La Flèche Wallonne 2021 (194km)

194 kilomètres au départ de Charleroi pour cette 85ème édition de la Flèche Wallonne, un circuit final identique à celui de l’édition 2020 et une arrivée dans le désormais mythique Mur de Huy.

Les moins de 200 kilomètres en font une des classiques les plus courtes du calendrier. De par le profil de l’arrivée au Mur de Huy, peu de place à l’inconnue et aux surprises : c’est une course pour puncheurs. Il n’est pas étonnant que ce soit les meilleurs d’entre eux qui s’y partagent la vedette. Comme on a pu le voir sur les dernières éditions, la course est extrêmement cadenassée, les équipes de leaders contrôlant la course pour que les favoris se jouent la victoire dans la dernière ascension du Mur de Huy. Il faut remonter à l’édition 2003 pour voir une échappée victorieuse sur La Flèche, une éternité ! C’était l’espagnol Igor Astarloa qui s’était imposé.

Bien qu’elles soient souvent vouées à l’échec, les attaques ne manquent pas dans le final de cette course pour des coureurs désireux de forcer le destin.

2017 : Alaphilippe est absent à cause d’une blessure, Valverde se présente en tant qu’ultra favori. On assiste à plusieurs attaques, dont Jungels (DQS) dans le dernier tour. Il sera repris aux 500m et Valverde s’imposera pour la quatrième année consécutive.

2018 : Cette année là le numéro est signé Schachmann alors chez Deceuninck. Dans l’échappée, il réussi à distancer Nibali dans la descente vers Huy (!) et aborde le Mur avec quelques secondes d’avance. Il semblait tenir le bon bout, mais les grandes manoeuvres amorcées au pied du Mur auront raison de l’allemand à seulement 200m de la ligne ! Victoire d’Alaphilippe, au dessus du lot, après une attaque aux 150m.

2019 : Victoire d’Alaphilippe. Une attaque de Fuglsang dans le Mur, que seul Alaphilippe peut suivre. Le français s’imposera en haut du Mur. Astana, Movistar et DQS ont contrôlé toute le course, ne laissant pas d’espoir aux échappées et autres attaques.

2020 : Vansevenant à l’avant distance ses compagnons d’échappée. Alors qu’il possède plus de 30 secondes d’avance à 4 kilomètres du but, il fait un tout droit et chute dans la descente vers Huy. Il repart et est rejoint par Uran qui a attaqué dans la Côte du Chemin des Gueuses. Les 2 hommes seront repris au kilomètre, au pied du Mur. L’absence de clairs favoris (Valverde et Alaphilippe) a rendu le final beaucoup plus décousu, et il n’est pas à exclure que le jeune Mauri aurait pu rêver un peu plus. Hirschi s’imposera finalement au sprint.

Malgré quelques différences à travers les années (changement de la ville de départ, ajout puis retrait de la Côte de Cherave, ajout de la Côte du Chemin des Gueuses), la structure même de la course ne change pas en elle-même.

LE PARCOURS

C’est donc un parcours vallonné toute la journée qui attend les coureurs. 122 kilomètres en ligne avec les ascensions de la Côte d’Yvoir (km 51.5), Côte de Thon (km 86), Côte de Groynne (km 95), Côte de Haut-Bois (km 100.5km) et la Côte de Gives (km 115). Après cela, les coureurs entreront sur le circuit final pour deux tours et demi et la triple ascension du fameux Mur de Huy. La Côte d’Ereffe et la Côte du Chemin des Gueuses seront elles à gravir deux fois chacune.

La côte du Chemin des Gueuses a été le lieu de l’attaque d’Uran sur l’édition 2020, allons-nous voir un mouvement identique cette année ?

Malgré tout, et comme dit plus haut, une échappée victorieuse est chose bien rare sur les routes de la Flèche, encore plus lorsque les favoris sont présents et épaulés par des équipiers de qualité pour contrôler la course. Et cette année, Les vainqueurs des 7 dernières éditions seront présents : Valverde, Alaphilippe et Hirschi. Les vainqueurs des 3 Grands Tours seront aussi de la partie : Tao, Roglic et Pogacar. A ces noms de nombreux autres viennent s’ajouter : Fuglsang, Woods, Pidcock, Cosnefroy ou encore Vansevenant, pour ne citer qu’eux ! Un plateau 5 étoiles, une nouvelle fois, qui devrait augmenter les chances de perpétuer la tradition d’un sprint de costaud dans le Mur.

Voici, s’il est besoin de le rappeler, à quoi ressemble le Mur de Huy, un des Murs les plus mythique dans le monde cycliste. 1 300 mètres de montée à près de 10% de moyenne. Une pente plus légère sur les 400 premiers mètres avant de taper dans le dur à 800m de la ligne et les premières pentes à 10%, avant le mur à 19% sur le virage à gauche aux 400m. La bataille pour le placement dès le pied fera rage, c’est peut-être ce qui a fait défaut à Valverde en 2018 par exemple. Attention à ne pas lancer trop tôt sous peine de se retrouver trop court sur les 150 derniers mètres.

METEO

Dans l’entrée sur le circuit final (vers 14h30 / 45) un vent de Nord soufflera aux alentours de 20km/h. Les températures seront de 13° et un risque de pluie annoncé à partir de 15h, dans la dernière partie de course.

Concrètement cela signifie que les premières portions du Mur de Huy seront vent de face, mais que les rampes les plus pentues seront vent de dos. Le vent sera favorable aussi du haut du Mur jusqu’à la fin de la descente de la Côte d’Ereffe. Le vent sera favorable dans les 3 premiers quarts de la montée de la Côte du Chemin des Gueuses, mais défavorable dans les 500 derniers mètres et défavorable dans sa grande majorité sur les 10 kilomètres suivants jusqu’au pied du Mur de Huy. Ce vent défavorable en fin de parcours pourrait finir de décourager les quelques téméraires, ou réduire encore plus leurs chances.

Importance du vent dans le circuit final

LES PRETENDANTS

La plupart des prétendants ont déjà été évoqués plus haut. A mon avis, s’il est une classique où il ne faut pas trop chercher loin, c’est bien La Flèche. la course est tellement spécifique que les surprises sont rares. Oui, bien sûr, sur une course tout est possible. Mais si on se base sur les récentes éditions, les surprises et autres vainqueurs issus d’échappées ne sont pas légion.

Vainqueurs de 7 des 8 dernières éditions, Valverde et Alaphilippe viendront ici dans l’espoir de récupérer leur trône. Absents tout 2 de l’édition 2020, c’est le jeune Hirschi, la révélation de l’année qui s’y était imposé. L’espagnol (qui aura 41 ans ce ce dimanche) réalise un très bon début de saison. « seulement » une victoire, mais des prestations en montagne très convaincantes et une 5ème place sur l’Amstel le week-end dernier. Aucun doute sur son niveau de fome ! Mais la concurrence cette année sera particulièrement rude. De plus gros doutes en revanche sur Hirschi notamment. Le suisse a repris la compétition très tard et n’a pour le moment pas impressionné outre mesure. On a pu le voir en 2020, au top de sa forme il est sans conteste un des meilleurs puncheurs au Monde. Qu’en est-il aujourd’hui ? Si on ne peut pas l’exclure de la bataille, difficile d’en faire un clair favori. Enfin Alaphilippe. Son grand objectif annoncé sont les Ardennaises. 6ème de l’Amstel, il n’a pas pu suivre Van Aert, Pidcock et Schachmann dans le Cauberg. Loin de faire une mauvaise saison, le français semble tout de même un cran en dessous de son niveau, et ce n’est pas une insulte que de faire cette remarque. A la vue de la forme affichée, est-ce qu’il est le grand favori pour demain ? Non. Sera t-il présent dans le final ? Très probablement.

Quand il s’agit de courte côte demandant un effort violent sur des pourcentages démoniaques, comment ne pas citer Woods ? Le vainqueur de l’étape de Fayence sur le tour du Haut Var affectionne ce type de montée. Il avait pris la 3ème place en 2020 en haut du Mur à cause d’un très mauvais positionnement au pied. Quand on connait ses capacités, il est d’ailleurs assez étonnant de noter que ce résultat est son unique top 10 sur cette course. Après sa chute sur le tour du pays basque, pas sûr que la forme ne soit au rendez-vous, ou en tout cas, pas à 100% comme il aurait pu l’espérer.

Nous avons évoqué le 1er et le 3ème de la dernière édition, venons en au second. Cosnefroy s’alignera ici avec l’espoir de faire aussi bien, voir mieux, d’après ses propres dires. On le sait, le malheureux Benoît a vu sa préparation gâchée par un problème récurent au genou. Malgré tout, ses dernières sorties étaient encourageantes, même s’il lui a manqué ce petit quelque chose. Qu’en sera t-il demain ?

Après avoir cité les hommes ayant déjà performé sur le Mur, venons en aux autres coureurs en forme dernièrement et ayant une chance de bien figurer. Tout d’abord Pidcock. Le britannique vient de remporter la Flèche Brabançonne et de décrocher une 2ème place pour quelques millimètres sur l’Amstel. Non seulement la forme ne fait aucun doute, mais la confiance doit-elle aussi être à son maximum. Difficile de prédire ce qu’il va se passer car cela sera sa première participation à la Flèche. Après avoir battu Van Aert sur un sprint en côte, peut-il récidiver sur le terrain de jeu de Valverde et Alaphilippe ?

Les slovènes Roglic et Pogacar seront aussi de la partie. Roglic, vainqueur du tour du Pays-Basque, a été impressionnant sur l’Amstel malgré sa malchance et sa crevaison dans le Cauberg. Auteur d’un énorme début de saison couronné de 4 victoires, le slovène va s’aligner pour la première fois sur La Flèche. Concernant Pogacar, il était déjà présent en 2020. Cette année, il est de retour et pourrait être la carte maîtresse d’UAE devant Hirschi à la vue de ce qu’il a montré en ce début de saison. Un des plus fort, si ce n’est le plus fort, dans les énormes pourcentages de la troisième étape du Pays-Basque, le jeune slovène peut décemment nourrir des ambitions sur cette course.

Enfin 3 autres noms que je voudrais mentionner : Schachmann, Gaudu et Vansevenant. Loin d’être des favoris au premier abord, ces 3 hommes tiennent une excellente forme, en attestent leurs récentes prestations respectives. La double course-poursuite de Vansevenant dans l’Amstel, la 3ème place de Schachmann dans ce même Amstel, et la démonstration de Gaudu sur la dernière étape du Pays-Basque. Vansevenant a une revanche à prendre ici après sa chute dans les 4 derniers kilomètres en 2020, l’allemand lui s’était fait revoir aux 200m en 2018. Pour Gaudu, sa belle performance dans la montée de Fayence me fait penser qu’il pourrait se battre pour une bonne place dans le top 10. Il y avait pris la 9ème place en 2017 pour sa première participation.

MES CHOIX

Après avoir écrit des lignes et des lignes, je vais choisir ceux que je pense être les plus en forme. Pour moi, demain, ce sera Tadej Pogacar. Un bon punch, une belle pointe de vitesse et un très bon comportement sur les pentes à plus de 10%. Je serais tout de même attentif à la performance de Pidcock, impressionnant sur ses dernières sorties. Bon grimpeur, il a aussi montré posséder une belle pointe au sprint. Mais peut-il décrocher la victoire sur sa première Flèche ? Qui connaît les limites du britannique ?

  • Pogacar @ 7.25 (0.5%) NON PARTANT
  • Pidcock T3 @ 2.60 (0.5%)

Avec le retrait de Pogacar et Hirschi, la concurrence se fait moins dense et une place se libère sur le podium de mon point de vue. Une place que le patron de la compétition peut aller chercher, Valverde est en grande forme.

  • Valverde T3 @ 2.50 (0.5%)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :