Liège – Bastogne – Liège 2021 (259.5km)

La Doyenne est de retour pour sa 107ème édition. Vainqueur de l’édition 2020, Roglic sera présent pour défendre son titre. 3ème et dernière course du triptyque ardennais d’avril, et 3ème des 5 Monuments après Milan-Sanremo et Le Tour des Flandres (Paris-Roubaix a été décalé à l’automne), LBL est une course extrêmement difficile et éreintante de par sa longueur et l’enchaînement des côtes.

Le parcours sera quasiment identique à celui de 2020, exceptée une modification à 50 kilomètres de l’arrivée. Le col du Maquisard est remplacé par la Côte de Desnié, à la sortie de Spa, quelques kilomètres avant La Redoute. A noter que l’arrivée de la course n’a pas toujours été dans Liège même. Entre 1992 et 2018, l’arrivée était jugée à Ans, en côte. En 2019, les organisateurs ont décidé de replacer l’arrivée à Liège, sur le Boulevard d’Avroy en 2019, puis sur le Quai des Ardennes en 2020. L’édition 2021 se terminera aussi Quai des Ardennes, comme l’année passée.

LES DERNIERES EDITIONS

Sur les 10 dernières éditions, un seul homme a réussi à s’imposer au moins deux fois : Alejandro Valverde. Bien que le scenario soit assez identique à chaque fois (la Côte de la Roche aux Faucons est bien souvent juge de paix), le vainqueur n’est pas forcément simple à prédire.

2017 : Vainqueur Valverde qui réalise le doublé Flèche Wallonne / LBL. Attaque de Wellens dans les 10 derniers kilomètres, dans la côte de Saint Nicolas. Contre de Formolo aux 6km, rejoint au kilomètre par Dan martin. Valverde par en contre, rattrape puis dépose Martin pour s’imposer. La décision s’est donc fait dans le dernier kilomètre.

2018 : Attaque de Gilbert dans la Roche aux Faucons pour écrémer le peloton, Jungles part lui en haut de la côte, à 19km de l’arrivée, et profite du fait que les favoris s’observent derrière. Le champion du Luxembourg s’imposera en solitaire, après une course tactique maîtrisée par la Quick Step.

2019 : Changement de final. La montée à Ans est remplacée par une arrivée sur du plat dans Liège. La sélection se fait assez tôt, à 70 kilomètres de l’arrivée le peloton n’est plus composé que de 30 coureurs. Encore une fois, la côte de la Roche aux Faucons sera décisive. Fuglsang y place une première attaque, suivi par Woods et Formolo, avant de finalement les lâcher pour partir s’imposer en solitaire.

2020 : Attaque d’Alaphilippe dans la Côte de la Roche aux Faucons, à 14km de l’arrivée. Suivi par Roglic, Pogacar, Woods et Hirschi, qui attaquera quelques kilomètres plus loin, faisant sauter Woods. Les 4 se joueront la victoire au sprint malgré le retour de Mohoric au kilomètre. Roglic s’impose d’un souffle devant Alaphilippe, finalement déclassé pour son sprint dangereux ayant failli emmener Hirschi et Pogacar au sol.

On le voit, que le final soit à Ans ou à Liège, quelques tendances se détachent malgré tout sur les dernières années : La Roche aux Faucons est juge de paix, une arrivée sur du plat ne signifie pas forcément arrivée au sprint en comité réduit, et vice versa.

Qu’en sera t-il demain?

LE PARCOURS

On l’a vu, un parcours quasiment identique à celui de l’édition 2020. Une échappée de vaillants coureurs se détachera dans les premiers kilomètres, ils seront tenus en laisse pendant la majeure partie de la course avant de voir le peloton fondre sur eux aux abords du dernier tiers de la course.

Il y aura 11 côtes à franchir demain :

  1. Côte de la Roche en Ardenne (au km 76, 2.8km à 6.2%)
  2. Côte de Saint-Roch ( au km 123.3, 1km à 11.2%)
  3. Côte de Mont-Le-Soie (au km 164.1, 1.7km à 7.9%)
  4. Côte de Wanne (au km 172.4, 3.6km à 5.1%)
  5. Côte de Stockeu (au km 179, 1km à 12.5%)
  6. Côte de la Haute-Levée (au km 183.2, 2.2km à 7.5%)
  7. Col du Rosier (au km 197.4, 4.4km à 5.9%)
  8. Côte de Desnié (au km 210.8, 1.6km à 8.1%)
  9. Côte de La Redoute (au km 223.9, 2km à 8.8%)
  10. Côte des Forges (au km 235.8, 1.3km à 7.8%)
  11. Côte de la Roche-aux-Faucons (au km 245.8, 1.3km à 11%)

9 de ces 11 côtes se trouvent dans les 100 derniers kilomètres, il n’est donc pas étonnant que la course ne se décante pas avant ce moment-là. L’enchaînement des côtes et la longueur de la course usera petit à petit les coureurs. Concentrons nous donc sur les 50 derniers kilomètres avec en premier lieu, la nouvelle Côte de Desnié.

1.6km à 8.2%, avec des portions à plus de 10% dans sa partie centrale. Cette nouvelle côte peut-être mise à profit pour effectuer un premier écrémage dans le peloton. Le sommet est situé à 48 kilomètres de l’arrivée. Quelques kilomètres plus loin, après la descente, la célèbre côte de la Redoute se présentera face aux coureurs.

La Redoute, une des côtes mythique de LBL. A ce moment là, le groupe de favoris devrait être encore assez conséquent, il faudrait se sentir très fort pour tenter de partir en solo ici, avec 35km à couvrir encore derrière. Des attaques peuvent être tentées, mais il faudra espérer que du renfort suive. Deuxième phase d’écrémage en vue.

Entre les côtes de La Redoute et des Forges, le peloton empruntera aussi la Côte du Hornay, dans la commune de Sprimont. 1.1 kilomètre à 6% de moyenne. S’en suivra une portion descendante de 5 kilomètres pour arriver au pied de l’avant dernière difficulté de la journée, la Côte des Forges.

1 100 mètres à 8.4% de moyenne, mais comme on peut le voir, c’est dans ses premières rampes que les pourcentages seront le plus élevées avec des passages à 17%.

Enfin, après quelques kilomètres de descente, viendra LE moment clé de la course, à environ 15 kilomètres de l’arrivée.

La Côte de la Roche aux Faucons se décompose en 2 parties distinctes. Tout d’abord, les premiers 1 300 mètres affichant une pente moyenne de 11%. C’est ici que la première phase de sélection s’opère dans le groupe de favori. Au sommet, 500m de descente, 1 kilomètre de plat puis la seconde partie de la côte débute. Près de 2 kilomètres à 5% de moyenne. Bien moins pentue certes, mais si un homme s’est mis dans le rouge pour accrocher le bon wagon dans la première partie ou pour recoller sur le replat, une attaque ici peut lui être fatale (Woods et Formolo en ont fait les frais en 2020, Woods (encore!) et Kwiatkowski en 2020). Le groupe qui se jouera la gagne devrait se dessiner ici.

Tout le monde se souvient du final haletant de 2020. Alaphilippe, Roglic, Hirschi et Pogacar, les 4 plus forts se regardant dans le dernier kilomètre, Mohoric revenant à toute allure sur eux et qui finira par leur emmener le sprint. Le sprint d’Alaphilippe qui lui vaudra sa relégation, sa célébration trop hâtive et Roglic s’imposant finalement sur le fil. Revivrons-nous un épisode aussi épique cette année ? Ou un homme arrivera t-il à se dégager du groupe de favori pour s’adjuger la victoire en solitaire, comme Fuglsang il y a 2 ans ?

METEO

Du soleil de prévu l’après-midi, pas de pluie à l’horizon. Des températures clémentes aux alentours de 12 / 15°C. Le point intéressant niveau météo sera le vent dans la partie décisive de la course. Le vent soufflera depuis le Nord-Est toute la journée entre 17 et 20km/h.

Cela signifie concrètement que la première partie de la course vers Bastogne se fera avec un vent favorable, mais que les choses seront moins agréable dans la majeure partie de la remontée vers Liège. Arrivé dans les 50 derniers kilomètres, le vent aura encore plus d’importance sur les stratégies de course. La Côte de Desnié se fera vent de dos, durcir la course ici pourra permettre de commencer un vrai écrémage, la vitesse d’ascension en mettra beaucoup à la limite avec ce vent favorable. La première partie de La Redoute sera vent de face, mais dans les pourcentages les plus forts et jusqu’au sommet, le vent soufflera de dos. Même constat que pour la Côte de Desnié donc. La montée des Forges se fera vent de côté. Concernant la Côte de la Roche aux Faucons, sa première partie se fera vent de face / trois-quarts face. Favorable dans la partie plane qui suit et dans les première rampes de la seconde partie, le vent soufflera de face sur les 12 derniers kilomètres de la course. Ce vent de face dans le final est une très mauvaise nouvelle pour les hommes voulant s’imposer en solitaire, ou pour un petit groupe. Partir seul en haut de la Roche aux Faucons pourrait être une mauvaise idée, surtout si le groupe de chasse s’entend. Les chances de voir un homme rééditer ce qu’a fait Fuglsang sont faibles.

LES PRETENDANTS

Avec le vent de face dans le final, je ne pense pas que nous verrons un homme s’imposer en solitaire. Un groupe de favori devrait probablement se détacher dans la Roche aux Faucons, comme d’accoutumée. Si le groupe n’est pas assez conséquent, et si l’entente n’est pas bonne, il n’est pas à exclure qu’ils soient revus ! Encore faut-il que le groupe de chasse s’entende lui aussi. Qui pour accrocher le bon wagon ?

Je commence avec mon favori, Pogacar. Il vient entouré de ce qui est peut-être la meilleure équipe sur ce LBL : Rui Costa, McNulty, Formolo et Hirschi. Privé de La Flèche à cause d’un test positif au Covid, le team UAE vient ici avec un goût de revanche, Pogacar en tête. Il a le punch nécessaire pour être dans le bon groupe après La Roche, et surtout la vitesse au sprint pour s’imposer dans un groupe réduit. Sur du plat, je le pense plus rapide que Roglic et je suis persuadé qu’il peut rivaliser avec Alaphilippe, voire mieux, s’il est bien placé. Il aura à cœur de bien faire suite à la désillusion de 2020.

Alaphilippe aussi aura à cœur de bien faire pour rattraper son erreur de 2020. Le champion du Monde a fait de la Doyenne son objectif annoncé. Brillant sur La Flèche, son attaque timée à la perfection lui permet de revenir sur Roglic à quelques dizaines de mètres de la ligne. Cependant, La Flèche et LBL ne sont pas comparables par leur longueur. Sur un effort plus long, comme sur l’Amstel, Alaphilippe a montré des limites quand il s’agissait de suivre le bon coup. Le boost indéniable de confiance après sa victoire mercredi et le fait que LBL soit un gros objectif font qu’il ne faut pas l’exclure de la bataille finale. Julian arrive avec une équipe de costaud autour de lui, lui permettant de contrôler la course. Un très sérieux prétendant.

Roglic est passé tout proche de la victoire sur La Flèche, il est tout simplement tombé sur plus fort que lui. Le vainqueur sortant de La Doyenne s’alignera pour défendre son titre. Une équipe avec un peu moins de profondeur que les 2 cités au-dessus, mais tout de même la présence de Vingegaard, éblouissant sur le Tour du Pays-Basque. Le seul soucis que je vois pour Roglic est que, bien que rapide, je le vois moins rapide que les autres favoris de la course. Je n’ai pas de doutes sur le fait qu’il sera dans le bon groupe dans le final, mais je serai surpris de le voir défendre son titre avec succès.

Valverde mérite une belle mention à plusieurs égards. Premièrement, l’espagnol célèbre ses 41 ans aujourd’hui, ce qui devrait lui donner ce petit boost de motivation qui pourrait faire la différence sur sa capacité ou non à accrocher le bon wagon. Deuxièmement, il est dans une forme excellente ! Encore troisième de La Flèche mercredi, aucun doute sur son état de forme depuis le début de la saison. Enfin, Alejandro a déjà remporté cette course à 4 reprises, seulement jamais sur la nouvelle arrivée, pas présent en 2020 et abandon en 2019. Cette année sera probablement sa dernière chance de décrocher un 5ème titre, ce qui le placerai aux côtés du grand Eddy Merckx. De motivation, Valverde n’en manquera pas ! Mais comme pour Roglic, je pense que son sprint (en tout cas en 2021) n’égalera pas celui de Pogacar.

INEOS n’alignera pas Pidcock finalement, sa chute mercredi ne lui permettant pas. L’équipe ne manquera pas de qualité cependant avec entre autre Yates, Carapaz et Kwiatkowski. Carapaz devrait être l’option « dynamite », forçant les autres équipes à chasser et user les jambes. Il aurait eu de plus grandes chances de victoire si le vent dans le final n’était pas aussi défavorable, car je pense que pour s’imposer, il devra arriver seul. Leur meilleure chance en cas d’arrivée groupée sera sans aucun doute Kwiatkowski. Présent dans le deuxième groupe à 3 » de Van Aert sur l’Amstel, il prend finalement la 5ème place du sprint du « peloton ».

Matthews avait remporté ce sprint pour la quatrième place sur l’Amstel. Le Cauberg était un peu trop dur pour lui permettre d’accrocher le bon coup jusqu’au bout, et je pense que cela sera également le cas, dans la Roche aux Faucons. Sa seule chance à mes yeux, être dans un second groupe qui rentrerait sur les favoris sortis dans la dernière côte. Si cela devait arriver, alors il serait un très sérieux prétendant au podium, voire mieux !

MES CHOIX

Je reste sur mon favori, Pogacar. Je le vois être le plus fort des favoris demain. Il sera dur de le décrocher dans la dernière côte, et s’il est dans le bon coup dans la dernière ligne droite, je pense qu’il sera celui avec la meilleure pointe de vitesse. Après son T3 sur La Flèche, Valverde peut en accrocher un nouveau à son actif ! Malheureusement, peut-être un peu court pour la victoire avec les monstres en face de lui, une troisième place est possible à mon sens. Enfin, et car cela est aussi un scénario possible, en cas de regroupement dans le final, je mettrai une place sur le podium pour Matthews. Passé pas loin sur l’Amstel, il pourrait ne pas en être loin ici non plus !

  • Pogacar @ 5 (0.6%)
  • Valverde T3 @ 3.5 (0.4%)
  • Matthews T3 @ 13 (0.15%)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :