Tour de France 2021 – Etape 1 : Brest – Landerneau (198km)

Première étape de ce Tour de France, longue de près de 200km et un profil qui diffère de ce à quoi nous sommes habitués. Ni prologue ni sprint massif, cette étape semble destinée à un des puncheurs/sprinters du peloton. Qui va revêtir le premier maillot jaune de cette 108ème édition du Tour ?

LE PARCOURS

Cette première étape sera loin d’être de tout repos ! Un parcours accidenté de près de 200km, 6 côtes répertoriées pour un total de 2 800m de dénivelé positif. Malgré tout, de par sa physionomie, il est peu probable que la course ne se décide avant les derniers kilomètres et l’approche de la côte de la Fosse aux Loups.

Pour mieux appréhender la fin de la course et son dénouement, nous allons nous pencher en particulier sur les 6 derniers kilomètres de l’étape, à l’approche de Landerneau.

A ce point de la course, le peloton sortira d’une descente de 4 kilomètres où la bataille pour le positionnement aura déjà commencé. A 6 kilomètres de l’arrivée, les coureurs devront passer un enchaînement de terre-plein centraux, avant un premier rond-point à prendre par la droite.

Il faudra faire très attention quelques centaines de mètres après ce rond-point, il y aura un séparateur au milieu de la route qui coupera le peloton en deux sur 100m. Plus loin, à 5km de l’arrivée, il y aura un second rond-point qu’il faudra de nouveau prendre par la droite.

Séparateur à 5.4km
Rond-point à 5km

Le rond-point mènera le peloton sur une petite côte étroite sur 200m, avant un virage à droite qui débouchera sur une route plus large. Aborder ce rond-point par la droite et dans les premières positions sera extrêmement important.

Route étroite à la sortie du second rond-point

Il n’y aura ensuite pas grand chose à signaler jusqu’à 3.3km de l’arrivée et un nouveau rond-point débouchant sur un pont. Tout de suite après le pont, les coureurs devront prendre un virage à 90° sur la droite.

Rond-point précédant le pont
Virage droite après le pont

A peine 100m plus loin, un virage à 90° sur la gauche verra la route se rétrécir une première fois pour aborder le pied de la montée de la Fosse aux Loups, avant de rétrécir légèrement plus 100m plus loin.

Début de la Côte de la Fosse aux Loups
Second rétrécissement dans la côte

Après 250m d’ascension sur une route étroite, un virage à droite débouchera sur une route plus large. Il n’y aura plus de virages jusqu’à l’arrivée à partir de ce point, la pente sera la seule difficulté.

Profil de la côte de la Fosse aux Loups

On peut le voir sur le profil, les plus forts pourcentages sont au pied de la côte, notamment les 1 300 premiers mètres à près de 8.5% de moyenne et une pente maximale avoisinant les 13%. Par la suite, la pente va se radoucir au fur et à mesure pour devenir quasiment plate sur les 300 derniers mètres. Les 500 derniers mètres affichent une moyenne de 2%.

METEO

Quelques averses prévues dans les environs de Quimper, mais il se pourrait que les coureurs passent au travers des gouttes. Pas de pluie prévue au départ de Brest, ni à l’arrivée à Landerneau. Des températures entre 15 et 17° tout l’après-midi.

Le vent sera faible au départ mais devrait forcir au fur et à mesure de l’avancée de l’étape. Dans le final, le vent soufflera en provenance du Nord-Ouest, l’ascension de la côte de la Fosse aux Loups se fera donc vent de dos / trois quart dos.

Sens du vent dans l’ascension finale

LES PRETENDANTS

Le final de cette étape promet d’être très nerveux, à cause du mobilier urbain dans les derniers kilomètres, des routes étroites et de la côte finale. Un point extrêmement important à noter, la règle de la neutralisation aux 3 kilomètres ne s’appliquera pas demain. Cela signifie qu’en cas de problème mécanique ou chute, le temps des hommes retardés ne sera pas calqué sur le temps du vainqueur. Cette information augmentera la nervosité dans le peloton, et donc le risque de chute dans le final.

Le placement sera primordial pour tenter de remporter l’étape, mais avec l’absence de la règle des 3 km, nous allons aussi voir les équipes des leaders au général vouloir placer leurs hommes à l’avant pour ne pas risquer de perdre de précieuses secondes. On l’a vu, au pied de la côte de la Fosse aux Loups la route se fera plus étroite, et tout le monde n’aura pas sa place en tête de peloton.

Avec un maillot en ligne de mire, je ne laisse que peu de chances aux échappés de se jouer la victoire. trop d’équipes rouleront derrière pour ramener le peloton et se jouer la gagne.

Le final (du moins les 1500 premiers mètres de la côte) sera trop dur pour des sprinters comme Merlier, Cavendish, Démare et probablement Ewan. Leur tour viendra bien assez vite et ils auront largement de quoi être rassasiés !

Trois favoris semblent se démarquer demain, et leurs noms sont connus de tous : Van der Poel, Van Aert et Alaphilippe.

Van der Poel est l’immense favori à la victoire demain, et possède une occasion uniquement de réaliser ce que son grand-père n’a malheureusement jamais réussi à faire : endosser le maillot jaune. Sans aucun doute un des meilleurs puncheurs au monde et possédant une excellente pointe de vitesse, le parcours semble avoir été dessiné sur mesure pour le néerlandais. Il y a cependant une ombre au tableau, son positionnement. Très souvent, il se retrouve mal placé dans les points clés d’une course, comme lors de l’attaque de Julian dans le Poggio ou plus récemment sur la première étape du Tour de Suisse. Malgré tout, quasiment à chaque fois il parvient à combler l’écart et revenir sur les attaquants. S’il aborde l’ascension en bonne position, très peu (Van Aert?) pourront le battre. En mauvaise position, il devra faire un effort supplémentaire pour remonter, mais je l’en pense capable.

Pour s’imposer, Julian devra absolument attaquer dans les plus forts pourcentages de la côte (après 300m d’ascension) pour tenter de creuser un écart. Car, malheureusement pour lui, les 500 derniers mètres ne seront pas à son avantage en cas de sprint réduit. Le vent de dos sera un avantage pour les attaquants. Malgré tout, Flèche Wallonne mise à part car c’est son jardin, à aucun moment dans l’année Alaphilippe n’a réussi à creuser un écart sur une côte : les Strade Bianche, Milan Sanremo, l’Amstel, Tour des Flandres, la première étape du Tour de Suisse. A chaque fois, Van der Poel et/ou Van Aert ont réussi à l’accompagner. Et il pourrait en être de même demain. Face à eux deux, il finira probablement battu au sprint. Et si Ballerini était finalement une option plus viable en cas de regroupement sur le dernier kilomètre côté DQS?

Van Aert possède une excellente occasion de décrocher le maillot jaune. S’il lui est demandé d’accompagner Roglic sur les premières rampes de la côte de la Fosse aux Loups, cela ne l’empêchera pas de tenter la gagne, car il sera de facto positionné à l’avant du peloton. Un des plus rapide au sprint, Van Aert a certainement les capacités de suivre les attaques de ses adversaires, mais ne sera pas lui dans l’obligation d’attaquer.

Sagan et Colbrelli pourraient bénéficier d’un petit regroupement après les 1 300 premiers mètres. Les deux sont très bons puncheurs, et certainement les seuls possédant la pointe de vitesse nécessaire pour espérer rivaliser avec VdP et Van Aert en cas de sprint réduit. Les battre ne sera certes pas facile, mais c’est une étape qu’ils ont très certainement coché et je m’attend à les voir se positionner au pied de la côte. Le vent de dos qui favorisera les attaques n’est pas forcément une bonne nouvelle pour les deux hommes. Colbrelli est impressionnant dernièrement, récent champion d’Italie en ayant résisté à Masnada dans la Cima Gallisterna (la côte des championnats du monde 2020, 2.6km à 6.8% de moyenne), l’italien semble avoir les moyens de jouer le podium demain.

On l’a vu, avec l’absence de la règle des 3 kilomètres les prétendants à la victoire finale voudront à tout prix être à l’avant de la course et pourraient se retrouver impliqué dans l’emballage final. Difficile d’imaginer Roglic et Pogacar se jouer la victoire demain, mais ils ne devraient pas être loin du Top 10 de manière assez naturelle, comme le trio INEOS. Sur un sprint plat, je ne vois aucun des deux capable de l’emporter malgré tout.

MES CHOIX

Le fait que les derniers hectomètres soient plat et que ce soit le pied de la côte le plus difficile me laisse penser que nous assisteront à un sprint réduit. Je ne vois personne capable de s’isoler au bas de la côte et de tenir derrière, surtour que la partie étroite ne fait « que » 200m. Cela sera un avantage pour Van der Poel et son problème de placement ainsi que pour Van Aert, indéniablement un des plus rapides au sprint. Je m’attends à voir Colbrelli se disputer une place pour le top 5, et pourquoi pas sur le podium.

  • Van der Poel / Van Aert @ 2.30 (0.75%)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :