La Vuelta 2022 – Étape 16

Présentation de l’Étape

©LaVuelta.es

Après l’enfer de la 15ème étape, le profil de la 16ème va en contenter plus d’un. Aucune difficulté répertoriée le long de ces 190km qui pourraient être contrôlés par les équipes de sprinters. Certaines équipes pourraient être tentées de faire le forcing dans le repecho de 2km à 5.2% de moyenne à 15km de l’arrivée pour mettre à mal certaines des grosses cuisses du peloton.


Le Parcours

Peu de choses à signaler sur la majeure partie du parcours demain, les 15 derniers kilomètres seront en revanche décisifs.


Les Derniers Kilomètres

Profil des 15 derniers kilomètres

A 15 kilomètres de l’arrivée les coureurs devront passer une côte non répertoriée de 2km à 5.2% de moyenne, avec un dernier kilomètre affichant 7% de moyenne sur une ligne droite non abritée.

Après le sommet de la côté, il y aura une portion plane de 3km avant d’aborder une descente de 3km. Quelques kilomètres plus loin, à l’entrée dans Tomares à 3.5km de l’arrivée, il y aura une nouvelle côte non répertoriée. Celle-ci affiche 1 kilomètre à 6.2% de moyenne, avec les 450 derniers mètres plus pentus (9% de moyenne) sur une route pas excessivement large.

Une courte descente suivra jusqu’aux 1 300 derniers mètres de la course affichant 3% de moyenne. Il y aura un dernier rond-point (sur les 3 dans le dernier 1.3km) à négocier aux 350m avant la dernière ligne droite à 3.5% de moyenne.


Météo

Des températures qui devraient avoisiner les 35° sur les routes de La Vuelta, il fera chaud demain !

Le vent soufflera en provenance de l’Ouest et Nord-Ouest demain, majoritairement de côté et de face donc (vent modéré autour de 10km/h). Il devrait cependant être favorable sur une courte portion entre 10km et 3.5km de l’arrivée, de quoi inciter aux attaques dans la côte à 15km de l’arrivée ?


Le Scenario

La succession de côte dans le final rendra la tâche trop compliquée pour les plus purs sprinters, comme nous avons pu le voir lors de la 13e étape. En revanche, c’est un final qui semble taillé pour des hommes comme Pedersen, Coquard ou encore Ackermann qui semble bien plus à son aise sur les sprints punchy désormais.

Trek devrait donc rouler pour Pedersen, très certainement aidée par Cofidis avec un Coquard qui semble viser particulièrement cette étape. Le vent défavorable jouera aussi en la défaveur des échappés. Le scenario le plus probable demain semble être le sprint réduit, un peu à l’image de la 13e étape. Le second scenario que j’envisage serait une late attack dans le dernier kilomètre de la côte non répertoriée à 15km de l’arrivée, avant la portion vent de dos. Une grande Jumbo aurait peut-être retenté le coup du Cap Blanc Nez ici, mais comme on a pu le voir sur la 13e étape, ni Roglic ni ses équipiers ne semblent en mesure de tout faire exploser (Laporte et Van Aert manquent !). Un homme pourrait tenter sa chance malgré tout, mais il faudra être sacrément fort pour s’extirper du peloton tant le rythme risque d’être soutenu pour s’assurer de faire sauter les Merlier & co.

Les 3 derniers kilomètres avec la succession de deux côtes et d’une courte descente pourraient nous donner un final assez décousu, proche de ce que nous avions vu sur la 19e étape du Tour lors de la victoire de Laporte. Au lieu d’attendre le sprint, le français avait fait le choix (payant) de sauter dans la roue des 3 fuyards aux 1 800m, pour ne pas être revu jusqu’à la ligne. Si le rythme est élevé et que les attaques fusent, il pourrait ne plus y avoir assez d’équipiers dans les derniers hectomètres pour ramener les sprinters, permettant à un homme de piéger Pedersen, probablement le plus rapide sur le papier dans ce genre d’arrivée. A moins que le danois lui-même ne prenne les devant.

Il est intéressant de noter que les 5 derniers kilomètres seront identiques au final de la 13e étape de La Vuelta 2017. Ce jour-là, Trentin s’était imposé grâce à un travail de couverture parfait de Jungels et Alaphilippe dans le final. Mais si on jette un oeil au top 10 de l’étape, on y retrouve notamment Nibali, Froome, Contador et Kelderman, et une cassure de 7″ au delà de la 15e place. Un final très difficile en somme, surtout si on y ajoute la côte à 15km cette année qui n’y était pas il y a 5 ans.


Les Prétendants

Trek : Enorme démonstration de la part de Pedersen sur la 13e étape où il s’impose avec une facilité déconcertante. Pas besoin de tourner autour du pot, le clair favori pour demain. A noter tout de même que tous les efforts consentis récemment dans la quête aux points pourraient commencer à peser dans les jambes.

UAE : Nous en avions eu un aperçu sur le Tour de Pologne, il semble désormais clair qu’Ackermann a travaillé son sprint en bosse. Problème récurent pour l’allemand cependant, il ne semble pas pouvoir s’empêcher de lancer ses sprints à au moins 300m de la ligne. Difficile de tenir sur le plat, impossible en côte.

Cofidis : Avec Wright, Coquard était un des plus impressionnant sur le sprint de la 13e étape. Trop loin malheureusement au moment ou Ackermann lance, il ne pourra pas revenir sur un Pedersen déjà trop loin. Il est resté en course jusqu’ici expressément pour cette étape, un podium à minima en cas de sprint.

Jumbo : Si on se retrouve avec un final aussi décousu et violent que celle de 2017, je m’attend de nouveau à voir Roglic bien placé. Si son équipe avait été plus forte (et lui aussi) j’en aurait probablement fait mon favori du jour. Mais avec ce qu’il a montré sur la 13e étape, et sur ce qu’à montré son équipe, j’ai quelques doutes.

Bahrain : Wright ne cesse de tourner autour de la victoire depuis plusieurs semaines. Sur la 13e étape il était bien trop en retrait au moment où Ackermann décide de lancer son sprint aux 350m. L’anglais fini tout de même très bien en échouant de peu au pied du podium. Un des 3 qui a fait grosse impression sur ce sprint. A noter que Wright échoue de peu sur la 19e étape du Tour que je mentionne plus haut, payant ses efforts en échappée sur les 400 derniers mètres. Il a le moteur pour anticiper ou faire confiance à son sprint pour une place sur le podium.

Astana : Battistella avait dit vouloir s’essayer au sprint en bosse sur la 13e étape, sans franc succès en partie du à un mauvais placement. L’italien est très en vue sur cette Vuelta et tient une très bonne forme. Bon puncheur, il est un de ceux que j’imagine tenter un coup dans les derniers kilomètres et anticiper le sprint. Il faudra parfaitement timer son attaque au moment où les équipiers de Pedersen commenceront à fléchir. Après de 2e place sur cette Vuelta, peut-il enfin décrocher la victoire ?


Mes Choix

Peut-on empêcher Pedersen d’aller chercher une deuxième victoire ? Je pense que oui. Pour moi, cela ne viendra pas de l’échappée mais d’un rythme très élevé sur les derniers kilomètres et de nombreuses attaques faisant qu’au final les sprinters / puncheurs pourraient manquer d’équipier pour ramener les late attack. Je ne pense pas qu’une équipe dispose de la force de la Quickstep 2017, un homme pourrait tout à fait réussir le coup de sortir et de s’imposer selon moi. Ce sera le scenario que je privilégie avec comme principaux prétendants Battistella et Wright, deux hommes en forme et capable de sortir dans les bosses et de tenir le choc jusqu’au bout. Wright pourrait même accrocher le podium au sprint s’il est mieux placé que la dernière fois.

  • Battistella @ 30 (0.1%)
    • Top 3 @ 9 (0.1%)
  • Wright @ 15.2 (0.1%)
    • Top 3 @ 5 (0.1%)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :