Giro d’Italia 2021 – Etape 10 : L’Aquila – Foligno (139 km)

Dernière étape de cette première semaine avant la première journée de repos. Seulement 140 kilomètres entre l’Aquila et Foligno.

LE PARCOURS

Après seulement 7 kilomètres de course, le peloton devra affronter une première difficulté non répertoriée. Avec ses 6.7km à 4% de moyenne, la Sella di Corno ne sera pas extrêmement difficile mais devrait être le lieu de bataille pour les hommes voulant prendre l’échappée.

Première ascension après 7 kilomètres de course

Après une descente d’un peu moins de 15 kilomètres, les coureurs trouveront une longue portion plane jusqu’au kilomètre 65, qui marquera le début de l’enchaînement de 4 difficultés, dont une seule est répertoriée, en 4ème catégorie.

Rien d’affolant sur les 3 premières qui ne devraient, à priori, pas causer de dégât particulier. La première sera longue de 3km à 2.6% de moyenne, la seconde 3.5km à 3.4% et la troisième 5.8km à 3.8%. Rien d’insurmontable sur le papier donc.

Première ascension du quartette
Seconde ascension
Troisième ascension

Après une courte descente viendra le moment d’aborder la seule difficulté répertoriée de la journée, celle qui pourrait potentiellement poser problèmes à certains sprinters si le rythme est trop élevé.

Les 2 premiers kilomètres seront à 3% de moyenne, ensuite, les pourcentages augmenteront pour atteindre les 6%. Cette ascension se fait sur une route très large et sans virages, donc sans réels à coups, une très bonne nouvelle pour les sprinters.

Une équipe pourrait tenter de durcir la course pour distancer certains des purs sprinters (Merlier, Dylan, Viviani), mais il faudrait vraiment imprimer un gros rythme pour y parvenir tant cette ascension est roulante. Il restera 39km au sommet.

Après une la descente de 5 kilomètres, les coureurs fileront sur une route plane et large jusqu’à Foligni. Attention à la traversée des différents villages sur la route, on a vu à quel point le mobilier urbain peut-être dangereux. Il sera important de commencer à se placer dès l’entrée dans le village de Sant’Eraclio, à 7km de l’arrivée pour préparer de la meilleure des manières les 3 500 derniers mètres.

A 3.3km de l’arrivée, premier rond-point qui viendra étirer le peloton.

Nouveau rond-point aux 2 600 mètres.

Une courbe à droite aux 1 600m qui va rétrécir la route. Le virage n’est pas trop accentué, il se prendra à vitesse élevée.

Une nouvelle courbe rapide, cette fois sur la gauche, aux 1 200m.

Virage à gauche au kilomètre.

Une dernière longue courbe sur la droite aux 400 mètres qui débouchera aux 200 mètres sur la ligne droite vers l’arrivée.

Il est intéressant de noter que les 60 derniers kilomètres seront identiques à ceux de la 7ème étape du Giro 2014. Cette année là, Bouhanni s’était imposé au sprint devant Nizzolo et Mezgec. Aucun sprinter n’avait été lâché dans le Vallico della Somma.

METEO

De nouveau un ciel gris demain, mais normalement pas de pluie de prévue, ou du moins quelques légères averses. Le vent sera en revanche bien présent. Sur les 50 premiers kilomètres, un fort vent d’Ouest frappera les coureurs de face – 3/4 face jusqu’à Rieti. Une très mauvaise nouvelle pour l’échappée. Sur une dizaine de kilomètres après Rieti, les routes seront plus exposées, mais peut-être pas assez longtemps pour espérer créer des cassures dans le peloton. A partir de ce point, les coureurs bifurqueront vers le Nord. Le vent d’Ouest (qui faiblira au fur et à mesure de la journée) sera un vent de côté jusqu’au bas de la descente du 4ème catégorie. Suivra ensuite une portion d’une quinzaine de kilomètres avant l’arrivée dans Foligno où le vent sera de 3/4 dos, mais une nouvelle fois les portions exposées ne seront peut-être pas suffisantes pour créer des cassures.

Concernant le dernier kilomètre, après la dernière courbe à gauche il faudra déjà être bien placé et rester sur la droite de la route. En effet, la longue courbe aux 400m fera que les coureurs trouveront un vent de 3/4 face sur les 300 derniers mètres. Rester sur la droite forcera les concurrents à déborder par la gauche et donc prendre le vent. Bien sûr, le sprint étant en ville, l’impact du vent s’en trouvera atténué, mais les petits détails feront la différence. Avoir un train capable de placer son homme sera primordial.

LES PRETENDANTS

Avec l’abandon d’Ewan, de nombreux sprinters vont retrouver le moral. Demain sera une de leurs dernières chances de s’imposer, et il y a fort à parier que leurs équipes respectives rouleront pour que les échappés restent à porté de tir.

Comment se comporteront Bora et ISUN ? Essaieront-ils de durcir la course dès le départ pour faire sauter les hommes comme Groenewegen, Viviani ou Merlier ? Il me semble que cela reviendrait à dépenser beaucoup d’énergie pour un résultat qui n’est pas assuré du tout. Bora a déjà tenté le « tout pour Sagan », sans succès.

Si on prend l’étape de 2014 comme référence, aucun sprinter n’avait été lâché dans cette ascension plus roulante qu’il n’y paraît. Cela n’est pas impossible, mais ce n’est pas le scenario que je vais privilégier et rester sur un sprint massif.

Viviani possède probablement le meilleur train de ce Giro. Déjà 2 top 3 à son actif, il a semblé lui manquer ce petit quelque chose à chaque fois. Est-ce que le départ d’Ewan peut le « débloquer » ?

Merlier a semblé malade en cours de semaine, l’inconnue réside sur sa condition physique. De plus, un vent défavorable sur les 300 derniers mètres ne sera pas pour l’avantager.

Nizzolo doit aussi voir d’un très bon œil le départ d’Ewan, et demain sera clairement une occasion en or de décrocher sa première victoire sur un Giro. Le champion d’Europe possède la vitesse nécessaire pour réussir, mais son placement devra être bien meilleur qu’il y a 3 jours.

Sagan ne semble pas avoir la pointe de vitesse nécessaire pour s’imposer sur un sprint massif, il devra espérer faire sauter les autres pour s’imposer. Idem pour Cimolai.

Groenewegen est clairement un ton en dessous de la concurrence sur ce Giro, et je ne vois pas la tendance s’inverser demain. Gaviria un ton en dessous aussi, et peut-être diminué par sa chute.

Moschetti semble monter en puissance au cours de ce Giro, décrochant 2 top 6 et 1 top 4 sur 3 sprints. Un ton en dessous des Merlier, Viviani et Nizzolo, il obtient tout de même ces belles places sans train pour le guider.

MES CHOIX

Le sprint de demain est encore plus ouvert sans Ewan. Bien que sur le papier, Merlier est désormais le sprinter le plus rapide du peloton, les doutes sur son état de forme/santé me font penser que les chances de Nizzolo et Viviani augmentent. Je ne serai pas surpris de voir un des 2 lever les bras à Foligno. En outsider, une place sur le podium pour Moschetti ?

  • Nizzolo @ 7.50 (0.25%)
  • Viviani @ 9 (0.25%)
  • Moschetti T3 @ 8 (0.2%)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :