La Vuelta 2022 – Étape 12

Présentation de l’Étape

Un départ légèrement vallonné sur ses 25 premiers kilomètres avant une très longue portion de plaine le long de la côte méditerranéenne. Les coureurs retrouveront un terrain plus vallonné en quittant la côte mais tout se jouera dans l’ascension finale, seule vraie difficulté de la journée. L’Alto de Penas Blancas sera le juge de paix de cette 12ème étape. Une ascension déjà vue lors de La Vuelta 2013 et la victoire de König. Seulement, cette fois-ci l’ascension est rallongée pour atteindre les 19km à 6.7% de moyenne. Pour espérer s’imposer, l’échappée devra être composée de très bons grimpeurs !


Le Parcours

Une journée que les coureurs passeront encore majoritairement le long de la côte. Si le début d’étape ne sera pas le plus difficile que les coureurs auront à affronter, les 35 premiers kilomètres ne seront jamais réellement plat avec une succession de courtes côtes et descentes.

Profil des 35 premiers kilomètres

La route sera ensuite totalement plate jusqu’au moins au kilomètre 110 où la route va commencer à s’élever progressivement. Toujours aucune côte répertoriée, rien d’extraordinaire, mais un profil plus vallonné sur les kilomètres suivant jusqu’à Ojen, à un peu moins de 60km de l’arrivée.

Profil du kilomètre 110 à 135

Les coureurs redescendront ensuite en direction de Marbella au kilomètre 148. Ils retrouveront alors la côte et une route plate sur près de 30km. Ils arriveront alors à Estepona à 20km de l’arrivée, et sortiront de la ville par le Nord pour aller chercher le pied de l’unique ascension répertoriée de la journée, au sommet de laquelle sera jugée l’arrivée.

PENAS BLANCAS (1° CAT.)
  • 19 kilomètres d’ascension à 6.7% de moyenne.
  • Ascension irrégulière où les plus forts pourcentages sont situés au pied.

Une ascension déjà vu sur La Vuelta, même si cela commence à remonter. La dernière fois, Leopold König s’y étais imposé, c’était en 2013.

L’ascension débute à la minute 45 de la vidéo

Météo

Des températures qui devraient rester aux alentours des 30°.

Le vent tournera au fur et à mesure de la journée. D’abord en provenance du Sud, il frappera les coureurs de côté sur les 80 premiers kilomètres le long de la côte jusqu’à Malaga. Il soufflera par la suite en provenance de l’Ouest et frappera de face jusqu’à Estepona et le pied de Las Penas Blancas. La vitesse du vent sera malgré tout modérée toute la journée et devrait rester entre les 7 / 9 km/h.

L’ascension finale se fera majoritairement avec un vent de côté à 3/4 face.


Le Scenario

Avec tous les abandons dûs au Covid, entre les leaders où leurs lieutenant, quasiment toutes les équipes se retrouvent affaiblies. La Quickstep n’a aucun intérêt à chasser les fuyards et Remco l’a dit, il la jouera un peu plus sur la défensive désormais. Mas a lui aussi déclaré que, en prenant la lutte pour le maintien en WT en compte, il serait plus sage d’assurer le podium au général. Bien que Roglic ne veuille pas se contenter d’une place sur le podium, la perte de Kuss est catastrophique pour les étapes à venir.

Sur le papier, contrôler l’échappée devrait s’avérer relativement facile sur ce début d’étape, mais je ne sais pas si une équipe voudra se mettre à la planche avant le pied de Las Penas Blancas. L’ascension finale est longue et l’avantage des fuyards devra être assez conséquent ou bien l’échappée devra être composée de très bons rouleurs / grimpeurs pour espérer résister au retour des favoris.

Si aucune équipe ne devrait vraiment chasser (surtout avec un vent défavorable toute la journée), l’élément qui pourrait desservir l’échappée est justement le fait que tout le monde veuille prendre l’échappée ! Deux possibilités : soit le coup part relativement vite avec un grand nombre de coureurs et d’équipes représentées, soit la bataille dure très longtemps et l’échappée pourrait soit ne pas être assez conséquente au final ou bien tout simplement ne pas avoir assez d’avance au pied de l’ascension.

Ce départ sur le plat devrait laisser un espoir aux hommes n’étant pas de purs grimpeurs d’avoir un petit avantage pour prendre le bon coup.


Les Prétendants

Intermarché : Taaramae est en forme, nous avons pu le voir sur la 8e étape. Il fait partie de ceux qui grimpent bien et qui auront le moins de soucis à accrocher le bon coup sur le plat. L’ascension finale devrait aussi parfaitement lui convenir, lui qui a pris la 3e place au sommet de l’Etna sur le Giro. Un oeil sur son Strava permet de voir qu’il est allé chercher quelques KoM sur de longues ascensions assez proche en terme de temps d’ascension (Passo della Forcola – 17km à 7.3% / Col de la Bonette – 21km à 6.6%). Il trouve régulièrement plus fort que lui, mais son gros moteur et sa capacité à parfaitement lisser son effort lui permet de ne jamais exploser et de bien souvent remonter les hommes s’étant mis dans le rouge.

UAE : Soler est dans une excellente forme et semble de plus avoir des bons de sortie réguliers de la part du Team UAE. Il ne cours jamais à l’économie et cela pourrait finalement lui coûter face à d’autres sur une ascension si longue. Sur la forme du moment, un homme dangereux s’il accroche le bon coup. Je cite plus haut Taaramae sur l’étape de l’Etna, et le team UAE comporte un homme qui s’y est imposé en la personne de Polanc. Le départ sur le plat ne sera pas un soucis et cette ascension roulante lui conviendra aussi.

Alpecin : Nul besoin de grands discours, Vine est un des meilleurs, si ce n’est LE meilleur grimpeur de cette Vuelta. Déjà 2 victoires au compteur, s’il a coché l’étape peu seront en mesure de lui contester. « Seulement » 10pts pour le maillot à pois demain, va t-il se réserver ou tenter tout de même de prendre le bon coup ? Il a aussi montré être capable de s’imposer depuis le groupe des favoris en anticipant.

EF : Padun souffle le chaud et le froid. Après son numéro sur la 6e étape, il a semblé exploser dans les roues au moment de la formation de l’échappée sur la 8e. Mais ses résultats sur les étapes de montagne suggère que la forme est bonne. Un départ sur le plat qui ne le dérangera pas pour prendre l’échappée et un col long et roulant dans le final qui sera parfait pour lui, comme à La Plagne sur le Dauphiné 21′.

G-FDJ : 4e sur la 8e étape, Pinot tentera de nouveau au cours de cette Vuelta. A la différence d’hommes cités plus haut, il aura besoin d’aide d’un équipier pour prendre le bon coup probablement, comme c’était le cas sur la 8e étape. Les jambes parleront par la suite, mais je doute qu’il soit le plus fort du groupe, ou bien il pourrait encore se faire piéger par des mouvements d’anticipation comme sur le TdF. En 2013 Pinot avait pris la 4e place ici-même.

Bahrain : Wright et Zambanini se sont montrés côté Bahrain, mais nous sommes toujours dans l’attente de voir Mäder. Le suisse ne réalise pas la même saison que l’année dernière et est déjà assez loin du podium au général mais à portée de tir du Top 10. Son gros débours de temps est du aux 4’30 perdues à Las Praeres et les 3’30 sur le chrono, il ne semble pas complètement hors de forme et, dans un bon jour, cette ascension finale semble parfaite pour lui.

Astana : Deux fois à l’avant, Lutsenko n’au pas connu le succès tombant sur plus fort que lui. La forme semble bonne malgré tout, on devrait le revoir à l’avant dans une ascension où il souffrira moins face à de meilleurs grimpeurs. De La Cruz et Nibali sont eux pour le moment resté sagement à l’arrière, mais tout comme Alexey cette montée aux pentes régulières leur conviendra mieux s’ils ont à faire face à de meilleurs grimpeurs.


Mes Choix

Vous l’aurez compris, je penche plus en faveur d’un scenario où l’échappée se jouerait la gagne demain. Je ne pense pas qu’une équipe de leaders ne se charge de contrôler l’échappée toute la journée avec un vent défavorable et les fuyards, ou une partie d’entre eux, pourraient avoir assez d’avance dans le final pour se jouer la victoire. Mon choix va se porter tout d’abord vers deux hommes déjà vus à l’avant (élément à prendre en compte en deuxième moitié de GT), qui devraient moins souffrir que d’autres pour prendre le bon coup sur le plat et surtout capable de performer sur une ascension de plus de 45′: Taaramae et Padun. Chez les favoris, il semble pour le moment impossible de décrocher Remco, je ne suis pas sûr que les grandes manœuvres soient déclenchées et, même si on pourrait voir quelques attaques dans le finale, je serais étonné de voir des écarts conséquents.

  • Padun @ 17 (0.1%)
    • Top 3 @ 5 (0.2%)
  • Taaramae @ 30 (0.1%)
    • Top 3 @ 8 (0.2%)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :