des températures comprises entre 12 et 14°. Mais le problème ne résidera pas vraiment dans les températures demain sur ce parcours.

Un vent terrible soufflera tout l’après-midi sur les routes du Tour de la Provence. Un vent en provenance du Nord à plus de 45km/h et des rafales pouvant dépasser les 60km/h !

  • Un vent majoritairement de face sur les 30 premiers kilomètres jusqu’aux Beaux de Provence et la seule difficulté répertoriée de la journée. Une très mauvaise nouvelle pour les hommes qui pensaient prendre l’échappée.
  • La descente jusqu’à Arles se fera elle plutôt avec un vent de côté

Une fois sortie d’Arles et entré dans le Parc Naturel Régional de Camargue, les choses sérieuses commenceront et il faudra être hyper attentif sur les près de 100 kilomètres de course qu’il restera. Les tentatives de bordures pourraient être nombreuses, notamment dans les portions ciblées ci-dessous.

  • Il y aura une première zone à risque quasiment dès l’entrée dans le parc, entre les kilomètres 54 à 61 de la course.
  • Au kilomètre 65, virage en épingle sur la droite et le vent frappera alors le peloton de côté sur près de 13km de long.
  • Quelques kilomètres plus loin, une nouvelle zone où le vent frappera majoritairement les coureurs de trois-quarts dos, entre les kilomètres 82 et 92, dès la sortie d’Albaron.
  • Au kilomètre 95, les coureurs entreront sur le circuit final. Dans ce circuit, la portion la plus propice en est l’entrée avec un vent qui soufflera de 3/4 dos. La partie remontante du circuit sera fortement exposée vent de face à 3/4 face.
  • La dernière des zones clés se trouvera à moins de 10km de l’arrivée dans le dernier tour.

Le Scenario

Si l’étape semble vu son profil promise à un sprinter, le vent sera un élément perturbateur à ne pas négliger. Que ce soit pour la gagne de l’étape ou dans l’optique de creuser des écarts au général, il y a trop de portions propices à la création de bordures pour que certaines équipes (INEOS en tête) n’en profitent pas. La question n’étant pas tant de savoir quand, mais où mettront-elles en route. Il risque d’y en avoir un peu partout demain sur les routes du Tour de la Provence et un sprint massif semble finalement l’option la moins probable. Mais cela ne veut pas dire qu’un sprinter ne s’imposera pas !

Les Prétendants

INEOS semble l’équipe la mieux équipée pour survivre à cette journée, mais surtout celle qui devrait avoir les clés en main pour décider de quand faire tout exploser. Avec Ganna, Puccio, Rowe et potentiellement Hayter, ils disposent de quoi faire tirer la langue à pas mal de leurs adversaires ! Viviani devrait être protégé pour le gain de l’étape, Carapaz pour ses chances au général. L’italien devrait être la première option du jour côté Grenadiers, Hayter pourrait avoir sa chance sur l’étape de Manosque. Et si Viviani n’est pas dans le bon coup, ce qui m’étonnerait, on pourrait voir Hayter devenir la première option.

La QuickStep pourrait payer le fait d’avoir dû prendre le départ de la course avec deux coureurs en moins, et pas des moindres. Cependant, il n’est pas dans leur habitude de se cacher et leur culture de la bordure fait qu’il est impensable de ne pas les voir à l’avant demain. Alaphilippe semble être leur meilleure option, même si je peine à voir un scenario où il l’emporte. Il s’agira avant tout de ne pas perdre de temps, voire d’en gagner, au général.

Si Démare est plutôt à l’aise dans les étapes piégeuses, ce n’est pas forcément le cas de son équipe qu’on voit régulièrement se faire prendre. S’il y a des chances qu’il réussisse à accrocher le bon wagon, il pourrait manquer d’hommes autour de lui.

Un problème que pourrait partager Coquard, avec le fait qu’il est moins à l’aise qu’Arnaud dans les situation très venteuse, où encore la semaine dernière à Bessèges il se fait piéger. Sa bonne forme joue pour lui s’il arrive à rester avec le wagon de tête, mais si des Viviani ou Démare sont encore là, il lui sera très difficile de s’imposer au sprint.

Israel – Premier Tech possède une belle équipe capable de sortir son épingle du jeu sur une étape piégeuse comme celle de demain. S’ils arrivent à maintenir Barbier dans de bonnes dispositions, il pourrait tenter d’accrocher le podium de l’étape.

Mes Choix

Avec l’équipe qu’il a autour de lui et ce qu’il a montré en Espagne, je pense que Viviani a toutes les cartes en main pour débloquer son compteur de victoire en 2022. On pourrait voir Hayter se muer en poisson pilote dans le final, après un gros travail de Ganna avant l’entrée dans Manosque pour aider son ami Viviani à lever les bras sur la ligne. Si Démare est dans le bon coup demain, il a de belles chances de podium. Il faudra avant tout être attentif et bien placé pour ne pas louper le bon wagon. Pour la victoire, nous n’avons que peu d’info sur sa forme, et vu le niveau affiché par Viviani, l’italien semble plutôt favori sur le français. Enfin, le team Israël sera intéressant à suivre sur l’étape de demain, et je pense que Barbier a ce qu’il faut pour être dans les sprinters qui se retrouveront à l’avant. Trop court pour la gagne, mais un podium est envisageable.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :