Paris – Nice – Etape 5 : Vienne – Bollène (200km)

Comme on pouvait s’y attendre, Roglic a marqué de son empreinte ce Paris-Nice dès que la route a commencé à s’élever. Le slovène prend le maillot jaune à 3 jours de la fin.

Les sprinters devraient retrouver le sourire sur cette 5ème étape entre Vienne et Bollène. 200km du nord au sud en suivant le Rhône, avec seulement 900m de dénivelé positif. Demain sera la dernière occasion pour les hommes les plus rapide du peloton de briller.

LE PARCOURS

Une petite côte de moins de 2 kilomètres en début d’étape, puis uniquement du plat jusqu’au kilomètre 161 et la seule difficulté répertoriée de la journée, la côte de Saint-Restitut (1.4km à 4.8% de moyenne). Il restera une seconde côte non répertoriée pour arriver au sprint intermédiaire de Debroux. Passé le SI, il restera 16km à parcourir, 6km en descente puis les 10km finaux sur le plat.

LE FINAL

Comme on peut le voir, le dernier virage de l’étape se situe à 4.9km de l’arrivée. A partir de ce point, quasiment pas un coup de frein ne devrait être mis par les trains de sprinters qui feront tout pour placer leur homme dans les meilleures conditions.

Deux points importants à noter tout de même sur cette dernière « ligne droite ».

  • A 4.4km de l’arrivée le peloton arrivera au premier des deux ronds-points. Il faudra absolument les prendre par la droite. Ou tout du moins le second qui sera placé à 200m de la flamme rouge. Perdre ne serait-ce qu’une dizaine de place à ce moment là serait fatal pour jouer la victoire.
  • Aux 2 900m, il faudra prêter attention au terre plein central. Lancés à pleine vitesse, les coureurs devront rester attentifs.
Le 1er rond-point aux 4 400 mètres.
Le Terre Plein central situé à moins de 3km de l’arrivée.
Le second rond point, peu avant le dernier kilomètre.
Vue de l’arrivée de l’étape.

Le Mistral soufflera demain, ce qui signifie que la majorité du parcours se fera vent de face. Vraiment pas une bonne nouvelle pour les échappées, quand de base le parcours se prête à une arrivée au sprint. Sauf incident, nous n’y échapperons pas demain.

LES PRETENDANTS

Sur la deuxième étape, la Deceuninck s’est complètement loupée à placer Bennett qui semblait pourtant le plus fort (il suffit de regarder le trou qu’il bouche seul sur la dernière ligne droite quand le sprint est déjà lancé). Le final est moins technique, mais il n’en sera pas moins nerveux, notamment avec ce rond-point au kilomètre qu’il faudra aborder dans les premières positions pour être sûr de le passer par la droite. Si on parle de sprint pur, Bennett est l’homme à battre demain.

Troisième et second lors des deux sprints sur ce Paris-Nice, on peut dire que Pedersen est régulier. Complètement dépassé par la puissance de Bol sur la deuxième étape, il dispose tout de même d’un train capable de le déposer dans les meilleures conditions. Un troisième podium en trois sprint pour l’ancien champion du monde ?

Après avoir fini second lors de la première étape, Démare n’a pas pu participer au sprint de la seconde étape. Je n’ai pas vraiment été conquis par son sprint dimanche, malgré un bon podium. L’équipe est là pour l’emmener, mais je pense qu’il lui manque un petit quelque chose à ce moment de la saison.

Bol est (re)devenu un sérieux prétendant. En dessous de ce qu’on attendait de lui sur le Tour des UAE, il s’est assez facilement imposé sur la deuxième étape lundi. Lorsqu’il est placé et en bonne condition, il est très certainement un des hommes les plus rapide du plateau. La perte de SKA pourrait avoir un impact important.

J’étais assez déçu de voir que Philipsen ne figurait pas bien dans la seconde étape, il semble qu’il ai choisi la roue de Bennett, ce qui s’est avéré être une mauvaise idée. Lors de la première étape, il a du remonter seul à l’avant, et s’est retrouvé à la 15ème place aux 300m lorsque le sprint s’est lancé. Il finira tout de même 4ème. Je pense qu’une place sur le podium est accessible pour lui, et si les conditions le permettent, peut-être même de venir titiller Bennett.

MES CHOIX

Encore une fois, sur le papier, difficile d’aller contre Bennett demain. Il n’y aura pas de virage aux 400m pour tout désorganiser, et si Morkov ne cale pas, il le mettra sur orbite. Mais sa côte à 2.6 me rebute. En revanche, je trouve la côte de Philipsen bien trop haute par rapport à la puissance qu’il a montré lors du 1er sprint. Je pense qu’il peut au moins accrocher le podium demain.

  • Philipsen @ 23 (0.15%)
  • Philipsen T3 @ 6.50 (0.2%)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :