Tour de France 2022 – Etape 5

Présentation de l’étape

©LeTour.fr

L’heure de la tant attendue étape des pavés de ce Tour de France. 11 secteurs concentrés dans la deuxième moitié de l’étape, dont 10 sur les 55 derniers kilomètres. C’est sur l’étape des pavés lors du Tour 2014 que Nibali avait posé les bases de sa victoire finale dans la roue de son équipier d’alors, Fuglsang. Moins d’écarts avaient été fait entre les favoris en 2018. Quel scenario vont nous réserver ces pavés version 2022 ? Les chutes pourraient être l’ennemi principal des leaders au général !


Le Parcours

Qu’on ne s’y trompe pas, cette étape va réellement se décanter au kilomètre 80 et l’arrivée sur le premier secteur pavé. Sur les 73 kilomètres restant, plus de 19 kilomètres de route pavée avec des secteurs assez long, compris entre 1 300m pour le plus court et 2 800m au plus long. Rien à voir avec les 55km de pavés de Paris-Roubaix, mais la course fera aussi 100km de moins.

11 Secteurs pavésLongueurPlacementDifficulté
11. Villers-au-Tertre à Fressain1 400mkm 79.7***
10. Eswars à Paillencourt1 600mkm 100.6**
9. Wasnes-au-Bac à Marcq-en-Ostrevent1 400mkm 106.5***
8. Emerchicourt à Monchécourt1 600mkm 110.9***
7. Auberchicourt à Emerchicourt1 300mkm 114.1***
6. Abscon1 500mkm 119.6**
5. Erre à Wandignies2 800mkm 126.7****
4. Warlaing à Brillon2 400mkm 133.4***
3. Tilloy-lez-Marchiennes à Sars-et-Rosières2 400mkm 136.9****
2. Bousignies à Millonfosse1 400mkm 143.4***
1. Hasnon à Wallers (Pont Gibus)1 600mkm 150.3***

Les Secteurs Clés

Si le placement sera primordial à l’entrée de chaque secteur pavé, on peut noter l’enchaînement des secteurs 5, 4 et 3 comme endroit clés de la course, pour plusieurs raisons :

  • Leur longueur – 2 800 et deux fois 2 400m
  • La proximité de ces 3 secteurs entre eux – 12 km entre l’entrée du secteur 5 et la sortie du secteur 3. Sur ces 12 kilomètres, 7.6 seront pavés.
  • Leur proximité de l’arrivée – L’entrée du secteur 5 est située à 30km de l’arrivée.

Secteur 5 – Erre à Wandignies (kilomètre 126.7)

Note : 4 sur 4.

Secteur 4 – Warlaing à Brillon (kilomètre 133.4)

Note : 4 sur 3.

Secteur 3 – Tilloy-lez-Marchiennes à Sars-et-Rosières (kilomètre 136.9)

Note : 4 sur 4.

Les Derniers Kilomètres

Le dernier secteur pavé (celui du Pont Gibus) prend fin à un peu plus de 6km de l’arrivée. Les coureurs prendront alors la directions d’Arenberg où sera placée la ligne d’arrivée, à seulement quelques hectomètres de la fameuse Trouée d’Arenberg.

Aucune chance que le peloton se présente au complet dans Arenberg, mais selon la taille du groupe de tête il faudra faire attention à la sortie de Wallers à un peu plus de 4km de l’arrivée, il y aura du mobilier urbain au milieu de la chaussée et un rond-point à négocier.

Un dernier virage à 90° sur la gauche à 900m de l’arrivée, puis une courbe sur la gauche aux 600m avant la dernière ligne droite.


Météo

Beau temps et des températures autour de 25° degrés attendues pour cette 5ème étape.

Vent d’Ouest / Nord-Ouest qui devrait aller en s’intensifiant au fur et à mesure de la journée mais qui devrait rester compris entre 10 et 15km/h.


Scenario

Comme bien souvent (tout le temps finalement), les chances de l’échappée vont résider dans sa composition et surtout dans l’avance que les fuyards possèderont à l’amorce des 75 derniers kilomètres où seront concentrés les secteurs pavés. Si le secteur 11 est assez éloigné des autres, à partir du secteur 10 on peut imaginer que ça ne débranche plus dans le peloton jusqu’à la fin.

L’entrée de chaque secteur pavé sera l’occasion d’une bataille de placement pour ceux visant la victoire d’étape mais aussi et surtout pour les leaders au général. Malheureusement, il n’y aura pas de place pour tout le monde et nous pourrions assister à des chutes même s’il ne pleuvra pas demain.

Qui se risquera à prendre l’échappée matinale au risque de perdre de l’énergie si jamais un groupe de costaud devait rentrer dans le final une fois les secteurs pavés entamés ? Si je n’exclu pas totalement un scenario où un bon groupe de rouleurs parviendrait à prendre assez d’avance pour ne pas être revu, je tend plutôt à me diriger sur une course en 2 temps, un « mini-Roubaix » en somme : une échappée part à l’avant, puis une fois les pavés entamés écrémage dans le peloton et un groupe parvient à rentrer sur la tête de course. La sélection se fera à la pédale sur les derniers secteurs pavés pour savoir si un homme seul ou un petit groupe parviendra à prendre le large et garder assez d’avance sur ce qu’il restera de ce peloton qui ne devrait plus être très conséquent.

La question est de savoir est-ce qu’un homme dangereux au général sera de ce petit groupe issu du peloton ? On peut aisément imaginer les armada Jumbo et INEOS, bien équipées pour les pavés, mettre le feu aux poudres pour tenter de mettre un Pogacar (sans Trentin rappelons-le) en difficulté. Ce ne seront bien évidemment pas les pavés en eux-mêmes qui le mettront en difficulté, mais potentiellement son placement, comme nous avons pu le voir encore hier aux abords du Cap Blanc-Nez.


Les Prétendants

Jumbo : D’après les déclarations de Vingegaard, le rôle de Van Aert sur cette 5ème étape sera de faire l’équipier pour ses deux leaders au général. Si de grosses attaques partent avec des hommes non dangereux pour le général (Van der Poel, Mohoric…) cela signifierai donc que Wout n’aurait pas la possibilité d’aller les chercher, délaissant en partie ses chances de victoire, et potentiellement le maillot jaune. Sa première place au général assurant la première place dans la file des voitures, primordial pour aborder les sections pavées avec un peu plus de sérénité en cas de pépins. Sur les pavés de Denain, Roglic avait réalisé une excellente course, de quoi le mettre en confiance pour demain. Concernant Vingegaard, il avait fini à 11′ ce jour-là. Certes il ne faut pas surinterpréter ce résultat, mais tout de même une potentielle indication qu’il affectionne moins le pavé qu’un Roglic. Est-ce que cela signifie que Van Aert n’a aucune chance de s’imposer ? Non, mais cela signifie que la Jumbo devra filtrer parfaitement et contrôler les échappés, ainsi que des attaques dans les secteurs les plus durs, dans l’espoir de revoir les fuyards avant le final et de mettre en place un sprint réduit pour Wout.

Alpecin : Le grand jour pour Van der Poel ! Le néerlandais assez en retrait jusqu’ici (notamment sur la 4ème étape) à l’exception de son très bon c.l.m tient une réelle chance de bien figurer, et il le sait. C’est une étape que Mathieu a coché et qui pourrait lui permettre en plus de repartir avec le maillot jaune, objectif qu’il n’a pas encore abandonné. Il faudra être malin cependant car les regards seront évidemment tous tournés vers lui, d’autant plus si Van Aert est effectivement dans muselé par son rôle d’ange gardien envers ses leaders. On l’a vu avec Mathieu, ce n’est pas parce qu’il est le favori d’une course et potentiellement le plus fort qu’il s’impose automatiquement. il pourrait très bien de nouveau se faire piéger par un jeu tactique où ses adversaires attendraient de lui qu’il couvre toutes les attaques. L’équipe devrait aussi pouvoir compter sur Philipsen si le plan VdP ne marche pas. Un des sprinters les plus à l’aise sur ce type de terrain, si la victoire devait se jouer en petit comité dans le peloton il y a de grandes chances qu’il soit de la partie !

Trek : Avec personne à protéger pour le général, l’équipe pourra tout donner pour Pedersen. Il n’aura malheureusement pas réussi à porter le maillot jaune chez lui au Danemark, mais la première semaine n’est pas terminée et il trouvera une belle occasion encore demain. A l’aise sur les pavés, rapide et puissant, il pourra aussi compter sur Stuyven pour l’aider dans son entreprise, lui qui remportait Paris-Roubaix il y a bientôt 10 ans. Si Trek parvient à parfaitement gérer sa course, Pedersen a une vraie chance de victoire et de récupérer ses 36″ de retard sur Van Aert.

Quickstep : Après avoir misé sur Jakobsen lors des dernières étapes, voici venue l’heure de mettre les « classic men » sur le devant de la scène. Les meilleures cartes côté Quickstep seront évidemment Lampaert (10ème de Paris-Roubaix à la suite d’une chute faisant voler en éclat ses chances de podium dans le final), Asgreen et Sénéchal toujours bon et régulier sur les courses pavées. A seulement 25″ de Van Aert, Yves possède une réelle chance de récupérer le maillot jaune qu’il avait décrocher lors du contre-la-montre d’ouverture. Sénéchal n’était lui pas prévu sur les routes du Tour et ne doit sa place qu’au forfait de Declercq, touché par la Covid. De quoi le galvaniser et lui donner ce surplus d’âme demain, mais en a-t-il vraiment besoin su une étape empruntant les routes de la course lui tenant le plus à cœur ?

INEOS : Une bonne équipe pour accompagner les 3 leaders de l’équipe avec notamment Rowe, Ganna et surtout Van Baarle, second du Rond et vainqueur de Paris-Roubaix 2022. A l’image de Van Aert, difficile d’imaginer que van Baarle ai la liberté de chercher la gloire personnelle sur cette 5ème étape, encore plus avec 3 leaders à protéger. On ne le verra certainement pas se projeter en échappée, ses chances résideront dans le fait que la course soit débridée et que les équipes de leaders décident de prendre la course en main, à la Nibali en 2014. D’autant plus que Thomas est très loin d’être mauvais sur les pavés, il suffit de regarder ses résultats passés sur les classiques pavés pour s’en convaincre.

Bahraïn : Cette 5ème étape est un des objectifs clairement annoncé par Mohoric avant le début du Tour. Totalement dans le coup sur Paris-Roubaix, on a pu croire un moment qu’il allait s’imposer, mais c’était sans compter sur un Van Baarle de gala. Mohoric aura des libertés lors de ce Tour pour chasser des étapes, et celle de demain lui convient magnifiquement bien. Interrogation sur l’impact créée par les perquisitions qui ont touché la Bahrain avant le départ du Tour, mais il suffit de se rappeler de sa deuxième victoire sur le Tour 21′ pour nous rassurer sur sa capacité à passer outre.

TotalEnergies : Est-ce que nous pouvons retrouver le Sagan de 2018 sur les pavés ? La forme semble être vraiment bonne après un début de saison très compliqué. Peter possède de plus une excellente science de la course et du placement qui lui permettra de pouvoir jouer les premiers rôles.

Intermarché : Sixième du dernier Paris-Roubaix, Adrien Petit doit sentir demain une occasion unique de briller sur ses routes lors de la plus grande course cycliste au monde. Une étape qu’il a bien évidemment cochée, et dont le premier secteur pavé porte désormais son nom !

UAE : Je ne crois pas en une victoire de Pogacar demain, mais il convient tout de même de le citer tant cette étape semble important dans la lutte au général. Mal placé aujourd’hui, Pogacar a finalement eu de la chance de ne pas concéder de temps à ses rivaux directs de la Jumbo. Nous verrons plus tard si Van Aert n’a pas commis l’erreur de ne pas attendre Vingegaard au sommet de Cap Blanc Nez, même si on peut aisément imaginer que la chasse aurait été bien plus importante derrière à ce moment là. La perte de Trentin avant le Grand Départ est un énorme coup dur pour lui qui devra vraisemblablement se débrouiller seul en fin d’étape, là où le placement sera primordial. Il a montré lors du Ronde être très à l’aise sur les pavés et enclin à l’attaque pour éviter d’être mis en difficulté. Il ne serait pas étonnant de le voir rééditer cette stratégie même si cette fois je ne pense pas que ce soit la gagne qu’il vise, mais plutôt à écrémer le peloton lui-même pour se faciliter la tâche en terme de placement. Je ne pense pas qu’il perdra du temps demain.


Mes Choix

Avec Jumbo et INEOS qui voudront probablement rendre la course la plus dure possible, il me semble très risqué de prendre l’échappée matinale. Je vois plutôt un peloton réduit aborder les derniers secteurs pavés et des hommes non dangereux au général réussir à sortir de ce « groupe des favoris » pour se jouer la victoire. Sur ce type de scenario offensif, un homme comme Mohoric me plaît beaucoup. Trek aura aussi un bon coup à tenter avec Stuyven et Pedersen. Si le scenario devait être encore plus explosif entre les favoris (même si je pense que nous serons plus proche du scenario de 2018 que celui de 2014) je pense que Thomas et Roglic seraient parmi les grands gagnants.

  • Mohoric @ 13 (0.2%)
  • Pedersen @ 11 (0.2%)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :