La Flèche Wallonne 2022 (202.5km)

Présentation de la Course

202 kilomètres au départ de Blegny pour cette 86ème édition de la Flèche Wallonne, et des modifications à noter sur le circuit final comparé aux 2 précédentes éditions.

De par le profil de l’arrivée au Mur de Huy, peu de place à l’inconnue et aux surprises : c’est une course pour puncheurs. Il n’est pas étonnant que ce soit les meilleurs d’entre eux qui s’y partagent la vedette. Comme on a pu le voir sur les dernières éditions, la course est cadenassée, les équipes de leaders contrôlant la course pour que les favoris se jouent la victoire dans la dernière ascension du Mur. Il faut remonter à l’édition 2003 pour voir une échappée victorieuse sur La Flèche, bientôt 20 ans ! C’était alors l’espagnol Igor Astarloa qui s’était imposé.

Bien qu’elles soient souvent vouées à l’échec, les attaques ne manquent pas dans le final de cette course pour des coureurs désireux de forcer le destin et de faire mentir les statistiques.


Les Dernières Editions

Flèche Wallonne 2017 : Alaphilippe est absent à cause d’une blessure, Valverde se présente en tant qu’ultra favori. On assiste à plusieurs attaques, dont Jungels (DQS) dans le dernier tour. Il sera repris aux 500m et Valverde s’imposera pour la quatrième année consécutive.

Flèche Wallonne 2018 : Cette année là le numéro est signé Schachmann alors chez Deceuninck. Un groupe s’extirpe du peloton à 45km de l’arrivée dans la première ascension de la côte de Cherave. Schachmann et Haig présent dans ce groupe réussissent à distancer Nibali dans la descente vers Huy (!) et abordent le Mur avec une quinzaine de secondes d’avance. L’allemand semblait tenir le bon bout, mais les grandes manœuvres amorcées au pied du Mur auront raison de lui à seulement 200m de la ligne ! Victoire d’Alaphilippe, au dessus du lot, après une attaque aux 150m.

Flèche Wallonne 2019 : Astana, Movistar et DQS contrôlent toute le course, ne laissant pas d’espoir aux échappées et autres attaques dans le final. Fuglsang place une attaque lointaine dans le Mur, à près de 400m de la ligne, que seul Alaphilippe peut suivre. Le français s’imposera au sprint d’un demi vélo devant le danois en haut du Mur.

Flèche Wallonne 2020 : Vansevenant à l’avant distance ses compagnons d’échappée. Alors qu’il possède plus de 30 secondes d’avance à 4 kilomètres du but, il fait un tout droit et chute dans la descente vers Huy. Il repart et est rejoint par Uran qui a attaqué dans la Côte du Chemin des Gueuses. Les 2 hommes seront repris au kilomètre, au pied du Mur. L’absence de clairs favoris (Valverde et Alaphilippe) a rendu le final beaucoup plus décousu, et il n’est pas à exclure que le jeune Mauri aurait pu rêver un peu plus. Dans le Mur, Porte tente de lancer les hostilités de loin mais ne parvient pas à décrocher ses adversaires. Woods lance le sprint aux 200m, mais ce sera finalement Hirschi qui s’imposera en haut.

Flèche Wallonne 2021 : Comme Uran l’année précédente, Wellens tente de s’extirper du peloton dans la Côte du Chemin des Gueuses, sans succès il sera repris par un peloton bien dégrossi au sommet de la côte. Lammertink, dernier rescapé de l’échappée matinale, sera lui repris au pied du Mur avant l’explication finale. Roglic lance la première attaque dans le Mur, à 350m de l’arrivée. Il parvient à creuser un petit écart, puis passé le panneau des 300m contre d’Alaphilippe et Valverde. Le champion du Monde va doucement refaire son retard sur le slovène, qui aura lancé un peu trop tôt, pour le passer aux 25m et s’imposer.


Le Parcours

Comme d’accoutumée, et malgré les changements fréquents de parcours, c’est une course vallonnée toute la journée à laquelle nous aurons droit. Les 120 premiers kilomètres ne verront que deux côtes répertoriées proposées :

  • La Côte de Tancrémont au kilomètre 44.2 (2.6km à 5.9%)
  • La Côte des Forges au kilomètre 55.1 (1.3km à 7.8%)

L’abord de la Côte d’Ereffe au kilomètre 119 marquera l’entrée sur le circuit final, et le vrai début de la course.


Le Circuit Final

Circuit final de La Flèche 2022

3 ascensions à parcourir trois fois sur ce parcours d’une trentaine de kilomètres. On peut déjà noter la disparition de la Côte du Chemin des Gueuses au profit du retour de la Côte de Cherave, ascension absente des deux dernières éditions !

La classique côte d’Ereffe qui marque l’entrée sur le circuit. Au 3ème et dernier passage au sommet, il restera moins de 20 kilomètres à parcourir.

Après 2 ans d’absence, le retour de la côte de Cherave ! Légèrement plus courte que la côte du chemin des Gueuses (1.6km), mais tout de même plus pentue. Au sommet de la dernière ascension, il restera 5.7km à parcourir.

Après un peu plus de 200km de course, les coureurs aborderont la dernière ascension de la journée en haut de laquelle sera jugée l’arrivée : le mythique Mur de Huy.

Crédits : La Flèche Wallonne

Le Mur fait indéniablement parti des 1 300m les plus haletant de la saison cycliste avec ses pourcentages démoniaque pouvant flirter avec les 20%. 1 300 mètres de montée à près de 10% de moyenne. Une pente plus légère sur les 400 premiers mètres avant de taper dans le dur à 800m de la ligne et les premières pentes à 10%, avant le mur à 19% aux 400m. La bataille pour le placement dès le pied fera rage. Des hommes s’y sont cassés les dents en voulant lancer leur attaque trop tôt pendant que deux autres au fur et à mesure des années en ont fait leur terrain de jeu, leur chasse gardée. On ne triche pas dans le Mur, seul un excellent puncheur peut espérer s’imposer à Huy.


Météo

Des températures aux alentours de 15° demain après-midi et un vent de Nord-Est qui soufflera à un peu moins de 20km/h. Le sens du vent est très important pour le circuit final, il poussera les coureurs dans les ascensions de la Côte d’Ereffe et de Cherave. De bonne augure pour les hommes désireux de passer à l’attaque et de mettre leurs adversaires sous pression !


Le Scenario

S’il y a une année où les choses peuvent se passer différemment par rapport aux éditions précédentes, c’est probablement cette année ! Le retour de Cherave et ses forts pourcentages à 6km du Mur de Huy, des équipes possédant plusieurs cartes leur permettant de lancer les hostilités de loin, le fait que depuis un an les courses sont beaucoup plus débridées. Tous ces éléments font penser que oui, demain un autre scenario est possible. Maintenant, est-ce que cela sera effectivement le cas ? Nous verrons des attaques, c’est certain, mais la capacité d’une échappée à tenir le peloton en respect dépendra de la qualité des coureurs à l’avant. Il faudra un bon groupe de rouleurs pour se créer une avance suffisante avant le pied du Mur de Huy.

Que ce soit des hommes voulant à tout prix éviter d’aborder la dernière ascension avec les meilleurs puncheurs, ou des coureurs désireux d’arriver au pied avec un groupe de favoris aussi réduit que possible pour pallier au problème de placement, de nombreuses équipes peuvent attaquer. Les équipes de favoris aussi, la QuickStep est coutumière du fait par exemple, UAE pourrait en faire de même demain.

Je pense que les attaquants seront revus et que c’est un peloton très réduit qui abordera les rampes du Mur à 1.3km de l’arrivée, un scenario assez classique en somme. Sauf si les favoris eux-mêmes (Pogacar en tête) décident d’attaquer de loin, pour faire durer le plaisir des spectateurs un peu plus longtemps que les 3′ de la montée du Mur de Huy.


Les Prétendants

UAE : Vainqueur du Tour des UAE et de Tirreno, vainqueur sur les Strade Bianche après un raid solitaire de 50km, 5ème de MSR et 4ème du Ronde, Pogacar a démarré la saison 2022 comme il a fini 2021. Le coureur le plus fort du peloton actuel sans contestation possible. Privé de Flèche l’année passée à cause du Covid, il sera bien au départ demain. Quand on voit ses performances on est vraiment en droit de se poser la question : qui peut le battre ? Injouable sur les pentes les plus raides de Tirreno il a déjà montré être un des tout meilleurs sur les forts pourcentages. Mais on l’a vu l’année dernière, il ne suffit pas d’être excellent dans le Mur, il faut aussi avoir le timing parfait, ce qui a manqué à son compatriote. Pogacar a pour lui d’avoir déjà couru la Flèche 2 fois, il prend la 9ème place en 2020. Il faut tout de même noter que la course s’était couru 10 jours seulement après le Tour de France qu’il venait de remporter. Cette année il vient en favori avant d’aller défendre son titre sur LBL. On sait aussi qu’il n’a pas peur de lancer la course de loin, on ne serait même pas étonné qu’il attaque avant le Mur final ! Et si des coups sont tentés par ses adversaires, il suffit de jeter un œil à son équipe pour comprendre qu’ils seront très difficilement pris au piège… Hirschi sera aussi de la partie, vainqueur en 2020 (édition sans la présence des « deux monstres » de Huy). Aux abonnés absents en 2021, sa saison 2022 a bien mieux démarrée. Il serait loin d’être surprenant qu’il signe un bon résultat demain. L’équipe comptera aussi dans ses rangs Soler, Ayuso et Ulissi. Du très lourd en somme, de quoi dynamiter de loin si l’envie leur en prend ou de contrôler dans les ascensions clés à l’approche du final. Malgré la présence d’Alaphilippe, Pogacar est bien l’homme à battre demain.

QuickStep : Vainqueur sortant, Alaphilippe a terminé 2 fois deuxième et remporté 3 fois la Flèche en 5 participations, le deuxième meilleur palmarès à Huy. Toujours à l’avant dans le Mur, Julian connaît par cœur chaque centimètre de cette montée. Cette période de l’année est cruciale pour le champion du Monde qui double la Flèche et son plus grand objectif : Liège – Bastogne – Liège. De bons résultats en début d’année jusqu’à sa chute sur les Strade Bianche. Peu flamboyant sur Tirreno, il tombe malade et doit revoir ses plans pour la fin mars. Une victoire et deux deuxième place sur le Tour du Pays-Basque sont pour moi l’arbre qui cache la forêt tant il n’a pas laissé une immense impression (battu au sprint par Bilbao et Martinez). Nouvelle chute la semaine dernière sur la Flèche Brabançonne, apparemment sans gravité, mais une chute n’est jamais totalement anodine. Alors oui, on le sait, il ne faut jamais sous-estimer Julian encore plus le jour de la Flèche, mais j’ai tout de même de très gros doutes sur sa capacité à s’imposer demain. Et j’irais même plus loin en ne le mettant pas sur le podium.

Deuxième carte côté QuickStep, Evenepoel va prendre le départ de sa première Flèche Wallonne. Auteur d’une très bonne saison jusqu’ici, on aura tout de même eu la confirmation que le jeune belge est loin d’être à son aise que les pourcentages des pentes excèdent les deux chiffres. Il le sait, il ne peut pas battre les meilleurs puncheurs sur une montée sèche dans le Mur de Huy, il doit anticiper s’il veut espérer s’imposer. Et ça tombe bien, car c’est exactement ce rôle de dynamiteur qu’il aura dans la dernière partie de course ! Suivre ou initier une attaque dans le dernier tour ou l’avant dernier pour forcer les autres équipes à se découvrir. On connaît la bête à rouler qu’il est, il est capable de tenir tête à un peloton. Cela va aussi dépendre de qui l’accompagne et de l’entente dans le groupe. Un des facteurs X sur cette édition capable de changer le scenario d’une course figée depuis 20 ans.

Jumbo : Absent cette année, Roglic avait payé son inexpérience en attaquant trop tôt dans le Mur, sans quoi il remportait probablement la course. Jumbo pourra compter sur Benoot (certainement comme carte offensive sur le circuit) mais aussi et surtout sur Vingegaard. Bon début de saison du danois qui va s’aligner sur sa troisième Flèche demain, pour la première fois avec le rôle de leader. Excellent grimpeur mais aussi très bon dans les pentes à deux chiffres comme on a pu le voir sur les rampes de la Carpegna sur Tirreno et plus récemment dans la Mallabia sur la 5ème étape de l’Itzulia. Une chute ruine ses chances de podium mais il semblait terminer la montée très fort, bon signe qu’il sait timer ses attaques. Si peu de choses sont comparables à Huy, la Mallabia est malgré tout un petit point de référence sur l’effort demandé.

INEOS : Le team INEOS a réalisé une campagne flandrienne d’exception avec en point d’orgue la victoire de Van Baarle sur Paris-Roubaix ce week-end. On change désormais de registre avec La Flèche. Une belle équipe avec notamment Pidcock qui semble débarrassé de ses problèmes apparus au mois de mars. 6ème de La Flèche l’année dernière, on se souvient qu’il avait chuté à un peu moins de 30km de l’arrivée. Sans être dans une forme excellente, ses prestations ont semblé s’améliorer au fur et à mesure. Pas certain que cela soit suffisant demain pour la victoire, mais un nouveau top 10 voir 5 n’est pas à exclure. Martinez sera aussi présent, lui qui réalise un très grand début de saison. A l’instar de Vingegaard, on peut se souvenir de sa prestation récente dans les rampes de la Mallabia où il prend la deuxième place derrière son équipier, en réglant le sprint du groupe de favoris. On peut penser que même sans la chute derrière, Vingegaard/Vlasov ne l’aurait pas passé sur la ligne. Une prestation qui conforte sur sa capacité à performer sur le Mur demain, là où il avait pris la 13ème place en 2020. Mais c’est un Martinez encore plus fort qui s’alignera sur cette édition. Si le placement est primordial au pied de Huy, les grenadiers pourront compter sur l’expérience de Kwiatkowski pour leur permettre d’aborder les premières rampes en tête.

Movistar : Le roi de Huy viendra une dernière fois demain sur la Flèche pour tenter de s’imposer, ce qui n’est plus arrivé depuis 2017. Malade sur le Tour de Catalogne, Valverde n’a plus couru depuis la fin mars. Comment sera t-il demain ? S’il retrouve ses jambes de début de saison, allié à sa connaissance parfaite des 1 300 derniers mètres, il pourrait être dans le match pour un top 5. Malheureusement, j’ai du mal à le voir jouer le podium et encore moins la victoire. On l’a vu sur l’édition 2021 ne pas pouvoir suivre Roglic et Alaphilippe alors qu’il était dans une période d’excellente forme. Sa connaissance du final ne pourra pas pallier à tout.

Israel – PremierTech : Woods est sans conteste un des tout meilleurs lorsqu’il s’agit de grimper des pentes aux pourcentages à deux chiffres. Nous en avons encore eu la preuve en début de saison sur le Gran Camino où il a relégué Valverde à 16″ dans les rampes du Mirador do Ezaro (1.9km à 13.3% de moyenne). 3ème et 4ème des deux dernières éditions de la Flèche, il faut noter qu’il n’aura pas réussi à accrocher les roues de Primoz, Julian ni celle de Valverde sur l’édition 2021. Son problème reste le placement, un point qui lui fait défaut et qui l’oblige à faire des efforts superflus pour se replacer et gaspiller des forces qui lui manquent dans le final (en 2020, mais aussi en 2021 où il est au delà de la 15ème place au virage à 400m juste avant l’attaque de Roglic). Je suis très curieux de voir ce que donnerai Woods bien placé dès l’entrée dans le Mur.

Bora : Lui aussi auteur d’un bon début de saison, Vlasov prendra demain le départ de sa première Flèche Wallonne. il a encore prouvé sur ses dernières courses être très performant dans les forts pourcentages, mais demain j’ai bien peur que son inexpérience du Mur ne lui joue des tours. Sur la Mallabia, il avait lancé les hostilités assez tôt dans le mur final, creusant un trou mais se faisant revoir dans les derniers mètres. La chute avec Vingegaard n’a pas arrangé ses affaires, mais il semblait plus en bout de course que Martinez et Vingegaard qui avaient réussi à le remonter. A ne pas sous estimer malgré tout s’il n’est pas trop chien fou dans les derniers hectomètres, même si ses qualités s’expriment mieux sur des ascensions plus longues.

AG2R : Cinquième Flèche Wallonne pour Cosnefroy qui aura rarement autant semblé en mesure de jouer les premiers rôles. Deuxième de l’édition 2020 amputée de Valverde et Alaphilippe, il connait cette montée. Ses deuxièmes place sur l’Amstel et la Flèche Brabançonne suggèrent que la forme est excellente. Il espèrera que le peloton ne soit pas trop conséquent au pied du Mur, car son équipe semble bien moins équipée que celles des favoris pour l’aider à se placer. Malgré une adversité bien plus importante qu’en 2020, Benoit a les armes en main cette année pour réaliser un nouveau très bon résultat. Pour moi, il sera le meilleur français au sommet du Mur demain.


Mes Choix

Pour moi Pogacar est tout à fait capable de s’imposer dans un scenario « classique » se montrant le meilleur des puncheurs au sommet du Mur de Huy, tout comme dans un scenario moins conventionnel où les hostilités auraient été lancées de loin. Et on sait que cela ne lui fait pas peur ! J’élimine, peut-être à tort, Alaphilippe de la course au podium cette année. Sur une des deux marches restantes, je verrais bien un des deux hommes qui a fait grosse impression sur l’Itzulia. Après avoir retourné le problème plusieurs fois dans tous les sens, mon choix se portera finalement sur le colombien Martinez qui pourra compter sur le collectif INEOS pour se retrouver parfaitement placé au pied du Mur. Peut-être que Vingegaard est plus fort et que mon avis est un peu biaisé par le résultat de l’Itzulia. Réponse demain !

  • Pogacar @ 3 (0.6%)
  • Martinez T3 @ 5 (0.2%)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :