Tour de Catalogne 2021 – Etape 4 : Ripoll – Port Ainè (166.5km)

Un parcours qui a tout pour augurer d’une grande bataille. La quatrième étape sera l’étape reine de ce Tour de Catalogne. Assez courte avec ses 166.5km, il n’y aura pas beaucoup de temps pour tergiverser comme le peloton l’a fait lors de la troisième étape.

LE PARCOURS

40 kilomètres de moins que la troisième étape, mais on va atteindre les 4 000 mètres de dénivelé positif ! 3 difficultés répertoriées le long du parcours.

Premier col de la journée, « seulement » 3.7km d’ascension mais à 9% de moyenne ! Le début de l’ascension est répertorié après 28km de course, mais il faut noter que la route commencera à s’élever progressivement dès le kilomètre 0, avec en point d’orgue ce col. Le début d’étape avec la présence de ce col est parfait pour permettre à une échappée de grimpeurs costauds de prendre le large.

Après cette première difficulté, c’est une longue portion de descente / faux plat descendant qui attend les coureurs, jusqu’au kilomètre 100 et la deuxième difficulté de la journée.

Un très long col de 25 kilomètres dans lequel on peut distinguer 3 parties distinctes. La première, qui est aussi la plus difficile, sur les 6 premiers kilomètres d’ascension. Une moyenne de près de 8% sur ces premières pentes avant un replat sur les 9 kilomètres suivant. Ce sont ensuite 4 kilomètres à plus de 7% de moyenne que devront parcourir les coureurs avant les 6 derniers kilomètres de l’ascension, plus simples.

Suivront après ce deuxième col 20 kilomètres de descente puis 5 kilomètres de plat avant d’aborder l’ascension finale vers l’arrivée.

Que ce soit pour la victoire d’étape ou le classement général, la montée vers Port Ainè sera le juge de paix de cette quatrième étape. 18.4km à 6.7% de moyenne et des pourcentages qui ne passeront que très rarement sous les 5%. Il y a ici une très bonne occasion de créer des écarts pour les hommes en forme, et ce jusqu’en haut avec les plus gros pourcentages dans le dernier kilomètre. A noter que le vent sera plutôt favorable sur le début de la montée et de face / côté sur le final. Il ne se soufflera pas très fort cependant, 9km/h annoncés.

LES PRETENDANTS

J’étais persuadé que les échappés n’avaient aucune chance sur la troisième étape, je suis beaucoup plus enclin à croire que ce sera l’inverse sur cette quatrième étape. L’étape est courte, il ne faudra pas perdre de temps pour qui veut contrôler, et le col placé assez proche du départ va permettre à de bons grimpeurs de sortir. La bataille pour prendre le bon coup pourrait être rude !

La meilleure chance de victoire pour tous les adversaires d’INEOS est d’envoyer un homme à l’avant, car si le peloton des favoris arrive dans le dernier col pour se jouer la victoire, Adam Yates ne leur fera pas de cadeau. Demain, aucune équipe n’a à priori intérêt à rouler derrière les échappées, sauf INEOS selon la composition de cette même échappée.

Tous ces éléments me font penser que l’échappée de demain pourrait tout à fait se jouer la victoire au sommet de Port Ainè. Et pour cela, il faut chercher des hommes qui ne seront pas dangereux au classement, mais aussi d’excellents grimpeurs.

La Movistar est toujours active lors des courses en Espagne, et nul doute que demain ne dérogera pas à la règle. Leur stratégie laisse très souvent à désirer, comme lors de la 1ère étape, et s’ils loupent la bonne échappée, ils risquent de rouler, et ainsi aider INEOS. On a vu Soler lâcher très tôt dans le col aujourd’hui. L’espagnol est très loin au classement désormais et ne sera pas perçu comme une menace. Excellent grimpeur, s’il est dans l’échappée, il sera à n’en pas douter un des gros clients !

Hindley et D. Martin, respectivement à 4’30 et 5’50 pourraient aussi bénéficier d’un bon de sortie. Vainqueur à Port Ainè en 2013, l’irlandais pourrait se rappeler à ses bons souvenirs. S’ils sont dans l’échappée, les hommes à l’avant n’auront jamais une énorme avance et resteront à portée de fusil du peloton jusqu’à l’amorce du dernier col. La nécessité d’être un excellent grimpeur pour s’imposer sera encore plus grande.

Chez Trek, Ciccone a réalisé une bonne performance lors de la 3ème étape. Trop proche au général pour qu’on le laisse prendre l’échappée, ça ne sera pas le cas pour ses équipiers Elissonde et Brambilla.

Hirschi pour UAE, Bennett pour la Jumbo et Knox pour la Deceuninck sont à plus de 10 minutes et donc bien loin d’être dangereux au GC. Kuss n’a semble t-il besoin de personne, ce qui pourrait permettre à Bennett d’être plus libre, bien que la Jumbo n’ai pas la réputation d’envoyer souvent des hommes à l’avant. Le laisseront ils s’échapper ? Cette stratégie s’est déjà avérée payante avec Kuss ces dernières années, pas forcément avec Bennett. Pour Knox, il faudra espérer que la DQS a compris qu’Almeida a atteint ses limites en montagne et qu’il ne sert à rien de faire rouler Masnada et Knox pour lui en vue d’un illusoire top 3. Concernant le suisse, un doute sur sa forme actuelle étant donné que le Tour de catalogne est sa course de reprise. Mais si la forme est là, il sera un client.

Beaucoup d’autres noms peuvent être cités ici, tant la composition de l’échappée est indécise. Verrons-nous enfin la confirmation du talent d’Attila Valter par exemple ? Champoussin pourrait lui aussi tenter d’accrocher l’échappée. De bons grimpeurs comme Uran, Pernsteiner et Poels pourraient aussi être de la partie !

MES CHOIX

Les cotes étant plus élevées que d’habitude, je vais me permettre de partir sur une plus grande sélection de coureurs. Tout d’abord, Soler me semble être un pick impossible à ne pas prendre demain. Excellent grimpeur, il a perdu du temps exprès aujourd’hui, certainement en vue de cette étape. Brambilla me plaît beaucoup aussi pour demain. Vainqueur du Tour du Var, l’italien est lui aussi un très bon grimpeur. Je suis certain que lui ou Elissonde (voire les 2) sera dans l’échappée. Pour la Deceuninck, j’ose espérer qu’ils ne garderont pas tous leur œufs dans le même panier et qu’ils laisseront le champ libre à Knox. Hindley me plaît beaucoup, mais je crains qu’il ne soit jugé trop proche au classement et que sa présence condamne l’échappée à ne pas aborder la dernière ascension avec une avance suffisante. Vainqueur en 2013 ici-même, Martin voudra probablement y retenter sa chance, nul doute que la montée finale lui convient. Enfin, bien que ce soit sa course de reprise, je vais me laisser tenter par Hirschi, en souvenir de sa grande année 2020 !

  • Soler @ 15 (0.2%)
  • Brambilla @ 36 (0.1%)
  • Knox @ 65 (0.1%)
  • Hindley @ 40 (0.1%)
  • Martin @ 30 (0.1%)
  • Hirschi @ 44 (0.1%)

*Quelques T3 probable à venir sur ces coureurs à la sortie des cotes.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :