La Vuelta 2022 – Étape 9

Présentation de l’Étape

©LaVuelta.es

Un départ relativement simple comparé à la veille, bien que les routes seront loin d’être plates. Cette 9ème étape va conclure la première semaine de la Vuelta avec pas moins de 5 ascensions répertoriées au programme, avec le plus gros morceau gardé pour le final. La victoire se jouera au sommet de Nava au terme d’une ascension longue de 3.9km à 12.9% de moyenne. Un véritable mur où Simon Yates s’était imposé lors de la 14ème étape de la Vuelta 2018.


Le Parcours

Les 30 premiers kilomètres seront assez vallonnés, même si ce n’est rien en comparaison de la veille.

Profil des 30 premiers kilomètres

La première vraie difficulté interviendra au kilomètre 48 avec la première ascension de la journée.

ALTO DEL TORNO (2° CAT.)
  • 7.6 kilomètres d’ascension à 6% de moyenne.
  • Pourcentages moyens atténués par la portion de replat en milieu d’ascension, mais de forts pourcentages au pied et au sommet.

La descente qui suivra sur 15 kilomètres sera coupée par 3 courtes ascensions. Une fois la descente terminée, une portion en faux-plat descendant d’une quinzaine de kilomètres conduira les coureurs au pied de la seconde ascension répertoriée de la journée au kilomètre 84.

MIRADOR DEL FITO (1° CAT.)
  • 9 kilomètres d’ascension à 6% de moyenne.

Une descente assez raide de 7km suivra pour mener à une portion de plaine d’une dizaine de kilomètres jusqu’au pied de la troisième ascension du jour, au kilomètre 111.

ALTO DE LA LLAMA (3° CAT.)
  • 7.1 kilomètres d’ascension à 5.1% de moyenne.

La route ne redescendra pas immédiatement après le passage au sommet, nous resterons sur un terrain plutôt vallonné avant de finalement amorcer la descente en direction de Villaviciosa jusqu’au kilomètre 138 pour le sprint intermédiaire. Un kilomètre plus loin débutera l’ascension de l’avant dernière difficulté répertoriée de la journée.

LA CAMPA (3° CAT.)
  • 9.3 kilomètres d’ascension à 4.1% de moyenne.
  • Une ascension régulière où les pourcentages ne seront jamais trop violents.

Les 20 kilomètres suivant le passage au sommet resteront vallonnés. Au kilomètre 167.5, les coureurs se présenteront au pied de la dernière ascension de la journée, au sommet de laquelle sera jugée l’arrivée.

LES PRAERES (1° CAT.)
  • 3.9 kilomètres d’ascension à 12.9% de moyenne.
  • Un véritable mur que cette ascension avec des pourcentages diaboliques, mise à part une courte portion proche de la flamme rouge.

En 2018, La Vuelta était déjà passé par Les Praeres. Cette année là, c’est Simon Yates qui s’y était imposé, s’emparant par la même occasion du maillot de leader.


Météo

Pas de pluie attendue demain et des températures qui devraient être en hausse pour avoisiner les 30°.

Il y aura toujours ce même vent de Nord-Est qui soufflera à une vitesse modérée qui ne semble pas dépasser les 8km/h. Un vent de côté sur les 50 premiers kilomètres, mais favorable sur les 30 derniers. L’impact devrait cependant être amoindri par la faible force du vent.


Le Scenario

Quickstep a très bien géré la formation de l’échappée hier lors d’un départ ou aucun cadeau ne leur était fait. Demain, le départ sera certes vallonné mais rien d’insurmontable en comparaison de la 8e étape.

L’éternel question revient : qui de l’échappée ou des leaders pour lever les bras sur la ligne ? Avec une première partie d’étape plus simple à contrôler, et surtout une dernière ascension où l’importance d’avoir des équipiers sera moindre, on devrait voir certaines équipes de leaders rouler. Et la Quickstep ne sera pas en reste, à en croire les déclarations de Remco disant qu’il veut la victoire avec le maillot rouge sur les épaules. Jumbo pour Roglic et Movistar pour Mas pourraient aussi mettre la main à la pâte, le final leur conviendra.

S’assurer qu’une échappée sans un excellent grimpeur sorte devrait être chose possible, je m’attends à ce que les leaders se jouent la gagne demain.


Les Prétendants

Quickstep : Nouvelle bonne journée pour Evenepoel qui colle encore du temps à pas mal de ses adversaires. Demain, l’ascension finale est une montée qui lui conviendra aussi sur le papier, un discours que je n’aurais certainement pas tenu il y a encore quelques mois ! A la différence de San Sebastian, pas sûr qu’il ne parvienne à décrocher tout le monde, il n’a par exemple pas réussi à décrocher Mas lors des 2 étapes de montagne. Cette ascension sera cependant encore bien plus sévère qu’Erlaitz qui n’affichait « que 10.4% de moyenne comparé aux 12.9 de demain. A voir quel effet cela aura.

Jumbo : Roglic semble revenu dans le match, comme je le pensais le mauvais temps l’autre jour à certainement compté pour beaucoup dans sa mauvaise performance. Il trouvera demain un type effort qui colle parfaitement à ses qualités dans la dernière ascension. Décrocher Remco paraît difficile mais en cas d’arrivée en petit groupe, il pourrait les régler au sprint.

Movistar : Un début de Vuelta excellent pour Mas qui est le seul à avoir pu suivre Evenepoel lors des deux étapes de montagne. Un des meilleurs dans les rampes à forts pourcentages (3e au sommet de L’Angliru en 2020), même si ses qualités s’expriment probablement mieux sur des ascensions plus longues. Avec sa forme actuelle il doit se battre pour une nouvelle place sur le podium demain.

INEOS Carapaz a pris un tir et Sivakov est désormais à 3’30 », Tao et Rodriguez sont les deux options CG restantes. J’attendais une bonne prestation de l’espagnol et je n’ai pas été déçu, il est désormais le coureur INEOS le mieux placé ce qui ne m’étonne qu’à moitié. Sur la Klasikoa, Rodriguez faisait parti du groupe de contre derrière Evenepoel et Yates dans Erlaitz. Les forts pourcentages ne sont pas un problème pour l’espagnol qui semble tout de même mieux performer sur des ascensions plus longues (Antenas del Maigmo / Les Angles / Lagunas de Neila). Tao est loin de réaliser un mauvais début de Vuelta et je pense que demain il devrait lui aussi réaliser une belle montée, dans un type d’effort sur lequel on l’a déjà vu performer (4e étape du Tour de Valence 20′).

BikeExchange : Vainqueur ici-même en 2018, Yates y remet son titre en jeu. Il perd quelques secondes dans les derniers hectomètres aujourd’hui, mais rien de très inquiétant selon moi pour le moment. Inutile de dire que l’ascension de demain lui conviendra très bien.

Astana : Lopez était le dauphin de Yates sur cette ascension finale en 2018. Sur le papier, ce sont des rampes sur lesquelles il devrait performer, mais je suis vraiment sceptique sur sa forme avec ce qu’il a montré jusqu’ici, il est déjà à près de 4′ d’Evenepoel.


Mes Choix

Je pense que les leaders se joueront la victoire demain, une équipe Quickstep à la baguette au départ pour filtrer l’échappée et maintenir un écart acceptable. On pourrait même voir d’autres équipes aider à la chasse, car avoir des équipiers ne sera pas forcément le problème principal dans les rampes infernales du final, il faudra avoir les jambes. De ce qu’on a pu voir, le trio Remco / Roglic / Mas semble se détacher par rapport aux autres, avec en second rideau un autre trio Yates / Tao / Rodriguez. Je ne serais pas étonné que le podium soit composé par 3 des 6 hommes cités. En 2018, les écarts entre les leaders n’étaient vraiment pas énorme au sommet et avec le niveau assez égal des protagonistes cette année on pourrait se retrouver avec un sprint en petit comité sur la ligne. Pour cela, Roglic est mon choix pour la victoire demain. Si je devais donner un podium j’y ajouterais Evenepoel et une hésitation entre Mas et Tao pour le compléter.

  • Roglic @ 6 (0.2%)
    • Top 3 @ 2.25 (0.3%)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :