Tour de France 2021 – Etape 2 : Perros Guirec – Mûr de Bretagne (183km)

Un profil accidenté assez semblable à celui proposé lors de la première étape, avec en point d’orgue la double ascension de la côte de Mûr de Bretagne. Une nouvelle étape promise à un puncheur/sprinter, voire puncheur/grimpeur.

LE PARCOURS

Il y a de grandes chances pour que le scenario observé lors de la première étape se répète ici : une échappée filtrée qui sera revue par le peloton à l’approche du final.

Sur la majeure partie du parcours, pas de difficultés nécessitant de s’y attarder. En revanche, les 17 derniers kilomètres seront eux bien plus animés.

A 17km de l’arrivée débutera la première des 2 ascensions de la côte de Mûr de Bretagne, avec un sommet à 15km de l’arrivée. Il est intéressant de noter qu’au premier passage sur la ligne, les secondes de bonifications seront distribuées, verrons nous un petit sprint entre les favoris pour se les disputer ?

Après la descente de Mûr de Bretagne, une autre petite côte mènera les coureurs jusqu’au village de Saint Mayeux avant une portion en faux-plat descendant jusqu’à un kilomètre du pied de Mûr de Bretagne. Attention à cette portion où les coureurs traverseront un second village. La route ne sera pas très large par endroits et la bataille pour se positionner battra son plein, comme la tension au sein du peloton, et la vitesse sera élevée. On a pu le voir aujourd’hui, les dégâts peuvent être important dans le final en cas de chute.

La seconde ascension de Mûr de Bretagne sera abordée quasiment à l’arrêt pour une partie du peloton après un faux-plat montant d’un kilomètre et un virage à 90° à droite. Attention au placement pour ne pas se retrouver piégé, comme certains ont pu l’être lors de la première étape.

Profil ascension de la côte de Mûr de Bretagne

Une côte très exigeante. Plus courte que la Fosse aux Loups, mais probablement plus difficile aussi. Après 300m, les coureurs sont confrontés à des pourcentages supérieurs à 10% sur près de 700m. Passé ces énormes pourcentages, la pente affiche environ 7% de moyenne sur les 500m suivants. A 500m de la ligne, la pente va se radoucir au fur et à mesure, passant d’abord à 5% puis à 2% sur les 300 derniers mètres.

METEO

Des averses sont attendues tout au long de l’après-midi, difficile de savoir si les coureurs passeront au travers des gouttes ou bien s’ils partiront pour une journée complète sous la pluie !

Le vent proviendra du Sud lors de la dernière heure de course, ce qui signifie que l’ascension de Mûr de Bretagne se fera avec un vent de dos, favorable aux attaques, surtout qu’il soufflera à 20km/h !

LES PRETENDANTS

Cette ascension a déjà été au programme du Tour ces dernières années, en 2015 et en 2018. En 2015, Vuillermoz s’était imposé en lançant son attaque à 800m de la ligne, dans la portion à 7% de moyenne. Dan martin avait essayé d’aller le chercher, sans succès. 3 ans plus tard, Dan Martin prendra sa revanche. Il lance son attaque à 1.2km de la ligne, dans les pourcentages les plus forts, faisant exploser le groupe de favoris. Les poursuivants l’auront de bout en bout en ligne de mire, mais personne ne parviendra à revenir sur l’irlandais. Lors de ces 2 éditions, Valverde a pris la 3ème place.

Il n’est pas impossible que des prétendants au classement général perdent quelques poignées de secondes demain, comme cela a déjà été le cas !

Les favoris pour demain se trouvent très probablement dans le groupe qui a fini devant lors de la première étape, Alaphilippe en tête. Le champion du monde a été impressionnant de maîtrise, emmené magistralement par son acolyte Devenyns. Il y a de grandes chances que la stratégie appliquée aujourd’hui soit répliquée demain. En 2018, Julian avait pris la 4ème place ici. Il faudra aussi surveiller la météo qui pourrait influer sur ses performances, Julian n’étant pas un adepte des journées pluvieuses !

Une fois de plus Van der Poel a payé son problème de positionnement. Obligé de faire un énorme effort à 2.6km de l’arrivée, il revient dans les premières positions au moment exact où Devenyns prend son énorme relais, rendant impossible pour le néerlandais de suivre l’attaque de Julian 300m plus loin. Il tentera bien de ressortir, sans succès, les jambes ne répondaient plus. Qu’en sera t-il demain ? Une nouvelle fois la nécessité d’être positionné au pied de la côte sera primordial, et il pourrait se retrouver à faire des efforts superflus qui l’empêcheront de suivre l’attaque programmée de Julian.

Van Aert était clairement au chevet de Roglic aujourd’hui, faisant le tempo pour son leader dans la dernière ascension. A noter qu’il était impliqué dans la première chute et qu’il aura dû mener une grosse chasse pour rentrer, y laissant certainement des forces. Il y a de grandes probabilités que son rôle demain soit le même qu’aujourd’hui, ce qui annihilerait ses chances de victoire. S’il ne lui est pas demandé de faire le tempo et qu’un petit groupe se joue la gagne, il ne sera pas loin du compte.

En parlant de Roglic, on l’a vu répondre à l’attaque d’Alaphilippe, suivi par Pogacar. Et ce qu’il faut comprendre, c’est que Primoz a retenu la leçon de l’année dernière : aucun cadeau pour Pogi ! Alors que les 2 auraient probablement pu rentrer, Roglic n’a pas voulu collaborer avec son jeune compatriote. Il me semble aussi qu’il contre Alaf’ à contre-temps, ne voyant pas que Van Aert lui fait signe d’y aller. Roglic prendra finalement la troisième place du sprint derrière un surprenant Matthews. Il a donc semblé intéressé par les secondes de bonifications et le final de cette seconde étape lui convient bien. Verra t-on Primoz à l’attaque dans le final ?

Concernant Pogacar, s’il a réussi à revenir sur Roglic, il a montré vouloir rouler sur Alaphilippe, mais a coupé son effort après avoir compris que Roglic n’allait pas relayer. Dans le final, il a semblé un peu court sur son sprint, on le voit tenter de se mettre en danseuse avant de très vite se rasseoir, ne pouvant pas jouer les bonifications. Un indice pour la seconde étape ?

Les écarts pourraient être plus important pour certains à l’arrivée demain qu’aujourd’hui. Il faut donc s’attendre à ce que les coureurs visant le général soient plus « réactifs » en cas d’attaque. Haig, Gaudu, Kelderman, Thomas et Mas entre autres devraient être plus enclins à l’offensive. Un petit surplus de motivation pour David qui pourrait profiter d’un final qui lui convient mieux qu’aujourd’hui, le tout dans sa Bretagne natale ?

Certains hommes pourraient profiter d’un jeu d’attente entre les leaders et tenter de sortir sans forcément que la chasse ne soit menée derrière eux. A ce jeu, on peut notamment citer Lutsenko/Fuglsang, Latour, qu’on a pu voir en jambe mais légèrement court aujourd’hui, ou Dan Martin qui a perdu du temps aujourd’hui.

MES CHOIX

Cette fois-ci je ne pense pas qu’on laissera autant de marge à Alaphilippe, au moins Roglic devrait être en mesure de répondre. Le champion du Monde est le grand favori, à raison. Il sera l’homme à battre demain. Tout dépendra ensuite de si un homme/petit groupe arrive à se détacher en piégeant certains leaders ou non. Il n’est pas non plus à exclure que certains hommes qui ne sont pas des dangers au classement bénéficient d’un petit laisser passer et que leur attaque ne soit pas suivi. J’ai malgré tout la sensation que si Primoz sent qu’il peut enfoncer le premier clou, il ne s’en privera pas. Je m’attends à un grand Gaudu demain ! Des propres mots de David, l’étape du Mûr est celle qu’il a le plus en tête en ce début de Tour : à domicile, une montée qu’il connait par cœur. Devant sa famille et ses amis, il sera galvanisé !

  • Roglic @ 7 (0.45%)
  • Gaudu @ 35 (0.1%)
    • T3 @ 10 (0.15%)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :