Tour des Alpes-Maritimes et du Var – Etape 1 : Biot – Gourdon (186.8km)

Le 53ème Tour des Alpes-Maritimes et du Var débute ce vendredi 19 février par une belle étape. 186km entre Biot et Gourdon avec la triple montée de la cote de Gourdon, seule difficulté répertoriée du jour, mais pas l’unique. Les coureurs devront en effet avaler plus de 3 600m de dénivelé positif le long d’un parcours qui ne sera pas de tout repos, sans un mètre de plat.

L’ETAPE DU JOUR

La première partie de l’étape sera très vallonée mais sans difficulté répertoriée. Une sorte de mise en bouche de ce qui attend les coureurs dans les 60 derniers kilomètres, et l’entrée sur le circuit final.

La difficulté du jour promet d’être très roulante. Mis à part 2 kilomètres dans sa partie centrale et le dernier kilomètre, la cote de Gourdon n’affiche pas de pourcentage suffisant pour apeurer une bonne partie du peloton. C’est plutôt sa longueur (14km) et le fait qu’elle devra être gravie par trois fois qui devrait peser dans les jambes.

Le dernier kilomètre affiche une pente moyenne de 6.6%, 7% pour les 200 derniers mètres. Pour s’imposer, il faudra posséder un bon kick. Il y a de grandes chances que nous ayons droit à une arrivée groupée.

Certes, tout le peloton ne sera pas là pour se disputer la victoire, mais je ne serai pas étonné de voir un groupe d’une quarantaine de coureur dans le final vu le profil. Il faudra se placer parfaitement à l’approche de l’arrivée. La route ne sera pas large, et à la vitesse à laquelle risque d’être franchie la cote, il sera difficile de se replacer sans faire un surplus d’effort qui pourrait coûter la victoire.

LES PRETENDANTS

Bien que la cote de Gourdon ne soit pas infranchissable, j’ai de gros doutes quant aux chances de victoire des coureurs comme Cort Nielsen ou Laporte. Malgré leurs qualités, cette étape n’est pas pour eux. Concernant Impey, s’il y avait eu moins de kilomètres d’ascension, j’en aurais fait un de mes favoris. J’émets quelques doutes ici. Il faut pouvoir encaisser du dénivelé tout en en gardant sous la pédale pour mettre le dernier kick dans le final.

Plutôt qu’un sprinter pouvant grimper, il faut se tourner vers un grimpeur/puncher pouvant sprinter. Dans cette catégorie, Dan Martin et Woods possèdent une belle carte à jouer.

Chez Ineos, Narvaez sera probablement la meilleure chance de victoire demain. Pidcock est certes impressionnant, mais laissons-le découvrir le monde pro avant de le placer en favori ! Narvaez a la vitesse de pointe nécessaire pour s’imposer dans un sprint réduit en cote.

Enfin, Ciccone. Très en forme de ce qu’on a pu voir sur le Tour de la Provence, il passe à deux doigts de battre Ballerini sur un sprint en cote. Un excellent grimpeur qui peut sprinter, Giulio possède tout ce qu’il faut pour ramener la victoire lors de cette première étape.

Il sera très dur de déjouer les plans d’INEOS demain. Leur armada peut contrôler l’étape de bout en bout sans trop de soucis. Au sprint, Narvaez est leur meilleure chance et c’est cette carte qu’ils joueront probablement. Mon deuxième favori est Ciccone, que je pense capable de les surprendre dans le final.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :